Lettre au organisateurs de la manif contre le "Mariage pour tous" par l'Abbé Guy Pagès

Publié le 5 Juin 2013

 Nous sommes un blog laïc. L'Abbé Pagés que je connais par ailleurs, le sait bien. Cet homme de grandes convictions se bat pour elles et mérite le respect.

Lors d'un échange dans une manif, au constat du fait que je n'aimais pas Robespierre, en souriant il me répondit qu'il n'aimait pas trop Voltaire! Nous en avons souri tous deux. C'est ce qui fait la grande différence avec les manifs de la gauche. Nous sommes de droite et divers, venant d'horizons variés, mais nous sommes dans les mêmes manifs pour défendre l'essentiel: notre Nation, notre culture, nos traditions, nos croyances ! En Dieu ou dans l'homme !

Gérard Brazon

 

Par l'Abbé Guy Pagès

Chers amis, 

Je voudrais non seulement vous remercier pour votre engagement à défendre cette si belle vérité du mariage et de tout ce qui lui est lié en termes d'humanité, ainsi que pour l'organisation de cette énième Marche pour Tous, qui, sublime coïncidence, a eu lieu le jour de la Solennité de la Sainte Trinité, Jour où justement Dieu est célébré en tant qu'Il est Amour, c'est à dire Communion de Personnes, de Personnes différentes (le Père n'est pas le Fils, Le Fils n'est pas le Père et ni le Saint-Esprit n'est le Père ou le Fils, non plus que le Père ou le Fils ne sont le Saint-Esprit)...

Mais je voudrais aussi vous demander pourquoi avez-vous tenu à donner la parole à un représentant de la Communauté musulmane et non pas à un représentant de l’Église Catholique, de l'Eglise Orthodoxe, des Protestants, du Bouddhisme, etc. 

Cela ne vous a-t-il pas choqué que cet homme se soit d'emblée présenté non comme citoyen français, mais comme "citoyen musulman" ? Ne savez-vous pas que l'appartenance à la Communauté musulmane (l'Oumma) transcende et prime sur toute autre appartenance [1] ? L'Oumma n'est pas soluble : « Ne croyez que ceux qui suivent votre religion » (Coran 3.73) ; « Ô croyants ! ne formez de liaisons intimes qu'entre vous ; les infidèles ne manqueraient pas de vous corrompre : ils désirent votre perte.[2] » (Coran 3.118). Ne savez-vosu pas que l''Oumma est par nature révolutionnaire et expansionniste : « Ainsi avons-nous fait de vous une nation du juste milieu pour que vous soyez témoins à l'encontre des humains, comme l'envoyé sera témoin à votre encontre » (87/2:143), et qu'elle utilise à cette fin la takyia qui est la légitimation du mensonge, de la ruse, de la fraude ? [3] Allah éduque ses fidèles dans le mépris et même dans la haine des non-musulmans qu'ils considèrent comme étant impurs (Coran 9.28-29) : "Entre nous et vous, c'est l'inimitié et la haine à jamais jusqu'à ce que vous croyez en Allah, seul !" (Coran 60.4). Quelle convivialité peut dès lors être possible avec des musulmans convaincus comme l'était cet homme nous parlant de "conversion à l'islam" dans son discours ? Que cela avait-il à voir avec la manifestation ? Pourquoi voulez-vous échapper à un totalitarisme pour vous soumettre aussitôt à un autre ?

Mes amis, apprenez tant qu'il est temps encore que l'Islam est une société apolitique parce qu'il ne reconnaît pas d'ordre politique : le pouvoir n'appartient qu'à Allah qui n'y fait pas participer les hommes. Si l'Oumma délégitime constamment les pouvoirs politiques existants, elle est cependant à même de constituer une extraordinaire communion de masse sur la base de la seule volonté d'Allah s'imposant à tous et créant de ce fait le « lieu » commun à tous. C'est pourquoi, non seulement l'Oumma a seule le droit d'exister, mais encore n'y ont pas de sens la distinction des pouvoirs politique et religieux, les notions de droit naturel, de personne, de communauté de personnes, de liberté, de propriété, de contrat, de corps ou de représentation politique... Le lien qui unit les membres de l'Oumma ne repose pas sur des relations interpersonnelles, mais sur la commune sujétion de tous au Dieu du Coran. La charia y est la loi que l'autorité a pour seule mission de faire appliquer, non d'établir. 

