Lycée Edgar-Quinet : des bandes, des armes et... 25 interpellations.

Publié le 18 Septembre 2013

Des richesses de la France, les mêmes qui seraient dit-on, les "Chances" pour notre pays.

Une guerre entre bandes a bien failli éclater mardi vers 12h30, en plein cœur du 9e arrondissement de Paris. Vingt-six jeunes ont été interpellés alors qu'ils s'attroupaient devant le lycée général et technologique Edgar-Quinet, rue Duperré, selon une information révélée par RTL.

Les suspects, qui n'étaient pas inscrits dans l'établissement, se sont rassemblés devant le lycée avec un véritable arsenal : battes, béquilles, armes blanches, couteaux, bombes lacrymogènes, machettes et même un sabre de samouraï, selon des témoins. Ils avaient la ferme intention d'en découdre avec un élève de 16 ans, scolarisé au lycée.

La police demande des renforts

C'est le proviseur du lycée qui, voyant des jeunes à "l'air hostile" qui se regroupaient, a prévenu la police.  Pour éviter l'affrontement, la police a dû appeler en renfort plusieurs équipes de la brigade anticriminalité (BAC). Les vingt-cinq interpellés ont été placés en garde à vue à la demande du parquet. 

Les origines du conflit étaient inconnues mardi soir. Il s'agirait "d'une histoire de bandes", a indiqué à metronews le proviseur, Jean Claude Devaux. Une quarantaine de jeunes s'étaient postés une première fois vers midi devant le lycée, avant de revenir vers 13 heures. "Heureusement, c'est arrivé entre midi et deux. Beaucoup d'élèves n'ont rien vu", a précisé le proviseur.

"Escalade de violence"

Selon une source policière, les jeunes interpellés ont entre 14 et 18 ans. Lundi soir, une première altercation entre jeunes s'est soldée par six interpellations rue Lafayette, à proximité. "C'était le match retour", estimait cette source.

Dans un contexte électoral fort, la droite parisienne n'a pas hésité à dénoncer "l’escalade de violence qui sévit dans Paris", ciblant "l’angélisme de l’équipe sortante" et appelant au renforcement de la vidéoprotection et de la "police de quartier". Un voisin quant à lui tempère : "c'étaient des gamins, ils se sont regardés dans le blanc des yeux pendant 20 minutes mais ils ne se sont pas tapé dessus".

Source MetroNew

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Faits Divers- Sociétés

Commenter cet article

Roban 19/09/2013 00:01


Qu'est ce que l'on attend pour renvoyer ces canailles dans leur pays d'origine avec toute leur famille ?

ANGE 18/09/2013 23:50


comme l equipe de football

island girl 18/09/2013 18:26


Il n'y a pas un blanc !

aupied 18/09/2013 14:56


Et c'est ça la richesse de la FRANCE ??? Marine au secours devenez  le Charles Martel en jupons MERCI POUR NOUS 

Polux 18/09/2013 14:05


Putain ! Ils n'ont pas peur !


Mais étaient-ils assez pour en " découdre " avec un seul lycéen ?

mika 18/09/2013 12:38


Le Parisien: Lui aussi illustre les faits par une photo...mais pas la même !



http://www.leparisien.fr/paris-75/paris-une-bande-armee-arretee-devant-un-lycee-18-09-2013-3147511.php