Lettre ouverte à Monsieur le président de la République, M. François Hollande. Par Régis Ravat, Président de l'A.FR.AV

Publié le 7 Juin 2012

Communiqué de l'A.FR.AV 

(http://www.francophonie-avenir.com)

 

Lettre ouverte à Monsieur le président de la République, M. François Hollande.

Objet : Code de déontologie : un volet linguistique, svp !

 

  

Monsieur le Président de la République,

  

 

Vous avez fait signer récemment aux membres du gouvernement, un

code de déontologie visant à ce qu' « ils ne mélangent pas les genres et qu'ils soient exemplaires dans leur comportement (sic) ». Bravo. 

Toutefois, nous avons constaté qu'il n'existait dans ce document de deux pages aucun paragraphe sur la question linguistique et nous le regrettons.

Nous le regrettons d'autant plus que, comme vous l'avez certainement remarqué, la langue anglaise prenant une place de plus en plus excessive en France, en Europe et dans le monde, un nombre croissant de nos politiciens croient bon, désormais, de s'exprimer en anglais, en notre nom, pour défendre nos intérêts. Pourtant, s'il est de l'intérêt des Anglo-Américains que le monde entier adopte leur langue comme seule langue de communication internationale, il est du nôtre d'aller contre ce diktat, en affirmant l'existence de notre langue sur le plan diplomatique et sur le plan international, et en promouvant et en développant la Francophonie institutionnelle.


Notre intérêt est celui de défendre l'exception culturelle française, et avec elle en premier lieu, notre langue. Cet acte de résistance, loin d'être un repli sur soi, sera une invitation aux cultures et aux langues du monde à mener le même combat, car la mondialisation avec une seule langue, donc avec un seul schéma mental et économique est aussi destructrice que la disparition de la biodiversité.

Cela dit, force nous a été de constater qu'au lendemain de votre élection, M. Pierre Moscovici, votre directeur de Campagne, s'est exprimé en anglais lors de la conférence de presse qu'il a donnée en direct de votre QG à Paris.

M. Moscovici sera-t-il une Mme Lagarde-bis, qui avait l'anglais facile, elle aussi, et qui a obtenu pour cela le Prix de la Carpette anglaise, un prix d'indignité linguistique ? La folie d'anglais qui a animé la plupart des membres de l'équipe Sarkozy, va-t-elle animer aussi votre équipe ?

Allez-vous être comme lui, un promoteur de la langue des « Collabos de la pub et du fric » ? 

- Non, nous espérons que non. Alors, Monsieur le Président de la République, voudrez-vous bien adjoindre un paragraphe sur la question linguistique au code de déontologie que vous avez soumis récemment aux membres du gouvernement ?

 Un paragraphe pour rappeler que si la langue française est bien la langue de la République et de la Francophonie, elle est AUSSI notre langue diplomatique et notre langue internationale.

Un paragraphe pour rappeler que ce n'est pas parce que les Anglo-Américains ne veulent qu'une seule langue internationale pour le monde qu'il faut accepter cette dictature.

Un paragraphe pour rappeler que le courage politique, c'est aussi refuser de se mettre à genoux devant la langue du plus fort du moment.

Un paragraphe pour rappeler, enfin, que les Francophones ont le devoir de se battre pour la langue française, en évitant d'abord de parler anglais - ou franglais - en France, puis de parler anglais à l'étranger dans les pays non anglophones et même d'éviter l'anglais chez les anglophones, s'il n'y a pas de réciprocité.

Pour finir, nous nous permettrons de citer une parole du philosophe et patriote québécois, Pierre Bourgault, qui ne disait pas moins :

« Lorsque nous défendons le français chez nous, ce sont toutes les langues du monde que nous défendons contre l’hégémonie d’une seule ».

En vous remerciant de votre attention et dans l'espoir que cette lettre aura su vous convaincre de l'impérieuse nécessité d'ajouter un volet linguistique au code de bonne conduite que viennent de signer les membres du gouvernement, je vous prie d'agréer, Monsieur le Président de la République, l'expression de ma très haute considération.

 

 

 

 

 

  

 

 

Régis Ravat

Président de l'A.FR.AV (http://www.francophonie-avenir.com)

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Commenter cet article

L'En Saignant 07/06/2012 17:12


Eh .! OUI il y en a marre de tous ces anglophiles qui méprisent le français, jusqu'à nos plus hauts dirigeants, alors que nous possédons une des langues mondialement les plus riches. Alons
jusqu'à nous renier au travers de nos chansons pour ne mettre derrière les reportages TV que des chansons anglaises et baptiser avec cette langue les émissions comme "The VOICE" ... ! "La VOIX",
personne ne comprendrait et, soyons à la fois minauds et francophobes ..!.