Lunel : Après l'agression du commerçant, la position du maire fait réagir.

Publié le 9 Octobre 2012

Midi-Libre

Toutes condamnent unanimement les faits. Les Lunellois réclament des sanctions exemplaires contre les agresseurs et une sécurisation du centre-ville de Lunel. Faisant qui plus est le triste constat d’une situation dégradée. Les politiques ont été les premiers à réagir (lire ci-dessous). Les commerçants et le public n’ont pas été en reste. Hier, les réactions ont été très nombreuses à la suite de l’agression d’un commerçant, jeudi soir, en centre-ville de Lunel.

 

Toutes condamnent unanimement les faits. Les Lunellois réclament des sanctions exemplaires contre les agresseurs et une sécurisation du centre-ville de Lunel. Faisant qui plus est le triste constat d’une situation dégradée.

La position du maire sur la sellette

Mais les commentateurs critiquent également vertement la mairie de Lunel. Personne n’évoque, bien sûr, une quelconque responsabilité de cette dernière dans l’agression (qui pourrait penser cela !). Non, c’est la position adoptée par le maire, Claude Arnaud, qui suscite une indignation certaine. Celui-ci a indiqué qu’il avait conseillé au commerçant agressé de fermer son commerce plus tôt (ce que ce dernier a d’ailleurs fait) : "En fermant plus tard, cela l’isole", a-t-il expliqué, la patrouille de police déjà prévue tous les jours à l’heure de fermeture des commerces passant plus tôt dans la soirée.

Les élus accusés d'amateurisme

Mais pour beaucoup d’observateurs, ce n’est vraiment pas la bonne solution (et on passera sur les remarques vulgaires). "Le conseil de ce maire prouve encore une fois que tous ces élus sont incapables de gérer des situations graves et font preuve d’un amateurisme déconcertant", croit devoir noter un lecteur. "En fait, il ne faut rien dire, ne pas bosser, laisser faire. C’est un bien bel exemple", ajoute un autre. "La société qui accepte de fermer plus tôt sur proposition d’élus comme réponse à la criminalité n’a aucun avenir", lâche Odette.

Des slogans ironiques

D’autres préfèrent l’ironie : "Travailler plus pour gagner plus est mort. Vive le fermer plus tôt pour sauver sa peau" ou "Pour ne pas être agressé le soir, fermer le soir et pour ne pas être agressé le matin, fermer le matin aussi". Voici encore deux propositions : "On pourrait aussi leur demander à quelle heure ils veulent passer pour emporter la caisse ?" et "Il n’y a qu’à faire un supermarché dans la cour de la gendarmerie" ! 

Les commerçants ne se sentent pas soutenus par la mairie

Autre remarque qui revient souvent : le soutien aux commerçants et l’envie de les voir continuer à proposer leurs services aux Lunellois. "Les commerçants sont la vie de la ville et doivent être soutenus et protégés", s’indigne ainsi Jean Thibaut. Quant à ce commerçant du cours Gabriel-Péri, voisin du primeur agressé, il est bien du même avis : "C’est malheureux de voir cette ville, où il y a autant de volontés, en terme de dynamisme... et de voir cette dynamique s’effondrer. La mairie ne va pas au fond des choses pour nous aider. Les commerçants ne sont pas des électeurs..."

Bref, il y a des dizaines et des dizaines de réactions. Où le refus de "reculer", "d’abandonner la ville, à partir d’une certaine heure, aux délinquants", revient en permanence, avec une même demande : "Il faut faire régner la loi !" 

Patrick Vignal, député PS de Lunel réclame « la plus grande fermeté. Cela prouve que cette Zone de sécurité prioritaire (ZSP) est obligatoire.Il faut que le maire mette en place un CSPD, avec les commerçants, les artisans, la gendarmerie, la justice. » Et de se dire prêt à utiliser ses fonds pour aider la Ville : « Si elle veut des médiateurs pour tourner en centre-ville et accompagner les commerçants, ou de la vidéosurveillance. Mais encore faut-il qu’elle soit opportune. » Il propose aussi un débat avec les commerçants et la ville, concluant : « Il faut les encourager à ouvrir. Quand il y a de la vie, la délinquance recule. » 

La délégation UMP du canton de Lunel « s’associe à l’indignation des commerçants. Nous condamnons avec la plus grande fermeté. (...) La délinquance sur Lunel est un véritable fléau qu’il est grand temps de dénoncer. Elle ne se traitera pas en demandant aux commerçants de baisser plus tôt leurs rideaux. Agissons pour qu’ils puissent travailler et vivre de leur travail en toute sérénité. » Et d’annoncer une prochaine rencontre avec les commerçants. 

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Commenter cet article

DURADUPIF 09/10/2012 15:45


Les Grouchy de Lunel arrivent après. Ce recul du courage et de la falsification des raisons profondes de l'insécurité en dit long, ici comme ailleurs, de cette fuite en avant de l'irreponsabilité
des élus "responsables". Heureusement qu'il y a du courage chez des petits et sans grade qui disent, haut et clair, pourquoi et comment notre Pays en est arrivé là. Gloire à eux !

Yves IMBERT 09/10/2012 10:06


il en est de ce pseudo maire comme du parton du 8e RPIMA, courage fuyons, l'un impose un couvreu feu aux commerçants, l'autre impose à ses troupes de ne pas sortir le soir, les deux par craintes
des racailles musulmanes des cités


les 30 000 kalachs des cités ont bon dos, alors que ces pétouilles d'armes légères  ne sont rien  devant une 12,7 ou un canon de 20 mm