Point de vue: la guerre d'Algérie et le rôle du Parti Communiste Français.

Publié le 17 Avril 2011

         Il y a deux ans, j'avais été révoltée par l'acharnement de ces gens de gauche et particulièrement les communistes, contre tout ce qui pouvait représenter de près ou de loin à un pied noir.

Aujourd'hui, nous  n'avons pas avancé d'un pas. Une fois encore nous avons été trahis par un Nième président de la république. Nous sommes persécutés par les communistes. L'église et les intellectuels (... de gauche, pardon !)  sont aussi aveugles que l'étaient leurs aînés, bouchés à l'èmeri, leur univers s'est calqué sur la Révolution d'Octobre. Quant aux médias, c'est leur prose qui avait déclenché ma colère.

Voici ce dossier que je dois compléter avec des documents en ma possession, il commence comme ça : "Durant tous ces mois de février et mars  2007, les médias nous ont rappelé les dates anniversaire  d’évènements importants s’étant produits en Algérie avant  l’indépendance."

En fond de trame    "LE"    film  de Gilles Perez  , qui ne plait pas à nos détracteurs «  Les Pieds Noirs , Histoire d’une blessure »      

.   8  février –  Centre de Recherche Historique   -Anthropologie historique d’un massacre d’Etat « Charonne 8 février 1962 » Nathalie Petiteau .

.  16 février - Lutte Ouvrière Hebdo  -  Exécution de Fernand Iveton – membre du Partic Communiste et poseur de bombes à Alger.

-   23 février – Les Anciens Combattants  - « Polémique autour du massacre d’Oran »

-  19 mars -Certaines  associations (comme la FNACA) et Ségolène Royale proposent de rétablir la date du 19 mars pour célébrer la fin de notre guerre.

 .  22 mars -  L’ Humanité  -  « En finir avec la tyrannie des mémoires …. »

Toutes ces dates sont importantes. Nous ne voulons rien occulter . Il est néanmoins regrettable que ces journalistes et autres historiens qui écrivent ne se souviennent que des faits qui ont endeuillé la communauté musulmane ou les militants des partis de gauche.

Colonisation – Immigrés – Terrorisme – Repentance – OAS …." 

Ces sujets ne cessent de revenir sur le devant de la scène -  les élections ont bon dos -  pour réaffirmer que seuls les algériens étaient des martyrs. Ils l’ont été aussi , puisqu’ils vivaient cette guerre au quotidien comme nous, mais ils n’ont pas été les seuls !

Dans cette Algérie, alors département Français, un million d’européens vivaient les affres de la guerre avec son lot  de misères. L’insécurité. La peur des terroristes . La peur des gardes mobiles. La peur tout simplementAinsi l’article détonnateur  a été celui de l’Humanité du 22 mars 2007 .

1 - ANNEES 1954 - 1955

 

- Où il est écrit que l’OAS  était le plus grand terroriste d’Algérie et porte la plus grande responsabilité sur les conséquences de notre exode.

- Où il est fait mention de l’action sociale menée par Germaine Tillion appartenant au Parti Communiste Français dès les premières années de la guerre d’Algérie.

- Où il est dit que le premier assassinat perpétré en Algérie contre un instituteur a été condamné par le FLN ….

          Pour ne pas qualifier ces écrits de mensongers et partisans, nous dirons qu’ils sont inexacts. Nous devons, pour en apporter la preuve, faire un  retour en arrière jusqu’en 1954,  le 1er novembre exactement pour situer le rôle de chacune des parties.

1954 - 1955

Dans la nuit du 31 octobre au 1er novembre 1954,  c’est l’insurrection .  Les rebelles tuent des civils européens dans une opération orchestrée qui sera étendue à tous les départements.

