LES SALAIRES DES EURODÉPUTÉS, DES DÉPUTÉS ET DES SÉNATEURS VOUS COÛTENT 559 M€/AN par Pierre Parrillo.

Publié le 31 Décembre 2014

Pierre Parrillo Blogueur Par Pierre Parillo  

 

Nul populisme de ma part ; prenez simplement ce billet comme une forme « d’acte citoyen »… Il appartiendra ensuite à chacun de se faire son propre avis, comme à chaque fois.


Les Eurodéputés :

Le financement du seul salaire d’un Eurodéputé, ainsi que des avantages liés à sa fonction, vous coûte la modique somme de 102 000 €/an/Eurodéputé. La France en compte 74, au mandat d’une durée de 5 ans.

Après calcul, nos 74 Eurodéputés nous coûtent la modique somme de :

102 000 x 74 = 7 548 000 €/an


Les Députés :

Au nombre de 577 et d’un mandat d’une durée de 5 ans, leurs salaires et privilèges vous coûtent 529 000 €/an. Sur une année complète et sur l’intégralité de nos députés cela nous donne la modique somme de :

529 000 x 577 = 305 233 000 €/an


Les Sénateurs :

Ils siègent au somptueux Palais du Luxembourg pour une durée de 6 ans et sont au nombre de 348. Ils vous coûtent chacun tous les ans 707 000 €. Soit au global la modique somme de :

707 000 x 348 = 246 036 000 €/an


Soit sur une année complète :

7 548 000 + 305 233 000 + 246 036 000 = 558 817 000 €/an


Sachez simplement que tous les ans, le budget de l’UE nous coûte 22 Milliards € ; les salaires de nos Eurodéputés ne représentant « que » 0,0343% de ce montant.


Sachez simplement que tous les ans, le budget de l’Assemblée Nationale nous coûte 579 M€ ; les émoluments de nos Députés représentant donc 52,72% de cette somme.


Sachez simplement que tous les ans, le budget du Palais du Luxembourg nous coûte 355 M€ ; les « salaires » de nos Sénateurs représentant donc 60,31% de cette somme.


Je passe bien évidemment sur le fait que parmi tous ces Parlementaires, un certain nombre d’entre eux sont des cumulards…


Je le répète, je ne suis pas là pour dire si c’est trop ou pas assez. Chacun jugera.


Pour les 3 années à venir les salaires de nos Eurodéputés, Députés et Sénateurs vont nous coûter la bagatelle de 1,676 Milliards €.

 

Pour la petite histoire, sachez que François Hollande cherche à en économiser 50 et que pour l’heure, il  n’est prévu aucune sanction contre les absentéistes, aussi bien à Bruxelles qu’à l’Assemblée Nationale ou qu’au Sénat.


Je vous épargne (pour l’instant) ce que vous coûte les budgets dédiés aux régions, départements ou même communes, véritables niches à apparatchiks cela dit en passant… M’enfin… Je dis ça… je dis rien…

 

Chacun fera son examen de conscience, pendant que les français continueront de casquer comme des imbéciles.

*******

 

Pendant ce temps, nos élus ne se plaignent pas trop de ces émoulements. Même Valls va aller voir les pauvres, les SDF à Montrouge. Il fera son petit discours et rentrera bien vite à Matignon se réchauffer la glotte avec un bon champagne ou autre. Faut pas déconner tout de même... lui qui s'invente une vie de fils de résistant à Franco peut bien se la jouer populiste comme en son temps Maurice Thorez, qui s'habillait en mineur pour allez voir les ouvriers.

Rien de neuf en "socia-lie" !

Gérard Brazon

 

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Commenter cet article

Pivoine 31/12/2014 21:10


Avec la cinquième république, le nombre d'élus n'a cessé d'augmenter, ainsi que leurs rémunérations (et leurs avantages). Et n'oublions pas tous ces ministres et secrétaires d'état, conseillers
de ceci ou de cela, etc... Ajouté à cela l'indemnité annuelle versée aux anciens présidents...


Et l'on s'étonne que les multinationales, et des PME-PMI aient délocalisé ? Elles en avaient assez d'être prises pour des vaches à lait. Quant aux artisans, certains choisissent de cesser
leur activité, quand bien même leur entreprise marche bien. Ils le disent eux-mêmes : après avoir payé toutes les charges, il leur reste moins d'un smic.


Cela a commencé avec Giscard, et sa fameuse taxe professionnelle (il fallait donner + de moyens aux communes, disait-il). Avec les années, son coût s'est emballé, et d'autres taxes ont suivi,
provoquant une crise économique dont on ne voit pas la fin. Nul besoin d'être économiste pour comprendre que ce sont ces politiciens qui ont ruiné le pays, et contribué à sa désindustrialisation.
On est revenu à l'Ancien Régime où le clergé et la noblesse pressuraient le peuple pour pouvoir vivre sur un grand pied. Et la constitution, en rétablissant la monarchie (républicaine) - merci de
Gaulle ! - a été une catastrophe.


Il est grand temps de passer à une VIe république, avec suppression du Sénat, réduction (par 5) du nombre de députés, et autres élus, revoir la fiscalité des entreprises et des particuliers à la
baisse, diminuer les coûts de fonctionnement des collectivités territoriales et locales, etc... Ce n'est qu'en prenant de telles mesures qu'on pourra repartir sur de bonnes bases.