La société dépend directement de l’idée que l’on s’y fait de l’homme, et l’homme est à l’image de son Dieu. Ainsi, alors que le Dieu chrétien a révolutionné le rapport dominant/ dominé : « Si donc Moi, le Seigneur et le Maître, Je vous ai lavé les pieds, vous devez vous aussi vous laver les pieds les uns aux autres. » (Jn 13.14-15 ; cf. Mc 10.43-45), Allah, divinité essentiellement toute puissante et irrationnelle, exigeant une absolue sujétion, engendre nécessairement des relations humaines à leur tour irrationnelles, basées sur des rapports de force et de soumission servile, d'humiliation et d'oppression, de souffrance et de révolte. C'est pourquoi la seule forme de gouvernement possible d'une société musulmane est la tyrannie.

Un musulman ne peut pas ne pas ressentir comme anormale, injuste et donc momentanée, une situation dans laquelle il est soumis ou commandé par un non-musulman: « Vos protecteurs sont [vous n'avez d'autre alliés que] Allah et son apôtre et ceux qui croient. » (Coran 5.55), c'est pourquoi le bienheureux père de Foucauld, connaisseur s'il en était de l'Islam, pouvait écrire à René Bazin : « Tout musulman croit qu'à l'approche du Jugement dernier le Mahdi surviendra, déclarera la guerre sainte et établira l'islam par toute la terre, après avoir exterminé ou subjugué tous les non-musulmans. Dans cette foi, le musulman regarde l'islam comme sa vraie patrie et les peuples non musulmans comme destinés à être tôt ou tard subjugués par lui, musulman, ou ses descendants ; s'il est soumis à une nation non musulmane, c'est une épreuve passagère ; sa foi l'assure qu'il en sortira et triomphera à son tour de ceux auxquels il est maintenant assujetti ; la sagesse l 'engage à subir avec calme son épreuve […] D'une façon générale, sauf exception, tant qu'ils seront musulmans, ils ne seront pas Français, ils attendront plus ou moins patiemment le jour du Mahdi, en lequel ils soumettront la France.[4] » Qui a dit : « Les minarets sont nos baïonnettes, les coupoles nos casques, les mosquées nos casernes et les croyants nos soldats » ? [5]

Pour finir, n'est-ce pas encore injuriant pour les personnes dites homosexuelles que vous prétendez respecter que de donner la parole à un musulman dont la "religion" non seulement légitime la polygamie, institue la pédo-criminalité [6] à l'exemple de Mahomet [6], mais encore sanctionne jusqu’à la peine de mort (Arabie Saoudite, Iran, etc.) les pratiques homosexuelles condamnées par le Coran (26.165-166 ; 29.28-30) ?

Je souhaite que le Mouvement que vous avez jusqu'ici conduit, de résistance à l'Ordre totalitaire imposant la perversion et donc la damnation de nos enfants, ne cesse pas d'être attentif au souffle de l'Esprit de Vérité et d'Amour que Jésus envoie pour que nous sachions nous aimer les uns les autres comme Il nous a aimés (Jn 15.12),

Abbé Guy Pagès




[1] « Le verset : "Vous [les musulmans] êtes le meilleur des peuples jamais créés dans l'humanité" signifie le meilleur des peuples pour les gens, puisque vous les avez amenés enchaînés par le cou jusqu'à ce qu'ils se convertissent à l'islam. » (Récit d'Abu Huraira, Bukhari 60, 80)

[2] Symptome évident de paranoïa ?

[3] Cf. Coran 3.28 ; 16.106. « Ne montrez point de lâcheté et n'appelez point les infidèles à la paix quand vous leur êtes supérieurs… » (K 47.38) ; « La Takyia est notre vraie religion et celle de nos parents. Celui qui ne l'exerce pas, qu’il se considère comme un non pratiquant de l'islam authentique. » (El imam Ali). La « dissimulation de protection » est si bien élevée au rang de vertu que, semblablement, l'imam Ja‘far as-Sadiq, dans un hadith « authentique et digne de foi » ne craint pas d'enseigner que « Quiconque n'observe pas la dissimulation de protection n'a pas de foi » (Anne-Marie Delcambre, La schizophrénie de l'islam, DDB, p. 133). « Le Coran permet au musulman de cacher la vérité au chrétien et de parler et agir contrairement à ce qu'il pense et croit. » (Mgr Beylouni, archevêque d'Antioche, Synode pour le Moyen-Orient, Rome, 2010).

