Manifestation sous la pluie devant l'UNESCO, dimanche 24 juin

Publié le 27 Juin 2012

manifestation-devant-l-UNESCO-300x183--1-.jpgA l’appel d’Europe Israël, de France Israël et de la Ligue de Défense Juive, environ 200 personnes courageuses se sont rassemblées devant le siège de l’UNESCO sous une pluie battante ce dimanche 24 juin pour dénoncer la déjudaïsation de Jérusalem par l’UNESCO.

En effet, nous avions découvert que sur le site « The World Project » l’UNESCO avait purement et simplement supprimé le caractère de lieu saint du judaïsme le Kotel, le Mur des lamentations, pour n’en faire qu’un simple mur de « séparation entre les communautés ».

Nos précédents articles sur le sujet:  Nouveau scandale à l’UNESCO qui fait un pas de plus vers la négation de l’histoire du judaïsme ! Signez la pétition !

Notre pétition à l’UNESCO: SIGNEZ LA PETITION A l’UNESCO en cliquant ici !

Plusieurs personnalités et organisations ont participé à cette manifestation: Charles Meyer, Vice-Président de France-Israël, Danièle Kaplan, secrétaire d’Europe Israël, Gil Taïeb, Président de l’ABSI, l’amitié Judéo-Chrétienne représentée par Aldo Scialom, Jean-François Touzé des Nouveaux Républicains qui n’hésitent pas à réaffirmer leur « soutien inconditionnel à Israël ».

L’avocate et journaliste Tunisien Ftouh Souhail est venu nous apporté son soutien et celui du peuple tunisien libre et éclairé qui lutte contre l’obscurantisme islamique.

Voici un extrait de l’intervention Jean-Marc Moskowicz, Président d’Europe Israël:

« En 2010, l’UNESCO a retiré le Tombeau de Rachel et le Tombeau des Patriarches de la liste du patrimoine national israélien pour l’appeler « Mosquée de Bilal bin Rabah » est une décision inique, sans aucun fondement historique !

Le monument en question portait depuis des temps immémoriaux le nom de « tombeau de Rachel ». Les Juifs ne sont pas les seuls à l’appeler ainsi : dans l’histoire les chrétiens et les musulmans ne l’ont jamais appelé autrement !

En 1996, sans aucun fondement historique, religieux ou culturel est apparu pour la première fois l’appellation « mosquée de Bilal bin Rabah ».

L’Unesco, en avalisant une dénomination idéologique et toute récente, s’associe donc à une entreprise négationniste visant à effacer la mémoire juive des lieux où leurs ancêtres ont vécu et prié depuis des millénaires.

L’institution de l’ONU chargée de l’Education, des Sciences et de la Culture avait voté une résolution indiquant « que le Tombeau de Rachel (Beit-Lehem) et le Caveau des Patriarches (Hevron) sont des lieux saints musulmans, et que dès lors, Israël se devait de les retirer de la liste des sites historiques juifs ». L’UNESCO a appelé ces deux sites de leur dénomination arabe : « Mosquée Beliaal Ben Rabah » et « Al-Haram Al-Ibrahimi ».

Aujourd’hui, c’est Jérusalem qui se trouve visée. Ce n’est pas la première fois d’ailleurs, puisque, par le passé, l’Unesco avait déjà déclaré Jérusalem « occupée » par Israël, et désigné, en 2009, Jérusalem « capitale de la culture arabe ». C’est le moment ou jamais de dire que cela suffit et que c’est insupportable.

En ne considérant le KOTEL, appelé « Mur des Lamentations », comme un simple mur de séparation entre les communautés religieuses sans faire mention de l’importance sacré de ce mur pour le judaïsme, ni même évoquer ce vestige du Second Temple de Jérusalem, l’UNESCO escamote le plus grand lieu saint du Judaïsme, le banalise pour à court terme déjudaïser Jérusalem.

Il s’agit bien là d’une volonté de déjudaïser la Terre Sainte, de couper toute racine historique entre cette Terre sacrée et le peuple Juif.  La volonté d’épuration ethnique visant à rendre le Proche-Orient Judenrein et à effacer Israël de la carte du monde était précédée d’une immense falsification de l’histoire. En réalité, il s’agit de bien plus que de cela. Vouloir gommer la mémoire et le passé d’un peuple, c’est contribuer à vouloir rendre ce peuple inexistant. Cela contribue à ce que l’on pourrait appeler un génocide culturel.

L’Unesco se rend coupable de contribution à un génocide culturel. Cela ne concerne pas seulement les Juifs, mais tous les êtres humains encore attachés aux valeurs de dignité, de liberté et de droit.

Car ne nous y trompons pas, si le Monde Libre accepte cette déjudaïsation de Jérusalem et de la Terre Sainte, demain l’UNESCO, sous la domination de l’OCI et de l’Islam radical, déchristianisera de la même manière la Terre Sainte !...

C’est la civilisation occidentale elle-même qui est attaquée. Ne pas répondre aux attaques, c’est s’en faire complice. »

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Europe liberticide

Commenter cet article

L'EN SAIGNANT 27/06/2012 15:52


Le cliel pleurait et, ..... il y avait de quoi ..... Pauvre France .... !