Mariage gay : M.-C. Bompard, le maire qui dit non ! Par Gabrielle Cluzel pour Bd Voltaire.

Publié le 27 Août 2013

Marie-Claude Bompard, maire de Bollène, dans le Vaucluse, refuse de célébrer le mariage de deux personnes homosexuelles dans sa commune. Elle n’est pas le premier maire à faire de la résistance. Ils sont même singulièrement nombreux, rapportés au nombre plus que modeste – de l’aveu même de Libération, qui s’est livré à un rapide calcul depuis la promulgation de la loi – de demandes déposées.

Pourquoi s’inquiéterait-on en haut lieu ? Les bougres renâclent, se font tirer l’oreille, freinent des quatre fers ; mais à force d’intimidations, de menaces et de chantage, on finit toujours, n’est-ce pas, par leur faire plier l’échine et les mettre à genoux.
C’est la menace d’une astreinte de 1.000 euros par jour pour lui et ses adjoints qui a fait rendre les armes au maire d’Arcangues, même s’il clame toujours son opposition. C’est sans doute pour les mêmes raisons que le maire de Mésanger a lui aussi capitulé. Que celui qui peut débourser 1.000 euros par jour leur jette la première pierre. N’est pas Thomas More qui veut, et nous autres n’avons sans doute aucune idée de la pression qui s’est abattue, pour paraphraser Alain Sanders, journaliste àPrésent, sur ces braves maires devenus des maires braves. Et cette somme n’est encore pas grand-chose comparée aux trois ans de prison et aux 45.000 euros d’amende que, le 7 novembre dernier, Christiane Taubira avait agités comme un épouvantail dans une interview à Ouest-France. Sans parler d’une possible suspension par le préfet ou, allons-y, une révocation en Conseil des ministres.

Sauf qu’avec Marie-Claude Bompard, le gouvernement est tombé sur un os. Bollène, c’est mauvaise pioche. Car la dame, qui en a vu d’autres, n’est pas du genre impressionnable et, sous des allures fragiles, a la couenne plus dure que bien des édiles de campagne gaulés comme des tracteurs agricoles.

Dans son refus, rien d’épidermique, d’impulsif ou de personnel, comme le montre le soin qu’elle a pris de recevoir les deux administrées concernées, Amandine Gilles et Angélique Leroux, pour leur en expliquer les motifs. « Marie-Claude Bompard nous a dit qu’elle respectait les couples homosexuels, mais que par rapport à ses convictions religieuses, il lui était impossible de nous unir », a rapporté l’une d’entre elles. Le maire de Bollène se situe donc dans le registre de « l’impossibilité » et non pas seulement de « l’opposition ». La nuance, pour le combat qui s’annonce, est de taille. Elle l’a d’ores et déjà annoncé : qu’on n’attende pas d’elle qu’en s’en lavant les mains, elle refile le bébé – si l’on peut dire – à un de ses adjoints moins regardants. Alors quoi ?

Alors, la suite promet d’être particulièrement palpitante, le gouvernement n’ayant aucune issue dans ce bras de fer. S’il ferme les yeux sur le refus de Marie-Claude Bompard, c’est l’objection de conscience qu’il reconnaît de fait, et un boulevard qu’il ouvre pour tous ceux – et on ne les compte pas – qui voudront s’en prévaloir. S’il sanctionne Marie-Claude Bompard, il en fait aussitôt un exemple, un emblème, un étendard et surtout un casus belli susceptible de réveiller, d’un coup pour la rentrée, les ardeurs que même les grandes vacances n’ont manifestement pas suffi à éteindre.

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Commenter cet article

lombard 19/09/2013 15:22


bonjour


reponse pour MERLE


si ce deuxieme  gouvernement dictateur avait respecté la rue avec la contestation de nombreux elus ,nous n'en serions pas la !! il est évident qu' il est scandaleux de valider l'union de
paires d'homosexuels,et pas seulement pour les convictions religieuses catholiques ,CAR MAINTENANT VOUS AVEZ QUOTIONNE LE MARIAGE COMMUNAUTAIRE ET LES MUSULMANS QU 'Y N'ONT DE CESSE D'ATTAQUER LA
REPUBLIQUE VONT RECLAMER LE MARIAGE POLYGAMME ...(j'espere que vous aurez des petites filles et qu'elles subiront l'abandon de notre démocratie..... )

MERLE 28/08/2013 17:43


A Gauloise :


Vous dites que vous ne pensez pas que la maire à refusé des droits à ces deux femmes qui voulaient se marier.


