Malika Sorel: entretien dans Valeurs actuelles : Les défis de l’immigration

Publié le 20 Avril 2012

Entretien dans Valeurs actuelles : Les défis de l’immigration

Vous trouverez dans la revue Valeurs actuelles qui sort en kiosque aujourd’hui (n°3934, semaine du 19 au 25 avril 2012) ainsi que sur le site internet de Valeurs actuelles, le contenu de mon entretien avec les journalistes Fabrice Madouas et Mickaël Fonton.

Fabrice Madouas, rédacteur en chef-adjoint de Valeurs actuelles : « La droite veut réduire les flux migratoires, la gauche accorder le droit de vote aux étrangers. Deux conceptions de la nation s’affrontent dans les urnes. L’analyse de Malika Sorel-Sutter, membre du Haut Conseil à l’intégration »

Extrait :

« Faut-il fixer des quotas, comme le font certains pays ? Il faut fixer un principe de cohérence. Maîtriser les flux migratoires, cela veut dire : 1. Ne pas accepter plus d’étrangers que nous ne pouvons financièrement en accueillir. Au vu de l’état de ses finances, du niveau de sa dette, de ses faibles perspectives de croissance, il faut avoir la lucidité d’admettre que la France ne peut plus accueillir grand monde. 2. S’assurer que l’entrée de nouveaux immigrés ne va pas empêcher l’insertion de ceux déjà présents (l’insertion, c’est le simple respect des principes qui régissent le vivre-ensemble de la société d’accueil ; l’intégration, c’est un processus plus complexe, qui se joue sur le registre affectif et moral, et qui conduit, lorsqu’il réussit, à l’assimilation. On ne peut pas prétendre gouverner un pays en ignorant ce principe de cohérence.

(…)

Une polémique a éclaté sur la viande halal. Pensez-vous qu’elle soit subsidiaire, comme le disent certains commentateurs ? Ceux qui l’affirment, y compris dans le monde politique, n’ont rien compris ou font semblant de ne rien comprendre. Le “halal” est central dans la dégradation de l’intégration culturelle des populations de l’immigration du Sud car il ne concerne pas seulement l’abattage rituel : il s’agit d’une philosophie de vie qui consiste, au travers des concepts de “pur” et d’“impur”, de “licite” et d’“illicite” à bâtir une muraille identitaire autour d’une communauté d’appartenance qui se base sur des principes religieux et non sur les principes républicains. L’islamologue Gilles Kepel – dont je partage les observations mais pas les conclusions – a montré dans un livre récent (Quatre-vingt-treize, Gallimard) que le halal était devenu un des vecteurs les plus puissants de « l’affirmation identitaire ». Il parle même de « perspective de purification » et attire l’attention sur le fait que l’enjeu du halal, au travers de ce rigorisme, est le « contrôle cultuel et politique » des musulmans par les salafistes et les Frères musulmans, qui se livrent bataille sur la terre de France considérée comme importante au vu des millions de musulmans qui y résident. La question du halal pose également celle de la dîme qui avait pourtant été abolie à la Révolution française.

L’étude de Gilles Kepel porte sur l’agglomération de Clichy-Montfermeil. Peut-on l’extrapoler à la France entière ? Tout ce que nous recueillons comme informations au Haut Conseil à l’intégration confirme les observations de Gilles Kepel.

Nous assistons à une montée en puissance de la mise en avant d’une identité religieuse. Chaque jour amène son lot de revendications nouvelles, que ce soit dans le monde universitaire, dans les entreprises, à l’hôpital, dans les lycées. Au lycée, il y a le phénomène de l’abaya (robe qui couvre l’intégralité du corps) qui se propage. Il nous a été signalé le cas d’ingénieurs qui ne souhaitaient pas être dirigés par une femme ; d’étudiants en classe préparatoire aux grandes écoles qui refusaient de passer un oral avec un professeur femme ou encore d’étudier d’autres philosophes qu’Averroès ; d’étudiantes à l’université, voilées et gantées, qui se regroupaient systématiquement au premier rang de l’amphi et interrompaient régulièrement les cours de sociologie pour ramener tous les débats aux méfaits de la colonisation ; de salariés qui imposent à leur employeur leurs prières quotidiennes. La liste est longue et émane de l’ensemble du territoire. L’explication du refus de respecter nos règles du vivre ensemble par le niveau socio-économique est une imposture qui doit être démasquée, car c’est elle qui permet la prolifération de comportements asociaux.

