Les valeurs ouvrières vu par les socialistes! L'immigration comme moyen électoral de la gauche.

Publié le 11 Mai 2011

Dans l'idée de poursuivre mon analyse d'un document socialiste sur la France de demain grâce à la France d'aujourd'hui, vous lirez des extraits et mes commentaires. Vous pourez vous faire une idée de ce que nous propose la gauche. La première partie est sur l'échec de la gauche et la deuxième sur le vote des naturalisés et celui des Cités. 

Les valeurs ouvrières sont profondément  ancré à droite nous dit Terranova. Les années 80 constituent le véritable tournant.

 

Extrait. Pour lire les 82 pages cliquer ICI

(...) Sur les questions économiques, la gauche a mis en place des réformes d’ampleur - retraite à 60 ans, semaine de 40 heures, augmentation du salaire minimum, nouvelles nationalisations…

- mais elle n’est pas en mesure de les soutenir. La politique de rigueur, initiée en 1983, est une  rupture qui suscite le désenchantement. Les ouvriers, touchés de plein fouet par la crise puis la mondialisation, par les restructurations et le chômage, ne se voient plus d’avenir.

L’affirmation de Lionel Jospin, « l’Etat ne peut pas tout », face à la fermeture des usines

Renault, est pour la classe ouvrière le symbole de l’impuissance du politique : les déterminants économiques perdent de leur prégnance dans le vote ouvrier.

En parallèle, le déclin de la classe ouvrière  – la montée du chômage, la précarisation, la fragmentation sociale et la perte d’identité collective – donne lieu à des réactions de repli. La fierté ouvrière laisse place au développement d’un ressentiment contre de possibles nouveaux entrants. La lutte contre l’immigration – et les immigrés -, la lutte contre l’assistanat – et les assistés –, la promotion d’une société « morale », dotée de normes fortes, où l’on se protège des marges, ont alors trouvé dans la classe ouvrière un terrain de jeu favorable.

Désormais, les ouvriers se positionnent en priorité en fonction de leurs valeurs culturelles – et ces valeurs sont profondément ancrées à droite. (…)

(…) La coalition historique de la gauche, centrée sur la classe ouvrière, est en déclin. Mais une nouvelle coalition émerge. Elle dessine une nouvelle identité sociologique de la gauche, la France de demain, face à une droite dépositaire de la France traditionnelle. La première catégorie de population à dynamiser le vote de gauche est celle des diplômés.

Le niveau de diplôme est devenu un élément du positionnement sur l’échiquier politique.

Apparaît depuis quelques années une polarisation progressive des votes en fonction de ce critère : au-delà de l’effet générationnel, l'augmentation du niveau de diplôme va de pair avec une plus forte propension à voter à gauche. (…) L’orientation politique du vote est fortement corrélée à l’âge : plus on est jeune, plus on vote à gauche ; plus on avance dans l’âge, plus on vote à droite.

Les dernières élections présidentielles ont mis ces enjeux au centre de la campagne. Si cela n’a pas  d’incidence sur son positionnement sur les questions économiques et sociales, plus un individu est diplômé, plus il adhère aux valeurs culturelles de la gauche (à droite sur le graphique) : libertés des mœurs, tolérance, ouverture aux différences culturelles, acceptation de l’immigration… (Comme quoi les études ne donnent pas plus de bon sens Note de Gérard Brazon) (…)

Comment expliquer cette corrélation entre le vote et l’âge ? Le facteur d’âge joue certainement : plus on est jeune, plus on est idéaliste ; plus on avance dans l’âge, plus on mûrit, plus on a de revenus et de patrimoine à « défendre », moins on est en phase avec les évolutions culturelles de la société portées par la jeunesse. (Ce qui tendrait à prouver que la jeunesse n’est pas mûre pour un vote responsable  basé sur des réalités et non sur un idéal. Cela confirme également que le socialisme fait sa bonne fortune sur des illusions et sur des idéaux y compris irréalisables.  Cependant, il n’y a pas de commentaires Note de Gérard Brazon)

