Lettre ouverte à l'UMP de Pascal Hilout né Mohamed.

Publié le 15 Mars 2011

Lettre ouverte à l’UMP qui tergiverse sur l’islam et perd toute crédibilité

Nicolas Sarkozy a voulu que l’UMP lance un débat interne sur l’islam. Des leaders comme François Fillon et Rachida Dati ont vite fait de le transformer en débat sur la laïcité. Mais beaucoup de langues ont entre-temps fourché et le tout s’est transformé en recherche de techniques de contournement pour financer des mosquées. Je tenais donc à adresser une lettre ouverte aux membres de l’UMP pour leur expliquer qu’ils ne peuvent plus nous duper.

—————————————————————————————————–

Chers amis de la droite dite classique,

Je n’appartiens à aucun parti, même si je suis plutôt social-démocrate. Je suis Français né de deux parents musulmans et je crois que depuis au moins trente ans, la France se débat avec un problème que ses ténors politiques ne veulent pas appréhender tel qu’il est. Vous aussi, députés de l’UMP, vous tentez de maquiller la réalité pour faire semblant de la maîtriser. Vous ne pourrez pas éviter l’heure de vérité.

Vous ne le savez que trop tout autant que la France qui côtoie l’islam depuis 1830 : les prescriptions islamiques et les pratiques sociales qui en découlent au quotidien sont à tout jamais incompatibles avec :

  • La Liberté, surtout celle de s’exprimer librement et de critiquer le Coran et Mahomet (Rushdie, Redecker, Van Gogh, Ayan Hirsi Ali, Philippe Val, les caricaturistes  danois…),
  • Avec l’Égalité, puisque la musulmane de France et d’ailleurs n’a jamais eu le droit de sortir avec qui elle aime,
  • Avec la Fraternité républicaine, puisque l’islam prescrit de casser le creuset de fusion pour se reproduire entre-soi, au sein de la communauté, et que les musulmans n’ont pas encore décidé de casser OFFICIELLEMENT et par ECRIT les iniques décrets coraniques. Le Sanhédrin a été amené à le faire mais les musulmans ont toujours été laissés macérer, aussi bien en Algérie, dans les départements d’Outre-mer qu’ en Métropole aujourd’hui.

Et pour vous duper vous-mêmes, vous vous rejouez à chaque fois la séquence bâclée de Bernard Stasi : vous faites croire aux Français que tous ces fondamentaux se ramènent à un problème de Laïcité. Autrement dit, vous vous réfugiez derrière cette ligne Maginot pour ne pas affronter la dure réalité que vous connaissez, celle que nous crée la question islamique, qu’on ne peut confondre avec la question sociale sans une bonne dose d’hypocrisie. C’est cette hypocrisie généralisée, de gauche comme de droite, qui me fait penser que les grands esprits français sont déjà islamisés, conquis, et que vous avez déjà vendu votre âme en acceptant de financer, à hauteur de 30%,d’après Le Figaro, en désignant comme « culturelles » des annexes de mosquées où on enseigne à nos enfants la vénération du Coran et de Mahomet, c’est à dire l’apologie de la force, l’irrespect des autres et l’esprit de conquête. Je crains que le débat que vous vous apprêtez à mener ne serve finalement qu’à vous accorder (ainsi qu’à Delanoë & Cie) une légitimité a posteriori alors que vous avez trahi et nos lois et l’esprit de nos lois. Ne nous racontez plus, en duo, l’histoire du grand méchant loup FN, nous la connaissons par cœur et même Jospin n’y croyait plus.

Contrairement à ce qu’affirment Mme Dati et M. Fillon, en critiquant ouvertement l’islam vous ne stigmatiserez pas les musulmans, vous leur rendrez service et vous aiderez TOUS les français à s’émanciper de cet ensemble d’idées et de pratiques islamiques ségrégationnistes et séparatistes à souhait. A force d’infantiliser les citoyens, d’insinuer que les musulmans seraient les êtres fragiles de la République, vous manquez de dignité et vous manquez de respect à vos concitoyens, aussi bien musulmans que non-musulmans.

Le problème, vous le savez très bien, c’est l’immigration sans effort d’intégration, c’est le niveau d’éducation et de formation déplorable de cette frange de la population dont les familles et les clans sont les premiers responsables et non pas la généreuse Marianne, ce sont les lois sociales qu’impose l’islam à ses adeptes au quotidien, ce sont les caïds que les habitants de nos banlieues nous ont engendrés, dont ils se déchargent et qu’ils imposent au reste de la société.

C’est de votre hypocrisie, chers amis de l’UMP que vous devez vous émanciper pour pouvoir aider la France à s’émanciper d’une idéologie qui nous a condamnés à nous abriter derrière une ligne Maginot, celle de Stasi et des « chance pour la France ». A vos idéologues, osez tout simplement dire  : Dégagez ! Du balai ! Debout les républicains !