Et bien concrêtement, ces deux femmes ont le droit de se marier depuis l'application de la lois Taubira. La maire qui est sencé appliquer cette lois refuse de le faire, donc dans les faits, cette
maire refuse bien des droits à ces deux femmes.


Je ne vois franchement pas comment les convictions peuvent être un argument au fait que les droits de ces deux femmes sont respectés, puisque dans les faits et concrêtement, une maire qui
représente un état laïque (et donc un état qui ne doit pas imposer les dogmes d'une religion particulière), refuse de les droits d'une catégorie de personne soit-disant à cause de ses convictions
religieuses (le mariage pour les personnes homosexuelles entre elles).


Si une ou un maire ne peut pas appliquer la lois à cause de ses convictions religieuses et si elle pense que ses convictions religieuses lui rendent impossible de mettre en application des droits
dont il ou elle a la charge de faire respecter, alors ce ou cette maire n'a pas compétence de représenter l'ensemble des citoyens entant que maire d'un pays laïque.

Polux 28/08/2013 13:39


Je pense aussi qu'elle devrait démissioner !

mika 28/08/2013 10:52


A Merle,


Bonjour, je n'ai rien contre le mariage pour tous et vous avez raison de dire que cette édile n'est
pas respectueuse de ses obligations. Cependant ce manque de respect n'est que le corollaire de l'absence inquiétante de démocratie. Le peuple souverain est mal représenté à l'assemblée et s'il
conteste cette loi, que leurs élus ont voté dans son dos comme il l'ont fait de façon indigne pour les traités européens, c'est son droit le plus absolu.  Et d'ailleurs nos élus en sont
conscients. Ils ont même trouvé une solution visant à ne rien changer à leur comportement...Ils sont en train de changer de peuple.


 


 


 

aupied 28/08/2013 10:47


Bravo Madame la mairesse , enfin quelqu'un qui reconnait , qu'il n'est pas normal de marier 2 personnes du même sexe , moi aussi de par mes convictions religieuse , je ne suis pas d'accord , pour
le  mariage de  2 homos , si tout les maires France avait le courage de respecter leurs propres convictions , cela ferait peut-être pencher la balance du bon coté ( car ils ont peur de
perdre leurs mairies et avantages qui vont avec )

LA GAULOISE 28/08/2013 08:33


Je ne pense pas que Mdame le maire , en refusant de celebrer ce mariage , a refusé les droits de ces deux personnes. C ' est , je pense , uniquement une question de convictions personnelles . et
, respecter ses propres convictions c est aussi , quelque part, respecter celles des autres ....

MERLE 28/08/2013 00:14


Sacré article dans ce média que je ne connaissais que de nom.


J'ai une chose à vous faire remarquer :


Les Maires sont au service de leurs administrés, l'état donne des droits aux citoyens, les maires sont là pour faire appliquer les lois.


Cette fameuse liberté de conscience que revendique cette Mairesse qui veut interdire à ce couple de se marier alors que l'état lui en donne le droit, c'est une manière d'appliquer à un couple une
contrainte conséquence de ses dogmes personnels.


En attendant, elle prive de leur bon droit des citoyennes, c'est contraire à sa fonction.


Faites de même dans une entreprise, vous serez licencié pour faute grave !


Cette mairesse s'est engagée à rendre service à l'ensemble de ses administré(e)s, les catholiques, les protestant(e)s, les musulman(e)s etc etc et les athés bien entendu. La foi de cette mairesse
ne regarde qu'elle, elle n'a pas à déborder sur les droits de personnes qui ne suivent pas les mêmes dogmes qu'elle.


Si Madame Bompard est fachée avec le principe de séparation de l'église et de l'état, qu'elle le fasse savoir soit en déléguant la célébration du mariage par un(e) adjoint(e), soit elle
démissionne de son poste.


Je trouve assez étonnant que l'on puisse dire que l'on respecte une personne si, alors qu'on est censé être garant de l'application des lois, on lui refuse des droits que cette personne devrait
normalement avoir. Pour moi il y a un manque de respect évident.