Lille à l'heure marocaine. Préface Nancy Verdier

Publié le 15 Juin 2012

Prochainement, les Lillois vivront à l'heure marocaine. Une belle manifestation "du vivre ensemble" et de "repentance" comme on les aime tant en France et surtout à Lille où la Maire Martine Aubry ne manquera pas de faire la "leçon" aux citoyens et de lessiver davantage les jeunes cerveaux ....La déculturation, la perte des racines et des repères des Ch'tis au milieu d'une débauche de plats Halal. Seule la gente marocaine a le droit de préserver ses racines et ses liens avec sa "terre" d'origine.

  Nancy Verdier

Loquendi Libertatem Custodiamus - Gardons la liberté de parler 

Cela fait 7 ans que la ville de Lille est jumelée avec la ville d’Oujda et pour fêter ce septième anniversaire, la communauté marocaine de la ville du nord organise une série d’activités et d’évènements du 21 au 24 juin prochain. Les détails.

Lille.jpg

Centre ville de Lille

       

Du 21 au 24 juin prochain, Lille fêtera la ville d’Oujda à travers différentes manifestations culturelles et artistiques.

7000 Oujdis à Lille

Parmi les 9 villes du monde avec lesquelles Oujda est jumelée, il y a Lille. Un jumelage qui a vu le jour en 2005 et ce, grâce à la pression de la communauté marocaine et notamment les Oujdis vivant dans le nord de la France. Aujourd’hui, la ville de Lille compte 7000 Marocains originaires d’Oujda. « Au départ, la maire Martine Aubry voulait créer un jumelage avec une ville du Sénégal mais nous les Marocains de Lille, on a tout fait pour lui faire changer d’avis et la convaincre de choisir Oujda car il y a plus de Marocains dans la ville que de Sénégalais » se souvient Yahya Benasaid, français d’origine marocaine, âgé de 44 ans. Cela fait une vingtaine d’années qu'il vit à Lille où il est professeur de physique. Il a quitté le Maroc pour étudier en France alors âgé à peine de 20 ans. Il fait parti des Marocains qui ont permis à ce que le jumelage voit le jour. Venant régulièrement à Oujda sa ville natale, Yahya Benasaid explique également qu’il sert d’intermédiaire entre les autorités des deux villes pour faciliter la communication. « Oujda est une ville qui a plus de onze siècles d’histoire, elle se trouve à la frontière avec l’Algérie et n’est pas si loin de l’Espagne. La ville a beaucoup de points en commun avec Lille qui se trouve également à la frontière avec la Belgique et de laquelle on peut se rendre en Grande-Bretagne assez facilement », ajoute-t-il.

Mais l’une des autres grandes raisons qui a également permis à ce jumelage de voir le jour est l’histoire de l’immigration marocaine dans le nord de la France, une région jadis riche en charbon qui a attiré bon nombre d’immigrés marocains dans les années 60-70. Puis, après les fermetures de ces mines, une partie de ces immigrés a travaillé dans le secteur du textile. Après la crise du textile, ces Marocains se sont recyclés dans d’autres secteurs. L'histoire de l'immigration marocaine fait parti de l'histoire comtemporaine de Lille. Ainsi, le jumelage entre Oujda et Lille a permis d’organiser des échanges entre les jeunes gens des deux villes pour découvrir l'autre culture, faciliter les échanges des professeurs au niveau des universités, promouvoir le tourisme et les opportunités d'affaire dans l'Oriental.

Au programme….

La célébration des 7 ans d’existence de ce jumelage sera marquée par une série d’évènements culturels et artistiques pour attirer un large public, des plus jeunes aux plus anciens avec des concerts d’artistes venus d’Oujda, des troupes folkloriques de danse de l’oriental, des compétitions de ronda (jeu de cartes), des distributions de pâtisseries marocaines dans les grands marchés de la ville. D’autres activités uniques et originales sont notamment prévues comme par exemple une exposition de photographies qui retrace le trajet en bus que certains Marocains de Lille font pour se rendre à Oujda, une conférences sur l’Emir Abdelkader, guerrier algérien qui a demandé au 19ème siècle l’appui du Maroc pour mieux lutter contre les forces coloniales françaises en Algérie ou encore une autre conférence sur les relations entre le Maroc et l’Algérie. Le montant total de ces activités culturelles s'élève à 160 000 euros. 60% sont pris en charge par la mairie de Lille, 30% par la ville d’Oujda et le reste par des organismes privés.

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Islamisation française

Commenter cet article

Marie-claire Muller 16/06/2012 14:51


Pourquoi ne pas leurs donner les clés de la ville?? c fait!!!ah bon !Moi qui suis lilloise je suis révoltée de voir comment une politicienne véreuse peut agir contre sa ville et les habitants qui
n'ont même pas l'idée de s'opposer!

Claude Germain V 16/06/2012 09:43


Misscollabo  commence serieusement a ............ elle n'a pas un petit scandale financier ou un petit detournement derriere elle par hasard ??????