Mali Touaregs, Uranium... par Minurne

Publié le 22 Janvier 2013

 

 

En 1958, quand de Gaulle commença à décoloniser, les Touaregs lui envoyèrent la lettre suivante :

 

"Nous avons l'honneur de vous déclarer très sincèrement une fois de plus que nous voulons rester toujours français avec notre cher statut privé. Nous vous affirmons notre opposition formelle au fait d'être compris dans un système autonome ou fédéraliste d'Afrique noire ou d'Afrique du Nord. Nos intérêts et nos aspirations ne pourraient dans aucun cas être valablement défendus tant que nous sommes attachés à un territoire représenté forcément et gouverné par une majorité noire dont l'éthique, les intérêts et les aspirations ne sont pas les mêmes que les nôtres. C'est pourquoi nous sollicitons votre haute intervention équitable pour être séparés politiquement et administrativement et le plus tôt possible d'avec le Soudan français pour intégrer notre pays et sa région Boucle du Niger au Sahara français dont nous faisons partie historiquement et ethniquement".

 

Ce texte est un extrait d’une lettre envoyée le 30 septembre 1958 au Général De Gaulle. Elle est écrite par le cadi (juge islamique) de Tombouctou et signée par 300 chefs de clans Touaregs et Maures. "Elle est pour les indépendantistes l’acte fondateur du nationalisme touareg". (Théotime Chabre, http://www.ecoledelapaix.org/territoires/azawad-theotime-chabr/)

 

Pour les Touaregs, le Mali est une puissance étrangère, imposée au peuple azawadi en 1960.

Deux organisations musulmanes, Ansar Dine et le MNLA affirment toutes deux représenter les revendications du peuple touareg, Ansar Dine étant une "filiale" d'Al Qaïda fondamentalement islamiste, les deux vivant de trafics divers favorisés par l'instabilité chronique de la région, amplifiée par les déstabilisations soutenues et parfois organisées par les puissances occidentales en Tunisie, Libye, Egypte.

Leur alliance, au printemps 2012, leur a permis de rapidement occuper le territoire du Nord Mali, l'Azawad, qui correspond grosso-modo à la boucle du Niger avec Tombouctou comme ville principale. Mais leurs objectifs sont différents. Le MNLA demande l’indépendance de l’Azawad et Ansar Dine l’application de la Charia à tout le Mali.

 

"Le 6 avril 2012, le MNLA déclare l’indépendance de l’Azawad. Un peu plus tard, il s’associe avec Ansar Dine pour déclarer cette fois-ci l’indépendance de l’Etat islamique de l’Azawad. Pourtant, le MNLA dénonce quelques jours plus tard cet accord, appelant à un Azawad laïc et républicain. Par la suite, Ansar Dine a explicitement rejeté toute idée d’indépendance, concentrant sa communication autour des questions religieuses.

 

Au sein des Touaregs, Ansar Dine s’oppose à l’indépendance et est soutenu par des mouvements djihadistes non touaregs. De plus, la totalité des Etats de la région et du monde s’accordent à considérer l’Azawad comme une menace et soutiennent sans faille l’intégrité territoriale du Mali". (Théotime Chabre) Pourquoi une menace ? C'est là que ça devient intéressant.

FRANCOIS HOLLANDE, STRATEGE BAVARD ET PITOYABLE CHEF DE GUERRE...

Il y a quelques semaines encore, François H. ne jurant que par la négociation, affirmait "En aucun cas la France n'interviendra elle-même au Mali", et aux députés élus sénégalais qu'il n'y avait plus de "françafrique", qu'il instaurait "une relation de confiance et de respect", que le rôle de la France se limiterait à aider la force inter-africaine par de légers appuis logistiques et en formation. Il soutenait un président malien qui l'aurait appelé au secours, mais dont tout le monde sait au Mali qu'il trafiquait avec les islamistes, comme ses gardes-frontières.