Dans Historia Magazine «La Guerre d’Algérie», le Général Georges SPILLMANN  témoigne :

" En cette belle fin de mois d’octobre 1954 ,on se félicitait du calme régnant en Algérie. "


 

1 - ANNEES 1954 - 1955
 

 

 

Le  CRUA , Comité Révolutionnaire pour l’Unité et l’Action, est  identifié par les RG depuis mai 1954. Il est dirigé par Ben M’hidi, Didouche Mourad, Rabah Bitat, Mohamed Boudiaf et Ben Boulaïd auxquels viendra s’ajouter Krim Belkacem.

Ils rédigeront et approuveront « la proclamation historique du 1er novembre » en même temps que la naissance du FLN, et déclencheront ce même jour dans les Aurès, en Kabylie, dans le Constantinois, l’ Algérois et l’Oranie la vague d’attentats simultanés qui devaient créer la psychose et l’insécurité chez les européens.

 "La Nuit de la Toussaint" restera le souvenir le plus douloureux pour tous les Français d’ Algérie".

           C’est bien cette nuit-là que Guy Monnerot, instituteur à Ghassira,  fut assassiné à Thighanimine. Sa femme est laissée pour morte sur le bord de la route. Ils ne furent malheureusement pas les seules victimes des fellaghas du FLN , cette nuit-là et jusque après l’indépendance du pays.

Dans son éditorial du même numéro de  Historia Magazine consacré à la Guerre d’Algérie , Jean FONTUGNE  fait une juste analyse de « l’Affaire d’Algérie » qui n’est pas encore la « guerre » mais que l’on appelle «les évènements d’Algérie».

 

1 - ANNEES 1954 - 1955

Extrait de l’Echo d’Alger du 7/8 novembre 1954

 

1 - ANNEES 1954 - 1955

 

 

Une semaine plus tard , François Mitterrand, Ministre de l’Intérieur et responsable de l’Algérie déclarait à la radio  :  « l’Algérie c’est la France » .

Pourtant , c’est neuf ans auparavant, lors du défilé du 1er mai,  organisé par le parti  communiste algérien et la CGT à SETIF ,  que les premiers signes de rebellion vont entâcher d’incidents violants et même sanglants le calme algérien.

 

PARIS  - 1er Mai 1946

1 - ANNEES 1954 - 1955

 

         Après le coup de semonce du 1er novembre 1954  le fossé se creuse entre les tendances. Les communistes veulent l’indépendance immédiatement.

 

1 - ANNEES 1954 - 1955

Malgré les déclarations de Mitterrand, la fédération des Maires d’Algérie avait invité les parlementaires à ne pas voter la confiance au gouvernement si  les conditions qu’elle réclamait : « la mise hors la loi du parti communiste algérien et châtiment des responsables et fellaghas pris les armes à la main » - n’étaient pas respectées.

François Mitterrand leur répondra le 10 décembre 1954  à l’Assemblée Nationale :

1 - ANNEES 1954 - 1955
                                                                                                                                
                                                                                                                                                   Echo du Pays

 

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Histoire de France

Commenter cet article

nobeline 18/04/2011 05:13



Merci Gérard,


Cet article que j'avais publié il y a trois ans sur un autre site est toujours d'actualité.


J'ai d'autres documents qui prouvent que le combat d'aujourd'hui, en France, ressemble à s'y méprendre à celui que nous avons mené là-bas.


Merci de l'avoir fait partager à nos compatriotes qui ne connaissent pas notre ennemi.



mfh 17/04/2011 21:31



...lors de la "seconde guerre  d algerie"on  connait deja les methodes de ceux d en face...et ca fait froid dans le dos....quant aux collabos ca ferra comme en 40:il y aura des
resistants de la derniere heure...quand on dit que l histoire se repete...mf



Francis CLAUDE 17/04/2011 19:36



oui bien triste comportement de certains français lors de cette guerre d'algérie que j'ai faite et j'ai connu(tres peu )des poseurs de bombes Français au service du FLN qui n'ont pas eut besoin
d'avocat des leur1er heure de garde a vue...........ceci étant lors de la seconde guerre dd'algérie mais la sur le sol Français comment vont se comporté nos collabos de tout poils?


je vous pose la question!