Manifestation des chrétiens contre la pièce de Castelluci : Comment le Figaro relate l'évènement

Publié le 30 Octobre 2011

Violences devant le Théâtre de la Ville, place du Châtelet.
Violences devant le Théâtre de la Ville, place du Châtelet. Crédits photo : AUBOIROUX/PHOTOPQR/LE PARISIEN

Au Théâtre de la Ville, des activistes ont continué mercredi soir de perturber un spectacle qu'ils estiment blasphématoire. L'Église condamne ces actions violentes.

Une vingtaine de fondamentalistes chrétiens qui tentaient de perturber mercredi soir la pièce de théâtre Sur le concept du visage du fils de Dieu jouée à Paris, ont été interpellés et placés en garde à vue. En une semaine, plus de 220 personnes ont ainsi été interpellées pour avoir perturbé la représentation du Théâtre de la Ville, situé place du Châtelet. Quinze d'entre elles ont été déférées pour « entrave à la liberté d'expression », un délit passible d'un an de prison et 15.000 euros d'amende, et de trois ans de prison et 45.000 euros d'amende en cas de violences.

Mercredi soir, ces manifestants sont parvenus à «rentrer dans le théâtre et ont jeté des boules puantes dans la salle» en scandant «Christianophobie, ça suffit !», rapporte une source policière. Ces perturbateurs appartiennent aux groupes France Action Jeunesse, Action française, Renouveau français et institut Civitas. Décrits comme « assez violents », ils ont entre 16 et 35 ans et sont essentiellement des hommes. Certains sont déjà connus des services de police pour des faits similaires. « Ils sont déterminés, croient au bien-fondé de leur action », rapporte une source policière.

Le 20 octobre, ces manifestants étaient parvenus à monter sur le plateau. Les jours qui ont suivi, certains d'entres eux - entre dix et vingt - avaient acheté des places pour introduire le désordre. On a déploré des agressions lamentables, œuf et huile de vidange. Ces militants pensent que le spectacle de l'Italien Romeo Castellucci est un blasphème insupportable à l'endroit du Christ. Après une première partie qui montre un fils s'occupant tendrement de son vieux père incontinent, la reproduction monumentale du tableau d'Antonello de Messine, avec son Christ au regard pénétrant, disparaît sous des coulées ambiguës.

Appels sur Internet

L'Église de France condamne ces violences. Romeo Castellucci, qui connaît les Saintes Écritures a répliqué: «Je leur pardonne, parce qu'ils ne savent pas ce qu'ils font.» Mercredi, la direction du Théâtre de la Ville a lancé un «comité de soutien».

Ces attaques n'ont rien de spontané. Elles ont été nourries d'appels sur des sites repérés. Les mêmes s'annoncent déjà au Théâtre du Rond-Point à partir du 8 décembre pour Golgota Picnic de Rodrigo Garcia. Le spectacle de Castellucci, dans une version différente d'Avignon, n'a provoqué aucun remous dans les pays où il a été présenté. Golgota Picnic a heurté l'Espagne, et surtout ennuyé, avec des monceaux de hamburgers à l'odeur écœurante, son pianiste nu jouant Les Sept Dernières Paroles du Christ sur la croix. L'artiste argentin, qui vit en Espagne, a son analyse: «Une bonne partie du public est bête.» C'est un peu court et Mgr Bernard Podvin, porte-parole des évêques de France le souligne: «(…) la liberté d'expression est à respecter comme sacrée», mais se doit de «respecter ce qui est sacré».

La pièce Sur le concept du visage du fils de Dieu sera jusqu'à dimanche à l'affiche du Théâtre de la Ville. Le spectacle se donne ensuite, du 2 au 6 novembre, au Centquatre, dans le XIXe arrondissement de Paris. Un bâtiment immense, mais très fermé, qui sera difficile à prendre…

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Islamisation française

Commenter cet article

Epicure 31/10/2011 09:40



Encore une fois, j'insiste: les Français n'ont que ce qu'ils méritent: un gouvernement Daladier-Permanent, une Police Vichyste qui préfère avoir du courage pour arrêter les gens sans armes et
relativelment civilisés (des Juifs par exemple) et une fiscalité tatillonne (essayez donc de la frauder de 10 sous et vous allez voir de quel bois elle se chauffe! par contre lmes grands voyous
sont à l'aise....etc je ne vais énumérer une liste interminable...


Et on va voir encore tous les dégonflés de France et Navarre (qui ont bien oublié leur Roi Henri, le Vaillant!) voter nègre-blanc et dans tous les sens comme d'habitude, pour que surtout Rien
n'arrive et que tout ce "Rien continue de se Faire"....



francis Claude 31/10/2011 06:28



1 an de prison et 15.000 euros d'amende, 3 ans et 45.000  euros si violence sont les peines encourues par les "inculpés", mais alors que vont payé toute la racaille qui est prise lors des
saccages qu'ils commetent des qu'ils sont tant soit peut contrariés ces chers petits.

Epicure 30/10/2011 22:30



L'Hystérie paranoïaque n'est bonne  de qui que ce soit et l'excès se détruit de lui-même.Depuis déjà 50 ans que je les observe, je trouve ce genre de spectacles outranciers souvent assez
vainement orduriers et obscènes, finalement très pauvres thétralement et leur succès de Mode aussi vain qu' éphémère.(si on laisse agir le Public sans le contraindre...)


Lisez donc plutôt le ivre admirable de Philipp Roth: Un Homme; sur la déchéance terminale (de son père ou son ami Saul Bellow?) ) et qui semble en quelque sorte ici platement plagié sans doute
(j'ai vu la thématique exposée..mais pas vu la pièce..) en y ajoutant l'interrogation sur le Christ que Roth n'a pas besoin d'offenser (pas davantage que Son Moïse?) pour exprimer magnifiquement
son doute essentiel.