Pascal Hilout, né Mohamed

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Point de vue

Commenter cet article

roy 16/03/2011 13:23



Bravo Pascal né Mohamed car des Mohamed comme toi on en voudrait beaucoup en France, nous les soi-disant "souschiens" nous ne sommes pas racistes



muller marie-claire 15/03/2011 19:11



Gérard ceci vient de AGORAVOX et je le publie comme c'est demandé!Sur INTERNET on leur donne des sueurs froides parce que c'est le seul endroit où les gens peuvent s'exprimer:


France : le décret de l’incroyable flicage du net


Une info passée en douce, par le biais d'un simple décret :


"Sur le Web : la police a désormais accès à toutes vos données personnelles


Un décret oblige désormais les fournisseurs de services sur Internet à conserver pendant un an mots de passe, traces d'achats ou commentaires laissés sur le web par les internautes. La police
pourra y avoir accès lors d'enquêtes, ainsi que le fisc ou l'URSSAF. Tollé général sur la Toile."


Il aura suffi d'un simple décret, décidé en catimini, dans les cabinets feutrés d'un pouvoir de plus en plus aux abois, pour démontrer que, décidément, ce qui s'est passé en Tunisie, puis en
Egypte, à savoir le rassemblement populaire permis par le net, fout une sacrée trouille aux gouvernants, immédiatement en oeuvre de "neutraliser" un éventuel effet boule de neige, dans un pays
comme la France, ex-championne des libertés, et, notamment, de la liberté d'expression...
Le décret n° 2011-219 du 25 février 2011 relatif à la conservation et à la communication des données permettant d’identifier toute personne ayant contribué à la création d’un contenu mis en ligne
a été publié hier au Journal Officiel sans l'avis de la CNIL rendu le 20 décembre 2007. Cet avis a été rendu sur le fondement de l’article 11-4°a) de la loi informatique et libertés. Dans ce cas,
l’avis de la CNIL n’est pas systématiquement publié. Notre Commission a décidé de publier cet avis sur son site.

Ben oui, le seul espace d'une véritable information indépendante, finit par nuire à la "COMMUNICATION" diffusée par les médias aux ordres...

La propagande officielle ne saurait souffrir d'une atteinte si grave à sa diffusion tous azimuts ; aussi, tous les internautes se retrouvent désormais totalement fliqués, jusque dans leur
intimité la plus inviolable, par la grâce d'un décret digne des pires dictatures...

On savait déjà être écouté, localisé, filmé, épié, dans l'espace public par tous les moyens mis à disposition d'un état policier (système "échelon" à la mesure planétaire, écoutes illégales,
puces des téléphones portables, caméras de surveillance, etc...) ; c'est maintenant à l'espace privé que s'attaquent, en douce et en toute pseudo "légalité", les petites mains de big
brother....

Formidable tartufferie, ce décret intervient sous la présidence française du G8, censé (sic) "s'occuper de la protection de la vie privée" ; comme annoncé par Sarkozy, en Décembre 2010 (je cite)
:
Le 17 décembre 2010, le Président de la République a annoncé son intention de réunir les principaux acteurs mondiaux de l'Internet en marge du sommet du G8 de Deauville, en mai prochain.
L'inscription du sujet de la protection de la vie privée à l'ordre du jour du G8, qui se tiendra sous la présidence française, permettrait de franchir une étape décisive dans la protection de la
vie privée face au développement des technologies du numérique et éclairerait le rôle déterminant que la France joue en la matière.
Etonnant, non ? :-)

On lira ici la réaction et le communiqué de la CNIL (Commission Nationale de l'Informatique et des Libertés), dont voici la conclusion :.


Enfin, l’article 7 dispose que les données transmises seront enregistrées et conservées pendant une durée de trois ans dans des traitements automatisés mis en œuvre par le ministère de
l’intérieur et le ministère de la défense


.



Conclusion qui ressemble plus à un voeux pieux, qu'à une légitime remise en cause légale de cette atteinte indubitable à la vie privée des internautes.

On attend donc la réaction des diverses associations de citoyens ; consommateurs, internautes, pour les recours devant :
- le conseil constitutionnel,
- les instances juridiques européennes,
pour exiger et obtenir l'annulation de ce decret de la honte, pris en totale infraction avec les DROITS énoncés dans la loi "Informatique et libertés ; droits que vous pouvez défendre de diverses
façons par le biais d'actions en justice, de pétitions, de recours légaux, etc...

Il est d'une extrême urgence, pour tous les internautes, de faire défendre ces droits, sous peine de se voir bientôt entièrement à la merci de l'arbitraire d'un pouvoir en train de détruire les
derniers champs de liberté, pour asseoir une domination sans contrôle sur la liberté d'expression.

A vos claviers ; diffusez l'information, sensibilisez le maximum de personnes autour de vous, contactez la CNIL, les associations de citoyens, pour donner du poids aux actions et recours en
justice, qui essaieront de préserver un des derniers espaces de liberté à la disposition du plus grand nombre..



henri 15/03/2011 16:43



Merci Pascal ,merci Gérard .


C'est bien écrit et envoyé !



Pascal Hilout, né Mohamed 15/03/2011 16:41



Parler de liberté n’a de sens qu’à condition que ce soit la liberté de dire à ses amis de l'UMPPS ce qu’ils n’ont pas envie d’entendre ET surtout de comprendre. Je fais donc mienne la devise
que tu as mise en exergue


Merci Gérard d'avoir relayé mon article.