(…)

Qu’attendez-vous de nos élites ? Que celles qui sont encore habitées d’un esprit de cohérence s’expriment. Qu’elles n’aient pas peur ! Et qu’elles cessent de subventionner des associations qui participent à dresser les populations de l’immigration contre les Français en propageant l’accusation de racisme. Ces associations diffusent un message dangereux. Il faudrait faire un audit du financement des associations afin que l’argent du contribuable n’aille qu’à celles qui sont véritablement engagées dans le soutien scolaire et dans la diffusion des principes républicains.

Ce qui est prioritaire en matière d’immigration-intégration, c’est, outre la maîtrise des flux migratoires, la refonte du code de la nationalité. L’octroi de la nationalité doit venir couronner la réussite du processus d’intégration ayant conduit à l’assimilation (…) »

 

Suivi par un rappel:

 

Une époque de propagande

Lorsque l’on évoque la « propagande », on pense presque aussitôt au régime nazi ou au Soviet suprême. On ne voit pas, ou on ne veut pas voir, que depuis plus de trente ans nous sommes soumis à un régime médiatique qui relève de la propagande. Dans ces conditions, parmi les Français qui iront voter s’en trouveront beaucoup qui ne pensent plus par eux-mêmes. Ils sont prisonniers de la pensée unique qui a tout fait pour détruire l’héritage français. Ils ont perdu leurliberté de pensée et de jugement.

Voici ce que j’écrivais dans mon dernier ouvrage, Immigration, intégration: le langage de vérité :

« Ces médias qui entravent le fonctionnement de la démocratie

Même si Internet prend une ampleur croissante dans l’information des citoyens, les médias traditionnels demeurent (encore) les véritables faiseurs de rois. En s’appliquant à sélectionner très soigneusement les idées, les personnes et les personnalités qu’ils souhaitent voir promues, les médias modèlent constamment l’opinion publique. Les médiacrates s’emploient à l’orienter. Ils la représentent à leur guise, à longueur de pages et d’heures d’émissions, ce qui contribue à la façonner (…)

Il suffit d’observer la vie politico-médiatique de ces trente dernières années – ne serait-ce qu’à l’échelle de la dernière décennie, la chose est frappante – pour saisir l’ampleur de la régression démocratique. Les médias sont devenus de redoutables filtres actifs. Ils détiennent un droit de vie ou de mort sur les signaux émis par les élites politiques, et donc sur ces élites elles-mêmes. Ces dernières l’ont d’ailleurs intégré dans leur stratégie d’action et de communication. Voilà un poison qui paralyse l’action politique (…)

La pensée libre est bâillonnée au profit de la parole de ceux qui, par ignorance ou par calcul, œuvrent à affaiblir la cohésion nationale. N’est-ce pas plus sensationnel qu’une analyse subtile ? L’opinion publique est prise en otage par une presse qui se fait le porte-voix des diviseurs, et aussi d’hommes politiques qui, de crainte de rater un train, s’engouffrent dans la dernière tendance, celle du communautarisme. Pas un jour ne passe sans que de nombreux médias n’apportent leur aide aux communautaristes, ceux pour qui la France doit être mise en accusation et se repentir. La plupart des médias offrent bien plus souvent, et plus facilement, une tribune à ceux qui font la propagande de la “diversité” et travaillent à la communautarisation de notre société, qu’à ceux qui défendent le modèle républicain français (…)

Sur la question de l’intégration, les médias s’appliquent à décourager toute évocation de l’existence et de la réalité d’une identité française. À leurs yeux, seuls les étrangers ont le droit de posséder une identité et de l’affirmer. Les Français qui tentent d’évoquer la leur sont, quant à eux, immédiatement accusés de racisme et de xénophobie. Le parti pris contre les idéaux qui symbolisent l’identité du peuple français est évident. Quel sinistre paradoxe que d’utiliser le concept de “diversité” pour tenter d’étouffer l’âme de la France, et celui de “minorités visibles” pour vampiriser l’universel. Cette manipulation des foules, à laquelle se livrent bien des intellectuels et animateurs de shows médiatiques, est un jeu dangereux, car elle provoque une crispation de la société française qui peut déclencher, à terme, un rejet viscéral de tout ce qui est d’origine maghrébine ou africaine.

À la suite d’associations qui se sont donné pour mission de lutter contre le prétendu racisme des Français, les médias ont créé un climat qui pèse très lourd sur notre société. Ils ont coulé une chape de plomb sur la liberté d’expression dans la société française. Les Français ne doivent plus se laisser impressionner par les “ayatollahs de la pensée unique”, ceux qui, depuis plusieurs décennies, utilisent le terme “raciste” comme une arme atomique dans le but de dissuader toute liberté de pensée et de jugement de s’exercer en France (…) »

Je n’ai aujourd’hui qu’un seul message : Français, recouvrez votre liberté ; faites la démonstration que vous êtes encore un peuple libre, que vous n’êtes pas un peuple soumis !

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Commenter cet article