Lettre ouverte à Najat Vallaud-Belkacem par Georges Kaplan

Publié le 28 Juin 2012

 

prostituees-300x202.jpg

Madame,

Vous souhaitez abolir la prostitution.

Je veux vous dire avant toute chose que je ne doute pas un instant de votre sincérité. J’ai bien pris note que votre position abolitionniste n’est ni moralisatrice, ni paternaliste ; qu’elle n’est motivée que par une sincère compassion pour ces jeunes femmes, souvent victimes de réseaux mafieux et de proxénètes violents, qui se prostituent non par choix mais parce qu’on les y oblige. Si ma raison, le peu d’intelligence dont je crois être capable, me suggérait qu’une telle politique avait, ne serait-ce que la plus infime chance d’améliorer le sort de ces femmes, croyez bien que je vous soutiendrai corps et âme. Seulement voilà : je crois que vous commettez là une grave erreur et que la prohibition que vous appelez de vos vœux fera beaucoup plus de mal que de bien.

La première chose que vous devez admettre, c’est que vous ne parviendrez jamais à abolir la prostitution. Vous aurez peut être l’illusion d’y être parvenu ; mais ce ne sera jamais rien d’autre qu’une illusion qui ne trompera que celles et ceux qui voudront bien y croire. La prostitution, que l’on évoque souvent – et probablement à tort – comme « le plus vieux métier du monde », existe parce que certains hommes ne peuvent pas satisfaire leurs désirs dans le cadre d’une relation à titre gracieux et parce que certaines femmes, poussées par la pauvreté ou en quête d’indépendance financière, acceptent de leur vendre ce service. Le désir masculin, le fait que certains hommes aient plus de succès que d’autres auprès de la gent féminine, que des couples soient plus ou moins biens assortis, la pauvreté et le fait que certaines femmes acceptent de se prostituer sont autant de constantes qu’aucune politique ne fera jamais disparaître. Peut être parviendrez-vous à ne plus la voir mais soyez sûre que, même sous un régime prohibitionniste, la prostitution continuera à exister. La véritable question est de savoir dans quelles conditions.

En poursuivant les clients, vous les obligerez à se montrer plus prudents, vous forcerez ainsi les prostituées à trouver des solutions pour leur offrir plus de discrétion, plus de clandestinité. Bien sûr, l’organisation d’un marché clandestin implique des coûts et une organisation adaptée : très rapidement, les indépendantes disparaîtront au profit de réseaux organisés capables d’organiser de telles rencontres.

La demande et la concurrence se faisant plus rares, ces réseaux pourront compenser les risques induits par votre politique en augmentant leurs tarifs. Mais n’ayez aucune illusion : les prostituées, elles, ne toucheront pas un centime de plus ; bien au contraire, ce sont les réseaux mafieux qui seront les principaux bénéficiaires de la prohibition. Des clients qui acceptent de payer plus cher, une main d’œuvre désormais totalement dépendante : il n’en faut pas beaucoup plus pour que le proxénétisme devienne une activité extrêmement lucrative. Forts de leurs pactoles et des perspectives florissantes de leurs activités, les réseaux pourront alors investir pour éliminer physiquement la concurrence, organiser leurs trafics à plus grande échelle et capturer encore plus de victimes non-consentantes dans leurs filets.

À l’abri des regards, les prostituées seront désormais livrées pieds et poings liés à leurs proxénètes qui pourront leur imposer des conditions de travail encore plus indignes tandis que les clients devront se contenter de ce que leur offre le réseau qui aura su se faire connaître d’eux : hygiène dégradée, absence de préservatifs… Il est inutile, je crois, de pousser plus avant la description de l’abjecte cloaque que vous vous apprêtez à créer.

Les politiques de prohibition – de l’alcool, de la drogue comme de la prostitution – n’ont jamais eut d’autres conséquences que de nourrir le crime organisé au dépens du reste de la société. C’est le gouvernement des États-Unis qui a fait la fortune d’Al Capone plus que n’importe qui d’autre. Si, comme j’en suis sincèrement convaincu, votre objectif est d’aider ces jeunes femmes, c’est précisément la politique inverse qu’il vous faut mettre en œuvre : légalisez la prostitution et abrogez la loi de 1946 qui interdit les maisons closes. Vous porterez ainsi un coup fatal aux réseaux de proxénétisme clandestins et vous permettrez aux prostituées de travailler de leur plein grès et dans conditions d’hygiène acceptables.

Au-delà des partis-pris idéologiques et des impératifs de la communication gouvernementale, les décisions que vous vous apprêtez à prendre seront lourdes de conséquences pour la vie de milliers d’anonymes. Souvenez-vous, de grâce, que les bonnes intentions ne suffisent pas – l’enfer, dit-on, en est pavé – et que, comme l’écrivait Karl Popper, « nos plus grands problèmes trouvent leur source dans quelque chose d’aussi admirable et sensé que dangereux : dans notre impatience à améliorer le sort de nos semblables » (1).

> le blog de Georges Kaplan

1. Karl Popper, La Société ouverte et ses ennemis (1945), préface de la deuxième édition.

 

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Faits Divers- Sociétés

Commenter cet article

DURADUBOL 29/06/2012 11:26


Elle ne connaît pas le serpent de mer. Elle ferait mieux de s'intéresse aux 728.000 euros que son roi a donné pour payer
le solde d'une construction de mosquée EN FRANCE au lieu de combattre la pauverté dans  son pays y compris la prostitution infantine

Claude Germain V 28/06/2012 21:41


Sans vouloir faire montre de mauvaises pensées ,cette dame aux dents pointues à l'air d'UNE VERITABLE SPECIALISTE DU SUJET ,car cette forte en gueule aux doubles emplois-binationnaux est tres
certainement plus qu'au courant de ce qu'il se passe dans son veritable pays de coeur ......soit dix fois plus de prostitution qu'en France ,elle doit le savoir puisque Tanger grande plaque
tournante de la traite des blanches depuis 1 siecle ......ou 10 fois plus .Le pays qui la vie naitre et faire allegeance au roi du Maroc et ici a Hollande1er .Et oui que voulez vous on se reserve
toujours une porte de sortie au pays mere .On ne sait jamais ce qui pourrait un jour arriver en France ......ce que nous sommes des millions dailleurs a souhaiter .....Charles Martel !!!!!
reviens !!!!

Epicure 28/06/2012 21:12


Pourquoi donc Kaplan esai-t-il de discuter avec une cinglée totalitaire et croyante délirante?


Cela ne sert strictement à  rien...L'Histoire l'a démontré!


Attendre et survivre restent les deux solutions sans faille autre que celles de n'y point parvenir!


Comme pour Obama et son rêve social...Quelques années de déficits massifs et majeurs et la faillite réglera la question..pas le Débat entre croyants!