[4] Lettre parue dans le Bulletin du Bureau catholique de presse, n° 5, octobre 1917 et publiée en 2004 par Liberté politique n° 25.

[5] M. Erdogan, Premier Ministre turc, le 6.12.1997. C’est le même qui à Paris en avril 2012 disait aux immigrés turcs : « Personne ne peut vous demander d’être assimilés. Pour moi, le fait de demander l’assimilation est un crime contre l’humanité. […] La France vous a donné un droit à la double nationalité : pourquoi ne la demandez-vous pas ? Prendre un passeport français ne vous fait pas perdre votre identité turque. », ou comment donner une mission de cheval de Troie. Pas plus votre intervenant que M. Erdogan ne sont sans doute d'accord avec ce jugement sur l'islam du fondateur même de la Turquie moderne, Mustapha Kémal Atatürk [1881-1938] : « Depuis plus de 500 ans, les règles et les théories d'un vieux Cheikh arabe et les interprétations abusives de générations de prêtres crasseux et ignares ont fixé, en Turquie, tous les détails de la loi civile et criminelle. Elles ont réglé la forme de la constitution, les moindres faits et gestes de la vie de chaque citoyen, sa nourriture, ses heures de veille et de sommeil, la coupe de ses vêtements, ce qu'il apprend à l'école, ses coutumes, ses habitudes et jusqu'à ses pensées les plus intimes. L'islam, cette théologie absurde d'un bédouin immoral, est un cadavre putréfié qui empoisonne nos vies. »...

[6] Un musulman peut non seulement épouser sa propre fille née en dehors de son foyer, mais il peut encore « épouser » et avoir des relations sexuelles avec des fillettes selon qu’Allah l’a établi dans le Coran au sujet de la répudiation, établissant que les femmes qui ne sont pas encore pubères sont soumises aux mêmes dispositions que les femmes ménopausées (Coran 65.4)… Et cela s’appelle en pratique « imiter le Prophète », parce que lui-même a commis cette abomination, selon le témoignage même de Aïsha, la femme préférée de Mahomet : « J'avais six ans lorsque le Prophète m'épousa et neuf ans lorsqu'il eut effectivement des relations sexuelles avec moi. » (Mahomet en avait alors 52). « Le Prophète écrivit le contrat de mariage avec Aicha alors qu'elle avait six ans et consomma son mariage avec elle alors qu'elle avait neuf ans et elle resta avec lui jusqu'à sa mort » (Bukhari, 7, 62, 8). http://www.islamisme.fr/interdire-le-mariage-des -fillettes-a-partir-de-8-ans-est-une-violation-de-la-charia/

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Point de vue

Commenter cet article

Pivoine 05/06/2013 17:54


Une telle attitude, de la part des manifestants, prouve bien qu'ils n'ont rien compris à ce que trament nos dirigeants depuis + de 40 ans. Ces idiots, qui votent UMPS, ne voient pas que le vrai
danger, bien avant le mariage pour tous, c'est l'islam !


Si de + en + de Français commencent à se réveiller, il faut bien reconnaitre que la majorité est encore endormie !

pouf 05/06/2013 15:52


Quand on lit cela, où tout est référencé...quand on voit la transformation de la France...ceux qui trouvent qu'il n'y a pas de problème (présent et (ou) à venir ) ont vraiment des peaux de
saucisson (halal... ;-) ) devant les yeux...comme on dit !

bonnetain 05/06/2013 13:13


Comme l'Abbé PAGES a raison! Excellente réflexion. Merci l'Abbé.

LA GAULOISE 05/06/2013 09:53


LES MUSULMANS N ONT RIEN A DIRE NI A INTERVENIR SUR QUOIQUE CE SOIT DANS NOTRE PAYS. LE PERE PAGES A TOUT A FAIT RAISON  .BRAVO MON PERE.

Yves IMBERT 05/06/2013 08:57


J'ai également été choqué d'entendre cet abruti de musulman le 26 05, Bravo à ce curé et pourtant je suis protestant, en espérant que les traitres  de sa hiérarchie ouvrent à leur tour les
yeux