Madame la Ministre Taubira et la traite négrière! Et l'esclavage des blancs?

Publié le 20 Mai 2012

On savait que Madame Taubira était aussi une madame "Sans gêne"! Pas celle du brave Maréchal de France ami de l'Empereur, mais celle qui n'a guère de scrupule à dire tout et son contraire!

Cette femme n'est pas raciste c'est sûr mais c'est bien pire! Elle aménage, temporise, excuse en fonction de la situation! Un blanc d'Europe sera toujours un salaud d'héritier de négriers et d'esclavagiste doublé d'un descendant de coloniaux! Un arabo-musulman dont les ancêtres pratiquèrent la colonisation d'une grande partie de l'Afrique de l'Ouest, de l'Est et de toute la côte Méditéranéenne, ainsi que l'esclavage interafrique durant 14 siècles en vue de pourvoir en femmes et en eunuques les harems n'est pas un salaud mais une victime!

Voilà donc une Ministre de la Justice dont on sait l'importance qu'elle apporte à l'esclavage et au racisme! Pour ma part cela me va bien à la condition que ce soit dans le cadre d'une bonne  justice!

En fait, Madame Taubira ne reconnait qu'un seul racisme! l'anti noir!  Qu'un seul crime l'esclavage! Et encore, dans un temps et un espace donné! A partir du 15ème siècle et sur les Océans Atlantique et Indien! Ses origines peuvent expliquer son tropisme! Mais elle est Ministre de la Justice tout de même! Autrement dit, pour elle, l'esclavage  des noirs et des blancs par la traite arabo-musulmane, par les tribus noires elles-mêmes, n'est pas un crime contre l'humanité! Mais pourquoi donc me direz-vous? Voici la réponse!  

Christiane Taubira déclare sans ambages (Express mai 2006"qu’il ne faut pas trop évoquer la traite négrière arabo-musulmane pour que les «jeunes Arabes» «ne portent pas sur leur dos tout le poids de l’héritage des méfaits des Arabes». Les enjeux du présent expliquent ces relectures du passé".  Pour ce qui est des Français blancs, les enjeux seraient donc différents! Seraient-ils condamnés à disparaître?

Gérard Brazon 

****

Ces logiques communautaires influent aussi sur le projet mémoriel La Route de l’esclave, décidé en 1993 par l’Unesco : Roger Botte, chercheur au Centre d’études africaines du CNRS, constate qu’il privilégie également la traite transatlantique du fait de «la pression des représentants du monde arabe et des Etats africains». [...]

La loi Taubira du 10 mai 2001 qualifie la seule traite négrière de "crime contre l'humanité"... les millions de chrétiens razziés par les Barbaresques, les Turcs et Arabo-musulmans passent par pertes et profits. Aussi, l'esclavage toujours présent en Afrique (Niger, Soudan) et dans la Péninsule arabe (Arabie Séoudite, Yemen, EAU...) n'a jamais fait l'objet d'aucune condamnation par Mme Taubira.

Lors de l'arrivée des Français à Alger en 1830, 15 000 esclaves chrétiens furent libérés... Dans le même article de l'Express d'où est tirée cette citation on lit : 

"Un des meilleurs spécialistes actuels des traites négrières, Olivier Pétré-Grenouilleau, a été attaqué en justice au nom de la loi Taubira. Parce qu'il rappelait que la quasi-totalité des esclaves africains avaient été razziés non par des Blancs, mais par des négriers africains et que le commerce des esclaves était une routine sur le continent noir bien avant l'arrivée des négriers européens. Il lui était aussi reproché de réfuter l'application du terme de «génocide» aux traites négrières, contredisant ainsi le parallèle implicite entre l'esclavage et l'extermination des juifs qu'évoque l'exposé des motifs de la loi Taubira.

img064.jpgL'affaire Pétré-Grenouilleau a d'autant plus inquiété les historiens que la loi de 2001 précise dans son article 2 que «les programmes de recherche en histoire» devront accorder «la place conséquente qu'ils méritent» à la traite négrière et à l'esclavage, dont l'interprétation judiciaire risque de se limiter à la définition partielle que ladite loi donne.

Et Christiane Taubira ne les a pas rassurés en déclarant que constituerait pour elle un «vrai problème» le fait qu'Olivier Pétré- Grenouilleau, professeur d'université, «payé par l'Education nationale sur fonds publics», continue d'enseigner ses «thèses» aux étudiants"

L'histoire scientifique devient une "thèse" personnelle quand elle ne cadre pas avec la doxa de Taubira...

