Libye, le plus grand pillage d'armes par des mains inconnues, de toute l'histoire des conflits modernes

Publié le 28 Janvier 2013

url

Peter Bouckaert est directeur de la section Urgences de l’ONG Human Rights Watch (HRW). Il détaille pour le site TSA Algérie, la plus grande fuite d’armes des conflits modernes :

« Les grandes quantités d’armes qui ont été pillées en Libye seront certainement l’un des effets les plus graves de déstabilisation dans la région pour de nombreuses années à venir.

Kadhafi était un collectionneur obsessionnel d’armes, et les stocks d’armes dans le pays sont énormes.

60 à 70 bunkers remplis d’armes jusqu’au plafond

À travers le pays, nous avons trouvé des installations de stockage d’armes sous formes de 60 à 70 bunkers remplis d’armes jusqu’au plafond.

Je parle d’un grand nombre de mitrailleuses, de canons anti‑aériens, des mines terrestres, de grenades propulsées par fusée, d’artillerie, de mortiers, de missiles, de roquettes GRAD, d’armes antichars guidées, de chars, de bombes à fragmentation, de grenades, d’explosifs plastiques et même quelque 20 000 missiles air‑sol (Manpads) capables d’abattre des avions civils. La quantité d’armes est carrément surprenante, et pose un risque extrême pour la stabilité de toute la région.

En dépit de nos avertissements constants et des préoccupations exprimées par de nombreux voisins de la Libye, la communauté internationale et le Conseil national de transition libyen n’ont pas réussi à prendre des mesures fermes pour empêcher le pillage de ces stocks d’armes. Presque toutes les installations ont été laissées sans surveillance.

Après la chute de Tripoli, j’ai observé une installation dans la région de Salahadin et j’ai vu comment les entrepôts d’armes de la 32e brigade Khamis, la force élite en Libye, ont été pillés par 18 camions. Pendant toute une journée, sans que personne ne les arrête, les contrebandiers ont chargé camion après camion de munitions et ont disparu sans jamais être revus.

Deux jours après la mort de Kadhafi, j’ai trouvé une grande base aérienne près de Syrte, où des missiles sol‑air Manpads étaient encore disponibles pour le pillage, j’ai par la suite conduit vers le sud à 300 km dans le désert pour trouver un bunker d’armes pas du tout sécurisé, avec tout ce que ça peut offrir comme armes pour être pillées.

Un pillage dix fois supérieur à ce qu’on a vu en Irak

C’est peut‑être la plus grande prolifération d’armes dans des mains inconnues que nous ayons jamais vue dans l’histoire des conflits modernes, d’une échelle dix fois supérieure à ce qu’on a vu en Irak, par exemple.

Les armes qui ont disparu en quantités massives commencent déjà à se voir dans la plupart des pays voisins avec un effet très déstabilisateur. Je crains que l’effet de ces armes ne se fasse sentir pendant de nombreuses années, et que nous parlions encore de ce problème dans les dix années à venir.

De grandes quantités d’armes ont fait leur apparition dans le Sinaï

De grandes quantités d’armes en provenance de Libye ont fait leur apparition dans le Sinaï, ce qui pose un sérieux défi pour le gouvernement égyptien.

A Gaza, des armes très particulières à la Libye

Lors d’un récent rassemblement du Hamas à Gaza, les militants ont défilé avec des armes qui sont très particulières à la Libye, à savoir l’AK‑103/2 et le fusil FN‑2000 belge, tous deux trouvables uniquement en Libye avant Le conflit de 2011. Certains de ces AK‑103/2s ont même fait partie d’une cargaison d’armes interceptée par les autorités nigériennes, en route vers le Mali.

Combattants touareg expérimentés qui ont fui la Libye vers le Mali avec une grande quantité d’armes

Le flux d’armes au nord du Mali a été particulièrement intense, car la plupart des fondateurs du Mouvement national pour la libération de l’Azawad (MNLA) sont des Touareg exilés en Libye, tel que le défunt Ibrahim Ag Bahanga, ou les hauts commandants touareg de Kadhafi, comme le colonel Mohamed Ag Najem, entre autres. La situation des Touareg en Libye est devenue très difficile car ils sont accusés d’être des partisans de Kadhafi, et Kadhafi avait par le passé recruté de nombreux Touareg de la région. Il y avait donc un important mouvement de combattants touareg expérimentés qui ont fui la Libye vers le Mali, souvent en emportant avec eux une grande quantité d’armes.

