Les trois quarts des jeunes américains sont inaptes à rejoindre les rangs de l’armée,

Publié le 26 Août 2011

Rapporte l'Associated Press, relayée par le site Military.

L’armée américaine «ne veut pas de ceux traités pour hyperactivité, des obèses, des loques de la génération Y, ou un mélange de tout ça», et elle ne veut pas non plus de ceux qui ont «un niveau scolaire trop bas». Problème, ils représentent la grande majorité des 32 millions d’Américains âgés de 17 à 24 ans, explique le site d’information sur le monde militaire.

Selon Charles Moskos, professeur de sociologie militaire à l’université Northwestern, de précédentes études avaient déjà conclu que 75% des jeunes de sont pas aptes à l’engagement militaire, mais il estime que ces chiffres ne sont «pas vraiment fiables» sans pour autant disposer de données permettant de les contredire.

Les représentants de la tranche d’âge 17-24 ans qui intéressent plus particulièrement l’armée s’est réduite avec le vieillissement général de la population. Entre 2000 et 2004, ils sont un million de moins.

Dans cette catégorie, les 30% qui ont abandonné leur scolarité avant la fin du lycée intéressent peu une armée professionnelle de volontaire travaillant de plus en plus avec les hautes technologies. De plus, il est considéré aux Etats-Unis que 30% des adultes sont obèses et qu’il y a baisse générale de la forme physique. «Un tiers des adolescents seraient incapable de réussir un test d’effort sur tapis roulant», estime l'Associated Press.

Autre problème majeur: l’explosion du nombre de prescription pour des traitements contre les troubles de l’attention et l’hyperactivité tels que la Ritaline. Des enquêtes ont montré qu’environ deux millions d’enfants et un millions d’adultes prennent régulièrement ce genre de médicaments.

Nivellement par le bas

Lorsqu’on additionne tout ce monde-là, en ajoutant ceux ayant un passé criminel et ceux beaucoup trop dépendants pour servir (les «inadaptés sociaux»), on atteint les 4,4 millions de jeunes. De plus, l’armée estime que 2,6 millions sont inaptes pour des raisons purement médicales «allant de l’asthme à la cécité».

Au total, il y aurait 4,3 millions de jeunes totalement aptes à servir, auxquels on peut ajouter les 2,3 millions acceptables après dérogation. La plupart de ces dérogations concernent la santé ou des délits mineurs (ivresse sur la voie publique, outrage à agent…), ce qui a valu à l’armée d’être accusée de «nivellement par le bas». Le tatouage est normalement synonyme d’inaptitude, mais le phénomène a pris une telle ampleur qu’une tolérance s’applique à condition que la marque ne se trouve pas dans le cou, qu’elle ne fasse pas référence à un gang, ne soit pas injurieuse ou en opposition avec l’armée et ses valeurs.

Il y aurait donc 6,6 millions de recrues potentiels, hommes et femmes, sur 32 millions de représentants de cette tranche d’âge.

Une si maigre portion de recrues potentielles n’est pas bon pour l’armée, le recrutement militaire pourrait néanmoins bénéficier de la faiblesse de l’économie estime NPR. Selon Curtis Gilroy du ministère de la défense américain, «une récession rend le recrutement beaucoup moins difficile qu’il n’est habituellement». Avec les signes d'un ralentissement économique aux Etats-Unis, l’oncle Sam peut être rassuré.

Source: Slade

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique étrangère

Commenter cet article

francis Claude 26/08/2011 11:25



et chez nous quelle proportion ? mon avis 90/100


pour deux raisons majeures


-les Français de papiers qui refuserons


_ nos chers petits qui preferent jouer au came-boy et laisser leur petites amies violées par la racaille et Papa qui gueullera apres mais que fait la police!!!!