Mairie de Paris : Bertrand Delanoë et la scandaleuse gestion du Vélib'

Publié le 9 Novembre 2012

La Chambre régionale des comptes vient de rendre un rapport sur la gestion calamiteuse du service Vélib’ par la .

La scandaleuse gestion du VélibCe rapport de la Chambre régionale des comptes sur leVélib’ est accablant pour la ville de Paris: aucun contrôle des chiffres fournis par JCDecaux, révisions du contrat Vélib’ au désavantage de la ville ( voir Les aides pour Vélib’), gestion calamiteuse…

D’après le rapport de la Chambre régionale des comptes, les indicateurs de qualité mis en place pour évaluer le service Vélib’ sont peu satisfaisants: les défaillances techniques (crevaisons, bris de chaîne, cadres voilés) ne sont ni comptabilisées ni sanctionnées par la ville de Paris alors qu’elle mettent en danger les utilisateurs de Vélib’. La ville de Paris a même révisé ses exigences de qualité à baisse ( voir Les aides pour Vélib’) afin de faciliter le versement de l’intéressement à JCDecaux.

Pire, JCDecaux n’a pas respecté ses obligations de maintenance et de régulation: 85% des moyens de régulation de JCDecaux ont été alloués  aux 14ème, 18ème, 19ème et 20ème arrondissements, entraînant un service bancal ou inexistant dans les autres arrondissements et un taux d’insatisfaction des usagers de 74 % .

Mais le rapport de la Chambre régionale des comptes s’attarde surtout sur la scandaleuse gestion financière de Vélib.

En effet, JCDecaux encaisse irrégulièrement des recettes destinées à la ville de Paris et les verse avec retard ( dans une logique bien connue des grandes entreprises pour faire fructifier l’argent).

De plus, la ville de Paris n’a jamais vérifié les livres comptables de JCDecaux, qui peut donc faire ce qu’il veut dans le dos de la ville, sans avoir de comptes à rendre à personne.

Selon la Chambre régionale des comptes, les hausses de tarifs de Vélib ( voirHausse du prix du Vélib), dues en partie à l’extension du service en banlieue, ne sont pas justifiées.

La ville de Paris a même renoncé aux pénalités prévues pour non-déploiement du parc de vélos. Seuls 18210 vélos ont été déployés alors que JCDecaux s’était engagé à en déployer 23 801. Sans aucun conséquence pour JCDecaux, qui continue à encaisser quelle que soit la qualité du service !

Rappelons que le coût du Vélib’ s’élève à 1,6 million d’euros par an pour les contribuables parisiens. A ce prix là, il serait peut-être temps que la ville de Paris s’occupe de la gestion de son service…

source: www.delanopolis.fr

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Commenter cet article

Banro 10/11/2012 01:14


C'est encore une affaire de pédés à vélo !

jp 09/11/2012 09:47


il est sans aucun doute préoccupé par les mariages qui font la une