L’introduction de ces puissantes armes de guerre a complètement transformé le conflit dans le nord du Mali et a permis à la coalition de combattants lourdement armés de rapidement anéantir l’armée malienne, mal préparée. Il y avait de nombreuses défections et en plus des armes en provenance de Libye, les combattants ont également pris d’importants stocks d’armes appartenant à l’armée malienne, et ont fui avec leurs véhicules blindés.

La situation en Algérie est très différente car les services de sécurité algériens sont plus puissants et plus nombreux que ceux des pays voisins. Alors on peut supposer qu’il y a moins d’armes qui sont entrées en Algérie.

Mais l’instabilité du sud de la Libye et du nord du Mali représente un défi de sécurité pour l’Algérie, comme en témoigne la tragédie d’In Amenas, parce que les groupes extrémistes peuvent avoir leurs bases et s’armer dans les zones les plus instables de la région et les utiliser pour perpétrer des attaques en Algérie. Mokhtar Belmokhtar est principalement basé dans le nord du Mali et a été vu à Gao et Tombouctou, mais des combattants alliés semblent avoir organisé la prise d’otages. Ainsi, la menace pour l’Algérie est réelle et l’Algérie est appelée à jouer un rôle positif pour tenter d’endiguer le flux d’armes dans la région et faire en sorte que les armes ne tombent pas entre les mains de groupes extrémistes.

L’opposition libyenne (soutenue par les européens) a permis le pillage massif de grands stocks d’armes, et nous voyons déjà les effets de cette prolifération d’armes dans les mains de centaines de miliciens en période de grande instabilité dans de nombreuses régions de la Libye.

L’attaque contre le consulat américain à Benghazi qui a conduit à la mort de l’ambassadeur Stevens et de trois de ses collaborateurs est une puissante sirène d’alarme. L’administration américaine a déclaré avoir été surprise par les armes puissantes utilisées par ceux qui ont attaqué l’ambassade, mais la réalité effrayante, c’est que des centaines de milices à travers la Libye sont armées jusqu’aux dents et possèdent assez d’armes de guerre pour mener à bien une attaque similaire.

La communauté internationale a également omis de faire face à la menace des armes non sécurisées en Libye.

J’ai rencontré de nombreuses fois des responsables américains de l’UE et de l’ONU et je leur ai exposé la gravité du problème des armes non sécurisées en Libye, expliquant que cela pourrait sérieusement déstabiliser la région. J’ai tiré la sonnette d’alarme dans d’innombrables interviews à la presse. Mais la seule question qui intéressait les États‑Unis et les autres pays, c’était la sécurisation des missiles sol‑air Manpads qui sont capables d’abattre des avions. Ils n’étaient pas intéressés par la menace posée par la prolifération des armes ordinaires.

J’étais en Irak en 2003 et j’ai vu le même pillage à une échelle beaucoup plus petite.

Et pendant les dix années qui ont suivi, les États‑Unis et les civils irakiens ont payé le prix sanglant de cet échec, la souffrance presque quotidienne des voitures piégées et des attentats suicide perpétrés à l’aide de bombes fabriquées avec des munitions dont ils ont permis le pillage en 2003.

En ont‑ils tiré une leçon ?

Maintenant que les armes ont disparu, il est beaucoup plus difficile d’essayer de régler le problème.

Avant, il aurait juste fallu mettre un check‑point à l’entrée des enceintes de stockage des armes pour empêcher le pillage. Ou bien, l’Otan aurait pu bombarder certaines des installations pour détruire les armes avant qu’elles ne soient pillées.

Maintenant, les armes sont dans des réseaux secrets et sur le marché noir et sont presque impossible à contrôler. Les seules mesures qui peuvent être prises, c’est plus de contrôle aux frontières dans la région pour empêcher la prolifération des armes, ainsi que les programmes de rachat et d’autres incitations pour récupérer les armes, mais même ces approches ne seront que partiellement efficaces. »

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour www.Dreuz.info

 

http://www.tsa-algerie.com/divers/armes-libyennes-et-menaces-sur-la-region-les-effarantes-revelations-d-un-haut-responsable-de_23549.html

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Le Nazislamisme

Commenter cet article