Lettre ouverte de Jacques Kupfer à Ban Kimoon qui semble bien être un ignare patron de l'ONU.

Publié le 28 Décembre 2012

Europe-Israël

Voici la lettre ouverte de Jacques Kupfer à Ban Kimoon:
« J’ignore si vous savez qu’il n’y a aucun lien entre l’islam et Jérusalem, que son nom ne figure pas une seule fois dans tout le Coran.  Ce n’est que la libération de Jérusalem par l’armée juive en 1967 qui a déclenché un attachement aussi soudain que suspect à Jérusalem.

 

Le seul peuple ayant un droit historique, national, religieux, moral sur Jérusalem est le seul peuple Juif. Et donc, si vous l’ignorez, vous êtes un ignare et si le sachant, vous réagissez en condamnant la construction chez nous, vous êtes un antisémite. » 

 M. Ban Kimoon  Dans les hautes fonctions qui sont les vôtres, il est évident que vous savez choisir les priorités. Les problèmes qui secouent notre planète sur tous les continents sont tellement intenses et nombreux que vous devez sélectionner avec soin ceux qui méritent toute votre attention et qui nécessitent une réaction immédiate.

Vous avez toutefois, à titre personnel et au nom de votre organisation, une prédilection particulière pour le Proche Orient. A juste titre, cette région du monde exige toute votre attention.

 

Les coptes massacrés en Egypte, les Syro Chaldéens tués et expulsés d’Irak, les maronites en voie de fuite au Liban, le peuple kurde bombardé par les avions turcs et privé de tous ses droits, le réacteur nucléaire en Iran et les tentatives syriennes…

C’est pourquoi je me pose des questions en lisant votre récente déclaration sur les événements se déroulant dans la capitale juive, Jérusalem.

Un promoteur immobilier a acquis de la manière la plus légale qui soit, un bâtiment anciennement dénommé « hôtel Shepherd ». Cet immeuble abritait le mufti Hadj Amin El Husseini, l’allié d’Hitler et le créateur des unités SS musulmanes. Il est évident qu’un tel immeuble a une valeur historique indéniable pour les successeurs du mufti et leurs amis. En fait ce lieu côtoie le tombeau de Simon le Juste, haut lieu de prières pour les Juifs.

 

Le promoteur, muni des autorisations municipales nécessaires, a détruit cette vieille carcasse en ruine pour y construire un ensemble d’habitations modernes et correspondant au style de Jérusalem. Une bouffée de fierté .

Vous avez immédiatement réagi, en condamnant cette opération qui mettrait « en danger les négociations » en cours entre Israël et les arabes de Judée Samarie.

Voyez-vous, M. Ban KI Moon, votre attitude m’inspire évidemment une bouffée de fierté en constatant qu’un immeuble à Jérusalem, surtout dans sa partie orientale, a une telle importance que le responsable de l’ONU s’attarde à le commenter.

Une construction juive dans la capitale juive de l’Etat Juif requiert une absolue priorité par rapport aux événements planétaires. Vous avez raison, de manière inconsciente certes, de sentir que la construction juive sur notre Terre hâte l’avènement d’une ère nouvelle.

Ma seconde réflexion consiste à me demander si vous êtes totalement ignare (ce que je ne peux croire) ou antisémite forcené (ce que je n’ose imaginer).
Permettez-moi de vous expliquer pourquoi.

Je ne peux douter un seul instant que vous ayez lu la Bible et que vous sachiez que Jérusalem est la ville du Roi David (non, pas Daoud!), la ville sainte pour le peuple juif où furent édifiés nos Temples sur le Mont du Temple (pas l’esplanade des mosquées).
Vous n’ignorez pas que Jérusalem est la ville de nos prophètes juifs et que c’est dans sa direction que mon peuple juif en exil s’est tourné pendant deux millénaires pour ses dévotions juives.
Vous ne pouvez également ignorer que nos prières pour la reconstruction de notre capitale sont répétées quotidiennement depuis le premier jour de notre bimillénaire exil. Vous savez que nous jurons au moment de fonder un foyer juif que «notre droite dépérisse » si jamais nous oublions Jérusalem.

 

Tout cela, à moins d’être effectivement un ignare bâté, vous le savez.

Ignare ou antisémite :

J’ignore si vous savez qu’il n’y a aucun lien entre l’islam et Jérusalem, que son nom ne figure pas une seule fois dans tout le Coran.

Ce n’est que la libération de Jérusalem par l’armée juive en 1967 qui a déclenché un attachement aussi soudain que suspect à Jérusalem.

Le seul peuple ayant un droit historique, national, religieux, moral sur Jérusalem est le seul peuple Juif.

Et donc, si vous l’ignorez, vous êtes un ignare et si le sachant, vous réagissez en condamnant la construction chez nous, vous êtes un antisémite.

