Malala, "enfant courage", cible des talibans

Publié le 11 Octobre 2012

Malala a reçu une balle dans la tête. Elle a été hospitalisée à  Peshawar dans un état critique.

Malala a reçu une balle dans la tête. Elle a été hospitalisée à  Peshawar dans un état critique. Photo: AFP

 

Malala Yousufzai, féministe en herbe de 14 ans, a été grièvement blessée par des talibans à la sortie de son école au Pakistan.

A seulement 14 ans, Malala Yousufzai est désignée par les talibans comme la cible à abattre. Mardi, à la sortie de son école à Mingora (Pakistan), elle a essuyé les tirs de combattants du Mouvement des talibans du Pakistan (TTP), allié à Al-Qaïda, qui a depuis revendiqué l'attaque. La jeune fille est dans un état critique. De part le monde, les réactions affluent. "Une attaque barbare" condamnée par les Etats-Unis contre une adolescente qui se bat "pour la paix, les libertés, les droits des jeunes filles à l'éducation et à l'autonomie dans son pays", souligne la France.

En 2009, la jeune fille s'est fait connaître avec son blog hébergé par la BBC : "Journal intime d'une écolière pakistanaise". Elle y raconte son quotidien dans la vallée de Swat sous le joug taliban. Elle voit son école pour filles fermée, de nombreuses autres incendiées. "J’ai réalisé l’importance de l’école au moment où elle a été interdite à Swat, écrit-elle alors. Je me suis demandé pourquoi, alors que de telles atrocités sont commises contre nous, personne n’ose les dénoncer ". A onze ans, 'l'enfant courage' le fait. L'année dernière, le gouvernement pakistanais lui décerne le Prix national pour la paix.

Prix national pour la paix

Malala revendique le droit des filles à l'éducation, leur droit à porter des couleurs, leur droit à s'exprimer, leur droit à jouer. Féministe avant l'heure dans un pays en proie à la montée du fanatisme religieux, Malala Yousufzai force le respect. "Elle est dans un état critique comme le Pakistan, écrit ce mercredi le quotidien anglophone pakistanais The News. Nous sommes affligés par le cancer de l'extrémisme et si rien n'est fait pour retirer la tumeur, nous allons glisser encore davantage vers la bestialité".

"C'est une fille à la mentalité occidentale qui passe son temps à nous dénoncer, a asséné un porte-parole islamiste au lendemain de la tentative d'assassinat. Nous l'avions prévenue qu'il fallait qu'elle cesse de parler (... ) qu'elle prenne le chemin de l'islam". Les médecins de Peshawar, où elle est hospitalisée, ont indiqué que les prochains jours seront cruciaux pour sa survie. Mais les taliban ont prévenu : si Malala s'en sort, ils l'attaqueront à nouveau. 
 

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Le Nazislamisme

Commenter cet article