 

En Afghanistan François H. retirait nos troupes (décembre), engageait la France aux côtés des islamistes qui en Syrie veulent renverser le régime en place, soutenait Morsi en Egypte et discrètement les Frères musulmans partout ailleurs, notamment en Tunisie et en Libye…

Le voilà subitement transformé en chef de guerre impitoyable, au couteau entre les dents, qui parle de "détruire les terroristes", comme Georges G.W. Bush, peut-être d'aller "les buter jusque dans les chiottes", comme Poutine. Il dit que l'Algérie "a fait ce qu'il fallait" à In Amenas en tuant tout le monde ou presque dans le centre gazier de BP, que peut-être, éventuellement, "si l'on peut, on fera des prisonniers", mais là on sent bien que le cœur n'y est pas : faut les buter ces saloperies !

 

Il part en guerre sans demander l'avis de personne, habille son discours "d'éléments de langage" fournis par son équipe de communicants : "droits de l'homme", "terroristes" (et pas "islamistes" ou "djihadistes" - ce qu'ils sont pourtant -), "protéger les populations musulmanes noires et pauvres du Mali contre les méchants terroristes Touaregs", etc. Il françafricanise à tout va.

Tout le monde approuve, même Marine Le Pen. Il remonte dans les sondages, c'est le triomphe, "enfin président" disent certains collabos du pouvoir qui s'extasient qu'il ait enfin pris une décision tout seul. On lui suggère, si son intention est vraiment de chasser les islamistes, de s'allier aux Touaregs du MNLA contre les islamistes d'Ansar Dine. Les Touaregs, après tout, n'ont qu'une revendication nationaliste légitime pour un Etat laïc et républicain, et ils ont été lésés dans le partage colonial, comme les Kurdes, le Haut Karabagh, les papous d'Irian Jaya et bien d'autres peuples, à l'exception du Kosovo voulu par les Américains et Chirac pour flatter l'islam.

 

Il refuse, il faut buter les Touaregs, comme les autres, il n'en veut pas de leur Azawad. 

DE L'AMOUR A LA HAINE... QUE S'EST-IL DONC PASSE ? 

Il les aimait pourtant, les islamistes, il admire leur "grande civilisation" qui égorge tout ce qui vit et n'est pas musulman. Il a soutenu comme les autres les djihadistes en Tunisie, en Libye, en Egypte et maintenant en Syrie. Il aime le Qatar, Abou Dhabi, les Emirats arabes unis et les Saoudiens qui sont si riches, financent et arment les islamistes.

 

Il aime l'Algérie, il a même laissé des sociétés françaises envoyer leurs experts gaziers pour conseiller les Algériens sur l'extraction du gaz de schiste que l'Algérie pourra ajouter à son catalogue de gaz à nous revendre ensuite, alors qu'il y en a plus chez nous que chez eux, mais chez nous il est interdit de l'exploiter.

 

Et pourtant, il faut maintenant, subitement, "les détruire" avec les mitrailleuses, les bombes et les canons de l'armée française. Pourquoi donc ? Parce qu'ils avançaient vers Bamako, la capitale du Mali ? Ca aurait changé quoi pour les peuples de la région déjà musulmans de passer sous la charia ? Les tunisiens, les Libyens, les Egyptiens et bientôt les Syriens y vont sous la houlette des Frères musulmans et tout le monde trouve ça très bien. Le Nord-Nigeria y est déjà et personne n'a bougé, le Soudan aussi. Un nouveau Darfour chez les Chrétiens et les animistes qui subsistent encore le long de la côte guinéenne ? Il s'en foutent, l'Occident en général, et les socialistes en particulier, que l'on tue du Chrétien : il en meurt un toutes les cinq minutes dans le monde sous les coups de musulmansAvez-vous entendu Fabius ou Hollande protester, demander des explications à Morsi, Ahmadinejad ou Cheikh Zayed ? Alors quoi ? Même Montebourg est prêt à leur lécher les bottes.

