Lilian Thuram: les faux-culs peuvent aussi être noirs ! Ils peuvent même battre leurs femmes.

Publié le 17 Septembre 2013

Karine Le Marchand, l’étoile bleue de Lilian Thuram

Lilian Thuram accusé de violences conjugales par Karine Le MarchandPour profiter des journées du patrimoine ce week-end, une bonne idée était de se rendre à « la fête de l’huma » à la Courneuve. Retour vers le futur : en plein 93, transporté gracieusement par les navettes de la RATP (à moins que ce ne soit par les subventions du conseil général ou de la municipalité…) on pouvait baigner dans cette atmosphère populaire et banlieusarde des années 80. Nostalgie garantie : à écouter les militants, le mur de Berlin n’est pas tombé et, heureusement, Erich Honecker dirige toujours la RDA.

En plus, un certain nombre de vieilles vedettes du show-biz étaient annoncées. Entre autres, Jamel Debbouze et Lilian Thuram.

Le recordman de sélection en équipe de France y présentait ce vendredi 13 les travaux de sa fondation contre le racisme. Une noble lutte qui s’élargit à toutes les formes de discrimination dont, bien sûr, le sexisme. D’ailleurs, sur la page d’accueil du site internet de la fondation Lilian Thuram, on peut lire cette docte citation de Françoise Héritier, anthropologue qui succéda à Claude Lévi-Strauss au collège de France,  « La question de l’inégalité des sexes est éminemment politique. Ce modèle inégal est la matrice de tous les autres régimes d’inégalité ».

Une occasion également de faire dédicacer le best-seller de Lilian Thuram, Mes étoiles noires, de Lucy à Barack Obama. Un hommage aux héros de la lutte antiraciste et féministe dans lequel on retrouve une biographie de Sojourner Truth, une militante américaine (noire bien sûr), féministe de la première heure. Tout un programme.

« Comme Lilian Thuram a le sens de l’honneur, il refusera naturellement sa décoration et se retirera de la vie publique… »

Quelle stupéfaction lorsque, le lendemain matin, on apprenait que l’homme, qui n’avait que le mot égalité à la bouche la veille, était depuis le 4 septembre l’objet d’une plainte déposée au commissariat du XVIe arrondissement pour violence conjugale ! La dépêche AFP allant jusqu’à détailler la scène : la charmante animatrice de M6 aurait été tirée par les cheveux et poussée à trois reprises sur le frigidaire. Glaçant. Quelques heures plus tard, son avocat annonçait son intention de retirer sa plainte tout en soulignant l’aspect remarquable des idées défendues par l’homme. Un peu tard.

Une nouvelle qui tombe au plus mal en effet. Mardi, est justement programmée, au palais de l’Élysée, une cérémonie de remise de la rosette d’officier de la Légion d’Honneur en présence de Christiane Taubira, gardienne des sceaux (parité du vocabulaire oblige). Lilian Thuram, chevalier depuis 1998, avait dénoncé « la sarkoïsation des esprits » et s’était indigné aux Inrocks en ces termes: « on est en France, un pays dit civilisé et on accepte que des gens soient expulsés, j’allais même dire déportés« . Bref il avait fait preuve d’un vrai courage politique, lequel vaut bien une rosette rouge.

Personnellement j’aurais préféré qu’on décore Karine Le Marchand mardi. Jusqu’à présent elle n’a eu que le mérite agricole des mains de Stéphane Le Foll pour son émission L’amour est dans le pré.

Mais peu importe après tout, ce n’est pas à ce genre de détail que doit penser Karine Le Marchand. Elle a eu le courage de porter plainte contre celui qu’elle a aimé. C’est bien assez.

Qu’un habitué des discours les plus moralisateurs, comme celui prononcé à Nantes pour l’inauguration du mémorial de l’abolition de l’esclavage, soit démasqué est une bonne chose. Quelques années après l’affaire Bertrand Cantat il rappelle à nos belles âmes qu’on peut avoir du talent, être à la fois l’oracle des Inrocks et l’ambassadeur de l’UNICEF, tout en cognant sa femme dans sa cuisine.

Mais comme Lilian Thuram a le sens de l’honneur, il refusera naturellement sa décoration et se retirera de la vie publique…

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Du côté des médias

Commenter cet article

marie-plume 18/09/2013 12:28


"Qui s'assemble se ressemble" dit un adage... Cette dame a partagé les thèses et la fondation de son association, soi-disant, "anti-racisme" - tiens, aujourd'hui que sieur "pépère" a voulu
supprimer ce mot du vocabulaire, comment cette association parviendra-t-elle à subsister?- elle ne pouvait donc pas ignorer la vraie nature de son compagnon... Il est vrai "l'amour est aveugle"
dit encore un proverbe, mais tout de même, que les journaleux veuillent faire passer ce monsieur pour un preux chevalier, c'est une insulte pour tous les vrais héros de l'Histoire de
France...Quant au reste, la dame aura une récompense, prochainement, à n'en pas douter par ceux qui l'ont dissuadée de "retirer sa plainte" et tant pis pour la vraie cause féminine,
l'égocentrisme étant la pirre angulaire de toute cette pseudo-affaire de bobos de troisième catégorie...Pffttt!

island girl 18/09/2013 11:33


Une médaille donnée par un BOUFFON ...c'est ridicule ! seul un zoulou pourrait accepter ébloui par tout ce qui brille ! je ne connais pas ce bonhomme Thuran mais à mon avis il est handicapé 
...il fait une fixation sur sa couleur de peau !

LA GAULOISE 18/09/2013 08:40


CE QUI SERAIT INTERESSANT A SAVOIR C EST LE MOTIF DU RETRAIT DE LA PLAINTE . COMBIEN ?

mika 17/09/2013 21:53


Lilian Thuram vs Elisabeth Levy (CSOJ)


https://www.youtube.com/watch?v=jrAiiUMbdW4


Dans cette vidéo, à l'appui de ses allégations, Thuram produit un manuel scolaire français  "raciste" dont il dit et
répète qu'il est édité en 1977.


Elisabeth Levy est prise de court et de soupçons...Elle avait raison de douter.


Le texte ci-dessous émanant de Médiapart explique l'escroquerie intellectuelle de Thuram.



http://blogs.mediapart.fr/blog/emmanuel-esliard/140312/lilian-thuram-marionnette-televisuelle