Vous ne pouvez pas ignorer, M Ban Ki Moon, que la prime à l’agression n’est pas une pratique civilisée et que ce n’est pas l’agresseur vaincu, qui dicte ses conditions à l’agressé vainqueur.

Ce n’est pas l’Allemagne nazie qui a dicté ses conditions de reddition et ce n’est pas le Japon impérial qui a décidé des suites du conflit.

Les alliés, vainqueurs, ont imposé aux vaincus des conditions de reddition impératives.

Les îles Sakhaline furent annexées par l’Union Soviétique, Eupen et Malmédy repris par la Belgique, l’Alsace et la lorraine définitivement récupérées par la France.

Pouvez-vous ignorer que le Peuple juif est revenu sur sa terre, conformément à son destin éternel et en accord avec la Société des Nations, les accords de San Remo et le droit du vainqueur.

Le Peuple d’Israël fut agressé dès sa création par une coalition des états arabes voisins,(1948) attaqué à nouveau en 1956, menacé de disparition en 1967, attaqué le Jour le plus saint de son calendrier à Yom Kippour en 1973, soumis à la guerre d’usure, aux attaques terroristes à partir du Liban et des villes occupées par les arabes, obligé d’entrer en guerre au Liban, soumis aux tirs des Kassams de Gaza et des tirs meurtriers sur sa frontière Nord.

Quel exemple avez-vous vu dans l’Histoire de l’Humanité, où un agresseur barbare est vaincu mais garde la faculté de dicter ses conditions pour « négocier ».

Il appartient et il a toujours appartenu au vainqueur de dicter les conditions de la reddition de son ennemi, de fixer les frontières de son pays et de déterminer librement où se situe sa capitale.

« peuple palestinien »:

Vous savez certainement que « le peuple palestinien » est une invention fort récente et que jamais une « Palestine » arabe » n’a existé dans l’Histoire.

Vous savez que les fonds versé aux prétendus « réfugiés palestiniens »permettent de continuer à entretenir des parasites malfaisants et corrompus depuis des générations, de fournir des sommes énormes pour la nomenclature terroriste, édifier des villas luxueuses à Gaza et Ramallah.

Vous savez que les pays arabes où vivent ces parasites refusent de les naturaliser et de leur permettre une intégration en leur sein qu’ils réclament pour les arabes dans les pays occidentaux.

Vous savez que ces mannes financières qui alimentent le terrorisme arabe depuis six décennies auraient pu solutionner tous les problèmes que rencontre le continent africain.

Si vous l’ignorez, vous êtes un ignare mais si vous le savez, vous êtes un antisémite. A vous de choisir.

La troisième possibilité:

En fait il existe une troisième solution que je n’ose vous proposer, le cumul des deux qualifications soit ignare et antisémite.

Bien sûr, cette lettre sans changer un iota aurait pu être adressée à de nombreux hommes politiques occidentaux mais vous les représentez si bien!

D’ailleurs vous aurez une splendide opportunité de prouver une fois de plus votre attachement à la tolérance religieuse!

Désormais, les juifs auront enfin la possibilité de prier devant ce que nous appelons le « petit Kotel », un morceau de la muraille autour de notre Mont du temple.

Cet endroit se situe dans la partie encore peuplée d’arabes de notre capitale.

Je suis persuadé que vous déciderez que des prières juives en un tel lieu seront une raison suffisante pour mettre un terme aux « négociations ».

Vous serez sûrement rejoint sur ce point par un président européen qui trouve normal que des musulmans bloquent les rues de sa capitale en imposant leurs prières publiques mais qui trouvera anormal que les Juifs en Israël puissent prier devant un reste de leur gloire passée, une preuve de leur grandeur actuelle et un gage de leur splendeur future.

Comme l’affirmait M. Menahem Begin : « Nous y sommes par la force du droit et non par le droit de la force ». Mais s’il faut, le démontrer par le droit de la force….

Avec mes salutations pas trop respectueuses.
Jacques Kupfer

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Israël: une démocratie

Commenter cet article

Aaron 28/12/2012 14:40


Troisième tentative.


Merci Monsieur Kupfer d'avoir justifié le dicton suivant:


"D"une poule on ne fait pas un aigle ". Je diffuse votre lettre avec grand plaisir.

Aaron 28/12/2012 14:38


Je reprends mon commentaire qui apparemment n'a pas été publié.


Je félicitais Monsieur Kupfer pour cette lettre en rajoutant qu'il avait justifié le dicton suivant:


" D'une poule on ne fait pas un aigle ".


Je diffuse, évidemment, sans modération.

Aaron 28/12/2012 14:33


A diffuser sans modération, bien entendu.


Merci, Monsieur KUPFER d"avoir démontré que " d'une poule on ne fait pas un aigle ".