(…) chaque  génération, en vieillissant dans le temps, devient plus conservatrice. (Ou plus consciente -  Note de Gérard Brazon)

 

LES MINORITES ET LES QUARTIERS POPULAIRES

La France des quartiers populaires est massivement à gauche.  Les analyses comparatives menées dans des  zones urbaines sensibles (ZUS) (Les cités ou l’on trouve les « jeunes défavorisés » des « quartiers difficiles », etc. Note de Gérard Brazon) montrent, en 2007, une plus forte propension au vote à gauche dans ces zones (+12 pts au second tour par rapport à l’ensemble  des électeurs), en particulier en faveur du Parti socialiste (+8 pts au premier tour), relativement à celle constatée dans les zones pavillonnaires et les centres-villes situés dans leur voisinage. Les scores obtenus par la gauche dans les bureaux de vote les plus populaires sont exceptionnels : plus de 80% pour Ségolène Royal au second tour de l’élection présidentielle.

Au cœur de ces quartiers populaires, il y a les Français de la diversité. L’auto positionnement des individus, sondés dans une enquête dont les résultats sont présentés ci-dessous, révèle un alignement très fort des Français immigrés et de leurs enfants sur la gauche. Le rapport de forces gauche-droite y est extrême, de l’ordre de 80-20 voire 90-10. Il se vérifie quelle  que soit l’origine nationale. Il est le plus massif pour les Français d’origine africaine (tant subsaharienne que maghrébine) et se renforce nettement pour la seconde génération par rapport à la première (de l’ordre de 10 points). La seule exception est la première génération d’origine asiatique, qui reste polarisée à droite par anticommunisme. (Ce qui explique sans doute pourquoi cette minorité s’intègre voire s’assimile plus facilement et autorise les enfants de cette minorité à avoir d’excellent résultats scolaire d’où un réel abandon de la gauche de cette minorité sans intérêt pour elle. La question est : pourquoi ? Et surtout, continuez à ignorez cette minorité messieurs les socialistes, vous lui rendez service au fond. Note de Gérard Brazon)

Ce positionnement à gauche, relativement homogène, constitue sans doute une conséquence à la fois des phénomènes de discrimination vécus par ces populations et d’une volonté de défendre leur identité face à certains discours du champ politique perçus comme stigmatisants.

La population des  Français issus de l’immigration est en expansion démographique et en mutation identitaire ! (Là au moins c’est clair ! C’est la gauche elle-même qui l’écrit. Seulement, elle ne dit pas dans quel sens.  Note de Gérard Brazon)

 Dans l’hypothèse d’une continuation à l’identique, ce sont entre 500.000 et 750.000 nouveaux électeurs, naturalisés français entre 2007 et 2012, qui pourront participer au prochain scrutin présidentiel sans avoir pu participer au précédent. (Ce qui contredit tous les discours de l’UMP sur le contrôle de l’immigration. Car au fond, si l’on naturalise 100 000 étrangers par an, que l’on en accueille 200 000 par an sans compter les 50 à 80 000 en situation irrégulière, il n’ y a pas de raisons comme le dit hypocritement Claude Guéant que les Français se sentent quelque peu étrangers chez eux. Note de Gérard Brazon)

 Parmi eux, environ 300.000 seront des enfants d’immigrés, nés et vivant en France. Au début des années 2000, 2,3 millions de personnes âgées de 0 à 65 ans nées et  vivant en France avaient deux parents immigrés ou un seul parent connu immigré (soit 5%  d’entre elles) ; 1 million d’entre eux étaient des enfants ou adolescents de moins de 17 ans. Environ 300.000 avaient atteint la majorité, acquis la nationalité française et le droit de vote en 2007. 300.000 individus supplémentaires devraient devenir majeurs et être en mesure de voter en 2012.

