Les territoires perdus de France et d’Europe - par Guy Millière

Publié le 11 Juillet 2011

Par Guy Millière © Metula News Agency

Je viens de rentrer d’un séjour de plusieurs semaines aux Etats-Unis. Ce type de séjour est devenu pour moi un impératif de salubrité mentale. Toute exposition prolongée aux discours des media français me semble désormais nuisible au maintien de mon bon fonctionnement cérébral. Tout contact étroit avec l’atmosphère européenne elle-même, me semble également susceptible de nuire gravement à mes capacités de discernement.

Bien qu’un « gauchiste antisémite » réside à la Maison-Blanche, et qu’il s’y soit entouré par d’autres « gauchistes antisémites », je sais que l’influence du gauchisme et de l’antisémitisme reste, au sein de la société américaine, relativement limitée. Même si les media américains déforment l’information, je sais qu’il est des limites que des journalistes ne peuvent franchir sans passer pour des imposteurs. Je sais aussi que certains types d’agités se trouvent dans les enceintes des universités et n’en sortent que rarement.

En Europe, en France en particulier, c’est différent. L’occupant de l’Elysée n’est pas un gauchiste antisémite, mais un homme censé appartenir à la droite, et compter parmi les amis d’Israël et du peuple juif. Il se trouve seulement, qu’il gouverne très largement comme un socialiste, qu’il a des tendances autoritaires et, souvent, de très étranges façons d’exprimer son amitié envers Israël et le peuple juif. 

L’influence du gauchisme et de l’antisémitisme imprègne la société comme un gaz toxique, distillant peu à peu ses effets délétères. Les media ont remplacé l’information par la déformation, au point que les journalistes faisant encore dignement leur métier sont devenus une espèce en voie de disparition. Les imposteurs bénéficient de tous les honneurs, et passent de plateau de télévision en plateau de télévision. Les agités les plus débiles et les plus infects bénéficient de tous les coups de projecteurs requis.

Les grands sujets du moment sont l’affaire Strauss Kahn et la « flottille pour Gaza ».

En ce qui concerne l’affaire Strauss Kahn, bien que le dossier de l’accusation soit désormais aussi vide que les pensées d’un militant communiste de base, on continue à ne pas dire tout ce qui est publiable sur Nafissatou Diallo, l’accusatrice, si longtemps présentée comme vertueuse ; la jeune femme qui s’avère avoir fait le tapin dans les couloirs du Sofitel New York, blanchi de l’argent de la drogue, posséder cinq comptes en banques dans cinq Etats différents, et autant de téléphones portables. 

On continue à présenter des « militants de la communauté noire », très en colère contre l’oppresseur blanc, riche et juif (trois défauts abominables, sans doute), sans préciser que ces militants viennent de l’islam radical.

Pour la plupart des journalistes des grands media parisiens, Dominique Strauss-Kahn restera coupable quoiqu’il advienne : il l’était déjà avant le 14 mai et la suite 2806. Il le restera même en cas de non lieu. Qu’il soit blanc n’est pas vraiment le problème. Qu’il soit riche ne constitue pas vraiment le problème non plus. Mais qu’il soit Juif, et qu’il ait déclaré plusieurs fois tenir à Israël, cela, c’est impardonnable ! 

S’il avait été juif et « antisioniste », cela aurait pu passer, bien sûr… Et puis, DSK ne s’est jamais positionné assez à gauche, cela on le lui a souvent reproché. La dénommée Tristane Banon a trouvé le moyen de connaître ses cinq minutes de célébrité : elle fera un livre, et ce sera un bestseller sans doute. Un titre ? Pourquoi pas « Neuf ans après » ? 

Quant à la flottille, celle-ci s’est conclue par un fiasco et une déroute très salutaires. Mais en lisant les quotidiens, en regardant les journaux télévisés français, on discerne que la propagande antijuive demeure là, et bien là.

Les participants à la flottille, ne cesse-t-on de nous répéter, sont des « militants pro-palestiniens ». Ils entendent forcer le « blocus qui pèse sur Gaza », rejoindre les « territoires palestiniens occupés », et je ne sais quoi d’autre. Ce sont des gens idéalistes et généreux, en somme, et c’est ainsi que nombre de Français et d’Européens, lisant les journaux ou regardant la télévision, les percevront. 

Il ne sera pas dit que ces individus soutiennent des organisations terroristes assassinant des enfants et égorgeant des bébés. Il ne sera pas dit, qu’il n’existe pas de blocus, puisque la frontière entre l’Egypte et Gaza est ouverte.

Il ne sera pas dit qu’il ne s’agissait pas de « territoires palestiniens occupés », Gaza se situant entièrement sous la coupelle du Hamas, et, que les territoires non régis par l’Autorité Palestinienne en Judée-Samarie sont des territoires disputés, et, en aucun cas, des « territoires occupés », sinon dans le vocabulaire islamiste, marxiste, et France-télévisionniste.

Il ne sera pas dit, concernant le refus d’embarquer des militants pro-terroristes dans des avions, que toute compagnie aérienne jouit du droit absolu de refuser l’embarquement de gens susceptibles de poser des problèmes de sécurité ; ainsi que de gens qui ne pourront pas débarquer dans le pays de destination, et qu’il faudra rapatrier sur le prochain vol, aux frais de la compagnie aérienne. Ce, quel que soit le pays de destination.

La flottille a abouti à un fiasco, mais la propagande demeure en place, certes ! Elle squatte jusqu’aux mots. Les images ! Elle se matérialise dans la façon dont de multiples falsifications de l’histoire se trouvent, petit à petit, endossées.

 J’ai vu, sur l’écran d’un téléviseur, en arrivant à l’aéroport de Paris, une banderole sur laquelle était écrit « Halte au fascisme israélien ». Le commentateur a laissé passer l’image. Nombre de Français et d’Européens sont sans doute persuadés qu’il existe un « fascisme israélien » ; nombre de journalistes aussi !

 Qui leur dira que le fascisme loge du côté du Hamas et de l’Autorité Palestinienne ? Personne ? Qui leur dira, que les suppôts du fascisme sont les excités brandissant la banderole ? Personne non plus. Qui ajoutera, que si lesdits « militants pro-palestiniens » étaient vraiment les idéalistes et les généreux qu’ils prétendent être, ils iraient regarder du côté de la situation des Coptes en Egypte, ou, plus au Nord, du côté de la Syrie, où Assad continue à massacrer ses propres concitoyens ? Personne, toujours personne…

 Il m’arrive, de plus en plus souvent, de penser, certains moments, que la France et l’Europe forment des territoires perdus, où aucune leçon de l’histore n’a été tirée, où les mêmes vieux démons nauséabonds ne cessent de renaître, et où, ce que l’on appelait autrefois la bête immonde, ne cesse de survivre. Le retour d’un séjour aux Etats-Unis est l’un de ces moments.

 Guy Millière 

Metula News Agency © 


Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Commenter cet article