Les violences augmentent durant le ramadan : rien de plus normal - Par Anne Lauwaert

Publié le 8 Juillet 2014

Anne Lauwaert  Par Anne Lauwaert

Les personnes qui ont séjourné dans les pays vraiment chauds savent qu’on y vit tôt le matin et jusqu’à tard le soir et que pendant le jour on se repose tout simplement parce qu’il est impossible de travailler avec 40°C.

Si pendant cette chaude période diurne on somnole à l’ombre, il n’y a aucun problème à jeûner. Nous non plus nous ne buvons, ni ne mangeons pendant nos 8 heures de repos nocturne.

Par contre, dans nos pays, les 8 heures diurnes sont celles consacrées au maximum d’activité c’est-à-dire au travail et travailler sans manger et surtout sans boire est dangereux pour la santé mais également risqué en ce qui concerne les accidents et plus particulièrement les accidents du travail.

Ça, maintenant tout le monde le sait, mais il faudra attendre un accident considérable pour examiner sérieusement la question. Exemple un chauffeur de bus a une crise d’hypoglycémie et un malaise qui entraîne un accident avec des morts…

Ce jour là, avec l’hypocrisie habituelle, tout d’un coup, tout le monde fera semblant de tomber des nues…

Ce jour-là on peut prévoir des procès interminables des parents des victimes qui vont se retourner contre tous ceux, autorités comprises, qui au lieu d’interdire ont encouragé les pratiques dangereuses. Et que vont dire les assurances ?

Il y a un aspect auquel on pense moins.

Quand un lion a mangé, il se couche et dort. Quand il a fini de digérer et assimiler son repas, il se crée un déséquilibre hormonal dans son système, “l’hormone de la faim” se met en route et le rend agressif pour le stimuler à chasser. Il chasse, prend une proie, se repait, ses hormones de la faim se calment, il se tranquillise et se rendort et le cycle recommence. C’est un système que l’on rencontre chez de nombreux animaux.

Mesdames  n’avez-vous jamais remarqué que quand votre mari a faim il est plus susceptible, irritable, même agressif ? Et qu’après un bon repas il est tout à fait charmant ? Eh bien… l’hormone de la faim…

Cela serait amusant si l’agressivité ne produisait pas des drames.

Quand on dit que les violences augmentent pendant le ramadan, quoi de plus normal ? Voilà des milliers d’individus qui ont leurs hormones de la faim à cran et on voudrait que ça n’ait pas de conséquences?

Des musulmans sont victimes de raptus de folie et une dame tout à fait normale assassine une enseignante? Justement, commençons à examiner quels sont les effets du jeûne sur l’organisme et sur les hormones et les méfaits et dangers des déséquilibres hormonaux…

Les discussions théologiques ou idéologiques n’ont rien à voir dans cette affaire, il s’agit de physiologie et de santé publique.

La drogue, l’alcool ou les médicaments psychotropes sont dangereux parce que une personne sous influence ne contrôle plus son comportement normal et devient un danger pour elle-même et pour les autres, ce qui est sanctionné par la loi.

Un tenancier de bar qui laisse partir un automobiliste ivre sera mis en cause en cas d’accident.

Qu’en est-il de la non assistance aux personnes en danger à cause des déséquilibres hormonaux dus à des déséquilibres alimentaires?

Anne Lauwaert

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Point de vue

Commenter cet article

Pivoine 08/07/2014 12:32


Dans l'hypothèse où Dieu existe, c'est la preuve irréfutable que mahomerde n'était pas divinement inspiré  !
Dans le livre de Michel de Grèce, La nuit du harem, la Validé (épouse du sultan, d'origine française, victime quelques années + tôt des pirates musulmans) dénonçait déjà les effets
néfastes du ramerdan en Turquie (à la fin du 18e).