 Aujourd’hui, 6 à 7% des Français sont musulmans et 23% des français ont au moins un parent immigré. (…) Et en valeur absolue : plus de 100.000 enfants sont nés de mère étrangère en 2008, un record historique, qui va de pair avec le plus grand nombre de naissances depuis 1981. La diversification du corps électoral par naturalisation  d’enfants nés et vivant en France va se poursuivre.

Ces nouveaux électeurs, Français d’origine immigrée et enfants d’immigrés, sont différents de ceux qui, désormais âgés, commencent à sortir du corps électoral pour cause de décès : ils ne sont plus issus majoritairement de pays européens et catholiques (Italie,

Espagne, Pologne, …), mais de pays du Maghreb et d’Afrique, souvent musulmans. Ils sont de ce fait ( ?) plus sensibles aux enjeux identitaires et aux discriminations.

Cette tendance est appelée à se renforcer à l’avenir : en 2004-2005, les immigrés recensés viennent un peu moins encore du Portugal, d’Italie, d’Espagne qu’en 1999, et un peu plus d’Algérie, du Maroc, de Turquie et de Tunisie.

C’est un fait politique important : la France de la diversité est aujourd’hui la composante la  plus dynamique, tant électoralement que démographiquement, de la gauche en France. (C’est dit très clairement que la gauche fait et fera son beurre sur le vote des immigrés. On peut donc conclure à ces extraits de la contribution des socialistes que les français de souche plus très jeunes, ayant un peu de bien, et qui s’imaginent que la gauche est un idéal, se mettent la rose, la faucille et le marteau dans l’œil jusqu’au coude. Note de Gérard Brazon)

 

Bref, ce document de 82 pages est intéressant à plus d’un titre car les socialistes nous disent leurs convictions et leur programme qui se résume par un repeuplement de notre pays d’un côté et une volonté affichée de ne rien faire pour que cela change pour des questions uniquement électoralistes. Si la France doit y perdre son âme en s'islamisant, ce n'est sans doute pas un soucis pour eux.

Gérard Brazon

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Commenter cet article

Nancy VERDIER 12/05/2011 23:08



Merci pour cette analyse très pertinente. Le bon sens n'est pas chez les jeunes haut-diplômés, qui n'ont aucun esprit critique, ni créatif le plus souvent. Mais ils se réveilleront peut-être un
jour ???



berlaine 12/05/2011 19:00



Et dire que ces salauds de Socialos de la BANDE à AUBRY ont tué le Curé avec le Comité d'Action Laïque dans les années 60 - 70 et que maintenant ils niquent avec les islamistes et se plaisent à
se faire niquer par eux ... !  Des TRAÎTRES qui ne valent même pas le prix de la corde pour les pendre . !



robin 12/05/2011 07:46



merci Mr Brazon pour l'article et vos commentaires. C'est très clair. Je suis sure que Dsk s'est laissé photographier montant dans une Porsche pour montrer aux cités qu'il vit comme les
rappeurs... electoralisme toujours...



MASCARA83 11/05/2011 23:01



Merci M. BRAZON de rafraîchir de temps en temps la mémoire des Français "bobogocho".


En effet, les 1er immigrés venaient d'Espagne, d'Italie, du Portugal, de Pologne et du Magreb.  Or, curieusement si les ces Européens se sont bien adaptés à nos us et coutumes sans
prob.  Après avoir économisé et géré leurs salaires,  la plupart d'entreux sont retournés dans leurs pays d'origine pour faire fructifier leurs économies et créer leurs propres
entreprises! 


Or ce sont tjrs les mêmes qui sont restés à la traîne...et nous les comprenons, alloc. logements, soins ,etc,etc gratos sur le "dos des contribuables Français"


C'est tjrs une minorité agissante qui a le dessus sur une majorité "veule"!


Nos dirigeants associés en sont très conscients et savent qu'en 2012 la donne sera diamétralement opposée pour ces "bonnets blancs, et blancs bonnets!!!), d'où
leurs décisions en ts genres, prises à "l'emporte pièce chaque jour"sans imaginer une fraction de seconde que les Français ne sont: ni amnésiques, ni des
beunets!!!