Observatoire de l’islamisation.

 

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Commenter cet article

Marie-claire Muller 20/05/2012 22:04


Christiane TAUBIRA, Garde des Sceaux, a été condamnée par la justice en octobre 2004



Publié par legaulois.info

Envoyer par
e-mailBlogThis!Partager sur
TwitterPartager sur
Facebook
Rubriques : Justice, Politique



 





Le nouveau Garde des Sceaux est une reprise de justice ! Ayrault, puis Fabius et maintenant Taubira… Le candidat
socialiste déclarait le 14 avril dans Le Journal du Dimanche : « Je n’aurai pas autour de moi à l’Élysée des personnes jugées et condamnées. » Un quinquennat hollandien qui
commence donc par un bien gros mensonge…


 






Le 15 mai, soit exactement un mois après cette déclaration médiatique, François Hollande, président de la République
fraichement intronisé, nommait Jean-Marc Ayrault, son ami et compagnon de route au PS, Premier ministre. Le nouveau Premier ministre avait été, en 1997, condamné à six mois avec sursis et à
l’équivalent de 4.500 euros d’amende pour favoritisme dans une affaire de marché public. N’ayant fait l’objet d’aucun appel, la peine est devenue effective en 1997 et a été considérée comme
exécutée cinq ans plus tard. Et le député-maire de Nantes a été réhabilité en 2007.





Même chose pour Laurent Fabius : le député de Seine-Maritime, ancien Premier ministre de François Mitterrand, avait été
mis en examen pour homicide volontaire de l’affaire du sang contaminé. Il a comparu en février et mars 1999 devant la Cour de justice de la République qui l’a relaxé le 9 mars 1999. Il est devenu
le ministre des Affaires étrangères de François Hollande.





Et aussi pour Christiane Taubira, devenue Garde des Sceaux, qui, en septembre 2004, a été condamnée aux pour le licenciement
injustifié et la rupture abusive de son ancienne assistante parlementaire Sylvia Edom.





À l’époque L’Express relatait l’évènement comme suit : « La rentrée parlementaire de Christiane Taubira a eu lieu en avance, dans une petite salle au quatrième étage du conseil
des prud’hommes de Paris, où, le lundi 27 septembre, la députée de la Guyane a été condamnée. Son ancienne assistante parlementaire d’octobre 2002 à avril 2003, Sylvia Edom, a obtenu la
requalification de ses deux CDD en CDI. Le conseil a également estimé son licenciement injustifié et la rupture du CDD « abusive ». Si elle échappe au paiement d’heures supplémentaires
réclamé par la partie adverse, l’ex-candidate à l’élection présidentielle devra lui verser 5.300 euros. Se disant « sûre de son bon droit », elle ne s’interdit pas de faire appel et s’
« étonne du bruit soulevé par cette affaire ordinaire ».





Celle-ci témoigne d’un malaise grandissant chez les assistants. Selon l’Union syndicale des collaborateurs parlementaires, il
y a eu depuis le début de l’été environ 70 licenciements parmi les petites mains des députés. Le secrétaire général de l’organisation, Jean-François Cassant, évoque la multiplication de
« mauvaises pratiques » à l’Assemblée depuis un an. Et passe à l’offensive : le 5 novembre, il présentera avec son homologue du Sénat un projet de convention collective des
assistants parlementaires. Une démarche symbolique, car l’Assemblée ne peut pas signer un tel texte, n’étant pas considérée comme l’employeur des assistants, même si elle alloue chaque mois aux
députés 7 500 euros pour rémunérer leurs collaborateurs. C’est ce qu’a confirmé le 18 février la Cour de cassation : « Les députés composant l’Assemblée nationale ne constituent pas une
unité économique et sociale. » Chacun d’entre eux gère donc sa petite entreprise comme il l’entend. Au risque, tout de même, de se faire taper sur les doigts s’il ne respecte pas la loi. Un
comble pour ceux qui l’élaborent. »





Pas joli, joli, le sens social de Madame le Garde des sceaux !

mika 20/05/2012 21:33


Justement ! video (9mn)


Zemmour reproche à Taubira sa perception lacunaire de l’esclavage et Michel Polac en remet une couche sur l’affaire Pétré-Grenouilleau...
http://www.youtube.com/watch?v=4ziUD5wzfcY