 

AU NORD DE BAMAKO, D'EXTRAORDINAIRES RESERVES D'URANIUM

La vérité, c'est que le bruit court qu'Areva aurait enfin des rapports géologiques prouvant l'existence d'un formidable gisement d'uranium que l'on soupçonne depuis longtemps à environ 350 km au nord de Bamako, justement en Azawad, figurez-vous.

Alors Hollande, qui a une grande expérience pour ce qui est de se servir, connaît le vieux dicton "premier arrivé, premier servi". C'est pour ça qu'il a fait si vite, le 11 janvier. Pas question de laisser le pactole espéré aux Touaregs pour financer leur Azawad, ni aux terroristes qui au Niger ont déjà pris des otages à Areva et la rançonneront, ni aux Américains qui, flairant la bonne affaire (s'ils peuvent la piquer à la France), sont nos alliés pour le moment les plus empressés, ni aux Européens qui voyant que la France a pris un coup d'avance sont subitement moins chauds pour l'aider.

On va donc "rétablir la sécurité" au Mali, installer des bases militaires qui deviendront doucement permanentes dans le cadre d'un accord de coopération en bonne et due forme, "sécuriser" la région, installer un gouvernement "démocratique" au Mali qui sera discrètement aux ordres de la France.

 

Bref, Hollande va re-coloniser le Mali par les armes avec l'appui enthousiaste de l'UMP, du FN et d'une bonne partie de l'opinion nationale et internationale, croyant que c'est l'islam que Hollande veut enfin mettre au pas, certains aussi avançant qu'ainsi ce sera toujours ça que les Chinois n'auront pas. Les couillons de la farce ce seront finalement les Maliens qui auront un peu de richesse grâce aux dépenses des entreprises et de l'armée française, mais verront le plus gros du bénéfice leur filer sous le nez.

 

Pour être franc, si Areva a trouvé une importante source nouvelle d'énergie qui va aider à pérenniser notre nucléaire, tant mieux. S'il faut pour cela chasser les islamistes de la région, très bien. Si le Mali revient dans le giron colonial français, pourquoi pas, ils n'en pourront être que plus heureux. Si Hollande conchie maintenant les principes qu'il défendait depuis cinquante ans, c'est son problème. (Pour ma part, je souhaite que les Maliens de France retournent au Mali pour y construire leur futur avec l'expérience acquise en métropole, plutôt qu'un Mali revenant dans le giron français et qui serait un boulet de plus à la France. Ceci est valable pour tous les pays des anciennes colonies. Y compris Mayotte. Ne perdons pas de vue que les colonies ont coûté plus cher qu'elles n'ont rapporté au peuple français et curieusement à la France d'aujourd'hui, hormis sans doute certains exploitants et entreprises de l'époque . Ndlr Gérard Brazon)

 

Mais ce qui ne va pas dans cette histoire, c'est ce flot de mensonges droits de l'hommistes, humanistes, nationalistes, dont on entoure le discours présidentiel.

Les funérailles aux Invalides pour de pauvres gars tombés au champ d'honneur pour la plus grande gloire à venir de Hollande-le-nouveau-dur, qui dissimule ainsi son incapacité à sortir la France de la crise et du chômage, à lutter contre l'islamisme intérieur, "de France", qui est bien plus grave que l'islamisme africain.


Combien de musulmans parmi les militaires envoyés au Mali ?

Comment vont-ils se comporter quand il faudra tirer sur leurs "frères" que nous avons armés en Libye ?

Demandez à BHL, il a sûrement une réponse.

 

Cela dit, Areva et le gouvernement vont nier cette découverte d'uranium restée secrète jusqu'à maintenant. Moi-même, je ne pourrai rien prouver, tenant l'information d'un ancien qui a travaillé des années dans cette région de la boucle du Niger et sur les pistes allant d'Alger au golfe de Guinée et me dit en avoir eu confirmation d' "expats" trop bavards dès le deuxième whisky.

