Lettre ouverte à Alain Birgy, président de la cour correctionnelle de Montauban

Publié le 21 Février 2012

Voici l'extrait d'un article long qui raconte une histoire, une tranche de vie! Un jugement que l'auteur conteste au point de donner à son blog le nom du juge qui l'a condamné.

Sans entrer dans le détail (article trop long) je vous en donne le début et le lien qui vous permettra de continuer votre lecture! A mon simple avis, il semble qu'il y ait des abus, des incompréhensions, des insultes gratuites c'est à dire un seau de grains de sable dans une machine judiciaire qui vraiment, n'a pas besoin de ça pour se gripper.

Je n'aurais pas fais ce que ce Monsieur à fait! Je n'aurais mener le débat ni dit les choses de la même manière! Faîtes-vous votre opinion sur ce procés qui en dit tout de même long de l'état de notre société s'il se confirmait que cet homme, de par le jugement, doit se faire soigner pour islamophobie.

C'est le 2 mars que Marie-Neige Sardin doit entendre le jugement à son encontre pour insulte envers un voisin "différent" lors d'une fête ou excédée, elle hurla "C'est pas fini votre bamboula"! Bamboula ayant justifié une plainte pour insulte raciale ! 

Gérard Brazon

***********

Ce site est une lettre ouverte à monsieur Alain Birgy, président de la cours correctionnelle de Montauban.

La personne que je dénonce ici ne peut que s'en prendre à elle même si elle se sent diffamée. Je ne fais que divulguer la vérité.
Cette même vérité que l'inquisiteur des temps modernes Alain Birgy, laxiste au moment de juger un criminel qui lui parait exotique ou qui milite pour sa même couleur politique, mais ferme et zélé lorsqu'il s'agit de juger ses congénères du bord politique d'en face, bafoue éhontément.
J'ai nommé ce site "Loi Alain Birgy", car il semble que ce Monsieur, président de la cours correctionnelle de Montauban, ait promulgué sa propre loi sans passer par le Sénat, et sans qu'elle ne soit votée par personne. Une loi auto-promulguée qu'il applique chaque jour, au tribunal de Montauban.
La loi Alain Birgy réprime toute personne non-musulmane qui n'aurait pas la "bonne interprétation" du coran, qui critiquerait ce dogme, qui serait atteinte d'une peur qu'il estime pathologique et qu'il nomme "islamophobie", ou qui interpréterait des appels au meurtre comme étant... des appels au meurtre.
Cette "bonne interprétation" du coran, ou du moins celle qui est estampillée "conforme" par le juge Alain Birgy et son immense culture sur le sujet, reste encore à ce jour introuvable. 
Si quelqu'un sait où se procurer "LA" bonne interprétation du coran à laquelle se réfère le juge Alain Birgy et sur laquelle il s'appuie pour appliquer SA loi et rendre SA justice, je serais très curieux de lire cette exégèse...
Selon la loi Alain Birgy, quiconque use de sa liberté d'opiner pour interpréter des versets dogmatiques, qui incitent à la haine et au meurtre confessionnel, et qui en conclu que ce dogme est en totale infraction avec la loi Gayssot, avec toutes nos lois anti-raciste et avec toutes les valeurs de la république Française, sera diagnostiqué psychopathe par le juge Alain Birgy lui-même, et sera punis de 2 ans d'interdiction de sortir du territoire + 2 ans de suivis psychiatrique + 2 ans d'interdiction d'approcher la maison de sa grand-mère.
C'est une loi plus que bizarre, j'en conviens volontiers. C'est pourquoi je demande au Juge Alain Birgy de bien vouloir répondre publiquement aux questions que suscitent les lois qu'il invente et sur lesquelles il se base pour rendre SA justice dans les tribunaux de la république Française.
(...)
J'ai besoin  d'aide. Mon appel est dans deux mois, à Toulouse, bastion des magistrats socialo-communistes islamophiles.

Merci de m'aider, si vous pouvez. acdiroot@gmail.com

 

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Islamisation française

Commenter cet article