Malgré l'opposition des arabes l'ONU a débattu des réfugiés juifs

Publié le 28 Septembre 2012

Même l’importante pression mise sur l’ONU pour empêcher au dernier moment le premier évènement de ce genre consacré aux réfugiés juifs originaires des pays arabes, rien n’a aidé, et hier soir a été ouverte la conférence au siège de l’ONU à New York consacrée aux réfugiés juifs des pays arabes. L’exigence arabe d’annuler l’évènement a été refoulée, et suite à cela la ligue arabe s’est adressée au secrétariat de l’ONU pour demander que soit mise en place une table à l’entrée de l’évènement israélien afin de distribuer des documents aux journalistes, mais même cela a été refusé par l’ONU.


L’évènement qui a été organisé par le ministère des affaires étrangères et la délégation israélienne à l’ONU est le premier à être organisé, et il a été retransmis en direct par la chaine de l’ONU sous le titre « l’histoire qui n’a pas encore été racontée sur le Proche-Orient : justice pour les refugies juifs des pays arabes ». Des cadres importants du secrétariat de l’ONU ont participé à cet évènement, ainsi que des ambassadeurs des pays occidentaux.

L’adjoint du ministre des affaires étrangères, Danny Ayalon, est celui qui a mené le combat pour la reconnaissance des réfugiés juifs, il a déclaré qu’il s’agit d’un évènement historique : « entre les murs de l’ONU nous commençons a apporter la justice aux refugies juifs qui ont été torturés, persécutes et déportés, et dont les droits ont été niés ». Ayalon a précisé que la décision du conseil de sécurité numéro 242 parle de rendre justice a tous les refugies du Proche-Orient, grâce au travail de l’ancien ambassadeur américain, Arthur Goldberg, qui a refusé l’exigence d’introduire la notion de refugies arabes. « Il s’agit d’un retard de 64 ans, mais il n’est pas trop tard pour apporter la justice et parler de l’histoire ».

Pendant la conférence, l’ambassadeur israélien a l’ONU, Ron Prosor, a aussi pris la parole et a demandé à l’ONU de créer un centre de documentation et d’étude sur le sujet des refugies juifs qui ont été expulsés des pays arabes. « L’ONU doit réunir des témoignages sur les refugies juifs, réunir des preuves sur leur passe et connaitre la tragedie humaine qu’ils ont vécu ». « Les refugies juifs ont droit a la justice et l’état d’Israël est la pour la réclamer en leur noms ».

L’ambassadeur a critiqué l’ONU et la communauté internationale sur « l’accord du silence » volontaire, selon lui, sur la tragédie des juifs qui ont été chassés des pays arabes, et il a ajoute que « il est temps d’exiger des pays arabes de prendre leur responsabilité historique et morale sur ces expulsions, la souffrance et la saisie des biens de près d’un million de réfugiés juifs ».

Des refugies juifs des pays arabes se sont présentés à cette conférence, dont le Rav Eli Abadi, qui est ne a Beyrouth, Edwin Shoker, qui est ne a Bagdad, et le journaliste Shalom Yeroushalmi dont les parents ont du laisser tous leurs biens a Damas et s’enfuir sans rien du tout. Ont aussi participé à cette conférence les professeurs Erwin Kotler et Alan Dershowitz, qui ont discuté des droits légaux des juifs issus des pays arabes.

Traduit de l’hébreu par David Goldstein pour Haabir-haisraeli

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique étrangère

Commenter cet article