Les "z'idiots de l'islam" sévissent partout! Même au canada! par Lise Ravary

Publié le 29 Mai 2013

Les z-idiots utiles de l’Islamisme par Liz Ravary

Point Bascule.ca

ravary rectangle

Comme les extra-terrestres qui peuplent les théories conspirationnistes, les z-idiots utiles de l’Islam sont parmi nous. Sauf que ce n’est pas une vue de l’esprit ou une hallucination collective, mais une consternante réalité.

Prenez le musée des religions de Nicolet avec sa révoltante exposition "Voilà" à la gloire du foulard islamique dénoncée par l’experte incontestable de l’Islam radical au Québec, Djemila Benhabib.

Les bien-pensants de l’Islam, ses idiots utiles, détestent Djemila Benhabib, tout comme ils détestent l’organisme de surveillance de l’islamisme québécois Point de Bascule, un organisme indépendant qui fonctionne sans subventions même s’il fournit un service essentiel d’information que personne d’autre n’offre à la population: il dévoile les dessous de la mouvance islamiste au Québec avec une rigueur exemplaire. (En France nous avons l'Observatoire de l'islamisation et des journaux en ligne comme Riposte-Laïque ndlr Gérard Brazon)

Ce matin, Point de bascule nous apprend que le directeur du musée des religions du monde de Nicolet, Jean-François Royal, se serait associé à Tariq Ramadan et aux Frères musulmans, via la Muslim Association of Canada, pour présenter une conférence universitaire UdeM/McGill en 2011, prônant l’interdiction de la critique des religions. La Muslim Association of Canada sert de vitrine pour les Frères musulmans au Canada. Ils sont responsables de la certification halal et contrôlent des écoles musulmanes ainsi que des mosquées.

Au cours de cette rencontre, tenue dans un temple du savoir et de la pensée critique, on a approuvé une résolution qui mènerait à l’interdiction de la critique des religions. L’article 12.4 de la Déclaration universelle des droits de la personne par les religions du monde adoptée par la conférence de Montréal déclare que «Chacun a le droit que sa religion ne soit pas dénigrée dans les médias ou dans les maisons d’enseignement».

Voici le lien vers l’article que Point de bascule a mis en ligne sur son site ce matin.

J’ai contacté monsieur Royal qui s’est dissocié de la conférence de 2011. ‘Nous n’étions pas commanditaires, nous avons distribué des dépliants annonçant l’événement, c’est tout. On nous avait vendu cela comme une conférence sur les discussions entre les religions. On nous avait dit que le Dalai Lama y serait.’ Et Tariq Ramadan ? Je ne sais même pas qui c’est.

Le directeur d’un musée sur les religions qui ne connait pas la superstar mondiale de l’Islam ? C’est pour le moins surprenant.

Il ne se souvient pas non plus du nom de l’organisme qui a contacté le musée pour obtenir de l’aide pour la promotion de la conférence.

C’est tout simplement ahurissant. Si Point de bascule ne reçoit aucune aide pour son travail, le musée des religions lui, existe en partie grâce à vos impôts. Le salaire de monsieur Royal lui est versé à même des fonds publics. Tout comme ceux des universitaires qui se font les complices des ennemis de l’Occident.

Un exemple probant de cette complicité ? Voici ce que pense Gregory Baum, professeur de religion à l’université McGill, de la persécution dont sont victimes ceux qui quittent l’Islam, selon Point de bascule: ‘Dans certains pays, la religion fait partie de la culture. Se convertir, c’est renier la culture, se couper du reste de la société. L’ONU reconnaît le droit des peuples de défendre leur culture. On peut considérer que ça peut amener à interdire les conversions. Il existe aussi des droits collectifs, un peu comme le Québec qui réglemente la langue.’

Ça ne s’invente pas.

Lise Ravary

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Le Nazislamisme

Commenter cet article