 

Un ami qui, comme moi, a fait partie de la Rahla, l'amicale des anciens sahariens et qui, jusqu'ici, ne m'a jamais refilé de mauvais tuyau. Au téléphone, la liaison étant mauvaise, je n'ai pas réussi à comprendre le nom du lieu où se trouverait le gisement bien que je le lui ai fait répéter plusieurs fois : "Faoula" ou quelque chose comme cela.

 

Si j'ai quand même repris l'information, c'est qu'en allant vérifier sur internet, j'ai trouvé plusieurs sites qui signalent la présomption d'énormes quantités d'uranium dans le nord du Mali. "Pas de fumée sans feu", dit-on.

 

Et quoi d'autre qu'un énorme enjeu économique pour expliquer que le Mali, pays très pauvre dont tout le monde se moquait éperdument jusqu'à la première semaine de janvier, soit devenu subitement un pays à reprendre en main à tout prix, même à celui d'une guerre contre les troupes de l'islam conquérant ? (Et bien au moins cela servira peut-être à quelque chose cette guerre! Tout ce qui peut combattre l'islamisme est bon à prendre! ndlr Gérard Brazon)

 

Maurice D.

 



A l'appui de la thèse de Maurice D., il convient de rappeler que nous évoquions sur ce blog en août 2012 les abominables exactions perpétrées par les djihadistes du Nord Mali dans le cadre de la charia qu'ils s'étaient empressés d'établir (amputations, lapidations, etc...).


A l'époque, il n'était nullement question pour la France d'intervenir. Et même, en novembre, notre fringuant nouveau chef de guerre croyait utile de préciser que la France n'interviendrait pas au Mali, sauf en appui, "cette affaire étant une affaire africaine". Voir à ce sujet la video La France n'a pas à intervenir au Mali


Un dernier mot, à ce sujet. Pourquoi les djihadistes ont-ils choisi l'Algérie pour exercer leurs représailles face à l'intervention française au Mali avec le dénouement tragique - mais prévisible - que l'on sait ? 
Difficile à dire avec certitude, mais on peut se demander si, répondant à un journaliste qui s'étonnait de voir la France seule impliquée dans ce conflit, notre grand stratège Laurent Fabius n'a pas commis la connerie de l'année en remerciant devant les caméras du monde entier l'Algérie d'avoir "autorisé le survol de son territoire par l'aviation militaire française". 
Pour être un bon stratège, Monsieur l'ex "Premier ministre de la France", il faut aussi savoir la fermer, selon le vieil adage "ce que tu n'as pas dit t'appartient, ce que tu as dit appartient à tes ennemis".

 

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Point de vue

Commenter cet article

segond 22/01/2013 16:28


Attention,ne pas confondre Touaregs,et islamistes.J'ai vécu 6 ans au Niger a ARLIT.Je peut assurer que les touaregs sont un peuple qui ne demande qu'une chose c'est d'être en paix et vivre dans
leur région qui n'est autre que le sahara.Ce peuple n'est pas d'origine islamique,mais certainement d'origine europeenne.Ils se nommait les guarramantes et leur écriture est le "Tifinar"


Si certains Touaregs,se sont alliés aux islamistes radicaux,c'est parce qu'ils ont toujours demandés leur indépendance et on leur a toujours refusé,et de ce fait ils ont crus qu'ils pourraient
enfin être considérés. Vous verrez,si les terroristes sont éradiqués du nord Mali ils redemanderont a nouveau que l'on examine leur situation,et que l'on prenne en compte leurs demande.

marco 22/01/2013 09:38


Oui,beaucoup de magouille politicienne simplement pour noyer la réalité .J'ajoute qu'il y a déjà des mines d'uranium au Mali exploitées par des entreprises canadiennes.

Claude Germain V 22/01/2013 09:05


Ce Hollande ,AU MEME TITRE QUE SARKOZY 1er AVEC BUSCH ET OBAMA , est parti prendre ses ordres aux USA et en Algerie ; somme toute
UNE TRILATERALE en miniature . decidement , un pourri pour un ripou et vice/versa.