Libye : deux militantes britanniques pro-palestiniennes enlevées et violées.

Publié le 5 Avril 2013

Deux femmes britanniques, membres d'une association humanitaire, ont été enlevées, avec leur père et deux autres Britanniques, à Benghazi (Libye) mardi. Le groupe a été libéré le jour même et se trouve depuis en sécurité au consulat de Turquie de la ville libyenne. Les deux femmes auraient été violées, plusieurs arrestations ont été menées depuis jeudi.

Le Matin-dz

La police libyenne fait face à des groupes armés La police libyenne fait face à des groupes armés

Le vice-Premier ministre libyen Awadh al-Barassi a indiqué jeudi que les deux femmes avaient été enlevées et violées par cinq hommes dans l'est libyen.

Sur sa page Facebook, il révèle qu'elles «ont été horriblement violées devant leur père». 

Il affirme avoir rendu visite aux deux victimes à Benghazi. Leur véhicule arrêté à la frontière égyptienne, le groupe enlevé à Benghazi.

Les deux femmes, «deux sœurs» pro-palestiniennes, rapporte le site britannique The Guardian, faisaient parties d'un large convoi humanitaire de dix véhicules. Ce convoi était divisé en plusieurs groupes. Le véhicule transportant les deux femmes avait trois autres Anglais à bord, dont le père des deux sœurs.

Après avoir traversé la France, l'Espagne, le Maroc, l'Algérie, la Tunisie et la Libye, ils devaient encore traverser l'Egypte pour rejoindre la bande de Gaza (Palestine). Alors qu'il arrivait à la frontière égyptienne, le convoi a été arrêté et est resté bloqué sur place pendant plusieurs jours. La voiture transportant les cinq Britanniques a décidé de rebrousser chemin et de retourner à Benghazi en Libye. Le père et ses deux filles, ainsi que les deux autres humanitaires, voulaient se rendre à l'aéroport pour prendre un avion et rentrer en Angleterre. C'est à leur arrivéé à Benghazi qu'ils ont été enlevés par cinq inconnus mardi matin. Les cinq Britanniques auraient été relâchés quelques heures plus tard. 

Malgré la déclaration du vice-premier ministre libyen, une source diplomatique occidentale a de son côté confirmé, sous le couvert de l'anonymat, l'enlèvement mais n'a pas été en mesure de préciser si les femmes avaient été victimes d'un «viol ou d'une agression sexuelle».

Sans commentaire de ma part, hormis que le printemps libyen nous donne des fruits pourris! ndlr Gérard Brazon

 

 

Le viol des femmes au nom de l'Islam

Par Khaled Abu Toameh

Traduction Nancy Verdier

3 avril 2013

 

A partir de maintenant, les familles des militants «pro-palestiniens» devront réfléchir  dix fois avant d'envoyer leurs filles dans des convois d'aide humanitaire.

Alors que les djihadistes en Syrie importent des filles de Tunisie pour satisfaire leurs besoins sexuels, leurs collègues en Libye pratiquent l’enlèvement et le viol des femmes.

La semaine dernière, le père de deux jeunes femmes britanniques d'origine pakistanaise a déclaré que ses filles avaient été violées sous ses yeux par des fondamentalistes musulmans dans la ville orientale de Benghazi en Libye.

Le père, Awadh al-Barassai, a déclaré sur sa page Facebook que les jeunes femmes faisaient partie d'un convoi humanitaire qui se dirigeait vers la bande de Gaza.

Il a dit que ses filles avaient été violées devant lui après avoir été kidnappées par des extrémistes  musulmans. Il a condamné le crime comme un «acte horrible."

Selon des informations parues dans les médias arabes, les deux femmes ont été violées selon une fatwa [décret religieux islamique] émise par le Jordanien salafiste Cheikh Yasser Ajlouni.

La fatwa d’Ajlouni permet aux djihadistes d'avoir des rapports sexuels avec des femmes qui tombent en captivité pendant la guerre.

Les femmes qui ont été violées en Libye évidemment n'avaient pas eu connaissance de la fatwa.

Le fait qu’elles fassent partie d'un convoi humanitaire destiné à  aider des musulmans de la bande de Gaza n'a pas empêché les djihadistes libyens de commettre leurs crimes.

Les groupes «pro-palestiniens» en charge du convoi ont dû se sentir un peu gênés de ces actes odieux. C'est sans doute la raison pour laquelle ils ont essayé de cacher l'affaire aux yeux des musulmans et de la communauté internationale.

Ce qui est arrivé à ces deux femmes en Libye  est une honte qui suscite le mépris pour l'islam, mais aussi pour tous ceux qui sympathisent avec les fondamentalistes et les terroristes, y compris les «savants» et les «cheikhs» qui autorisent de tels crimes.

Les musulmans modérés qui ne trouvent pas de mots pour condamner fermement ces terroristes et violeurs musulmans portent également la responsabilité des crimes commis au nom de l'islam.

Les viols collectifs  perpétrés en Libye vont également causer des dommages énormes auprès des Palestiniens de la bande de Gaza. A partir de maintenant, les familles des militants «pro-palestiniens» à travers le monde devront sérieusement réfléchir  avant d'envoyer leurs filles accompagner des convois d'aide humanitaire.

 

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Israël: une démocratie

Commenter cet article

FRANHENJAC 06/04/2013 01:47


Et leur Père, lequel les accompagnait, peut se mordre les doigts...cet imbécile !


Ces gens là sont des traîtres,  je ne les plaindrais pas !


 

henri 05/04/2013 18:30


Bien fait pour leur c* !


Religion de paix et d'amour....


Elles ont eu l'amour... les veinardes ! :-) 

island girl 05/04/2013 12:46


La vie remet bien souvent les pieds sur terre aux imbéciles les 2... "britanniques" d'origine pakistanaise ont brutalement mis les pieds dans la réalité!


 

Claude Germain V 05/04/2013 12:25


Elles ont vu de pres les pro-palestiniens , elles n'ont qu'a se demerder avec l'amour qu'elles avaient a torcher des pro-palestiniens .. apres tout entre pros et palestiniens c 'est une grande
histoire d'amour ......... alors voila encore un bel exemple de cooperation rapprochée ......


TROOOOOPPPPSSSS BOOONNNNN !!!!! TROOPPPSSSS  CCCRRRRROOOONNNSSS  !!!!!

Epicure 05/04/2013 12:00


Je ne peux pas m'empêcher de rigoler furieusement.....! Qu'est-ce que je suis méchant....


J'en aurais honte, si ces idiotes n'étaient pas Selber schuld: fautives elles-mêmes.


Comme on dit: Qu'elles aillent se faire f...

LA GAULOISE 05/04/2013 09:53


Il faudrait , peut etre , réaliser que certains pays de sauvages sont à bannir.