Manipulations "citoyennes" dès la petite enfance.

Publié le 23 Avril 2012

Des graffitis à l'école pour lutter contre le racisme -  La Voix du Nord

 David Lenne, graffeur étaplois qui a travaillé avec les élèves, possède sa micro-entreprise «Wozer décor'action» à Étaples. Il y a encore quelques jours, la petite école de Marenla pouvait passer inaperçue. Aux heures de classe, quand la cour restait vide, les riverains roulaient sans jamais détourner le regard. Désormais, un feu d'artifices bleu, vert, jaune, rouge attire l'oeil. Un mélange de couleurs a pris d'assaut les murs de la cour. Du « graff », dans la langue des artistes. Pendant quatre jours, les élèves de CM1 et CM2 ont travaillé avec David Lenne, alias Wozer, un graffeur étaplois. Ils ont peint, ou plutôt taggé les cloisons. Et le résultat est surprenant. « Tous différents mais tous égaux »

« Nous sommes très fiers, on va faire un carton plein auprès des mamans et des habitants ! », s'exclame Lætitia Dubois, à l'origine du projet. Il y a un an, la jeune femme se désolait de voir l'école sans couleur. Alors que David Lenne vient graffer chez elle, notamment dans les chambres d'enfants, elle décide de passer à l'action. « J'ai parlé de David au maire de Marenla, M. Pocholle... qui a tout de suite accepté de repeindre les murs de l'école. » Avant le dessin, les enfants ont échangé avec David Lenne. Le graffeur leur a ainsi expliqué qu'on ne pouvait pas se permettre de dessiner n'importe où. « Il y a des endroits où le tag est le bienvenu, mais d'autres où il est interdit. » Mais plus que des dessins, ce sont des mots. Des phrases fortes, qui ont marqué les coeurs enfantins. « Tous différents », « Tous égaux », taggés à la bombe. Ainsi l'artistique a laissé place au didactique. Les enfants ont pu parler du racisme en classe avec leur maîtresse et directrice Mm e Mailly. « On ne doit pas se moquer des gens de couleur », commence Marion, un peu timide. « Parce qu'il faut se mettre à leur place ! », renchérit son amie Océane. « Ces phrases ont fait réfléchir mes élèves sur le respect et la différence », explique la maîtresse. Que demander de plus, quand le loisir se mêle à la leçon. •

MATHILDE DONDEYNE

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Commenter cet article

L'En Saignant 23/04/2012 12:29


La plupart de ces imbéciles et tarés d'enseignants contemporains du primaire, feraient mieux de faire en sorte que leurs élèves arrivent au Collège mieux armés en Orthographe et Calcul comme de
"notre temps"  ..!. Mais ça c'est plus fatiguant que faire de l'esbroufe politicarde dès la maternelle ....!.

Claude Germain V 23/04/2012 10:09


Lætitia peut etre fiere ,elle s'est promue avec la complicité d'un maire completement abruti , racailleuse en
Chef .........sacré promotion sociale .Destructrice de la morale publique et republicaine ,apprendre a des enfants a etaler de la merde sur les murs ...........une de
plus qui devra rendre des comptes a la nation un jour .Faut l'esperer avec Foi .