Marignane : l’islamo-journaleux Askolovitch salit la victime et plaint les assassins.

Publié le 27 Août 2013

Nos confrères de Cultural Gang Bang viennent de publier un florilège d’interventions de « polémistes » à propos du meurtre commis contre Jacques Blondel à Marignane. Les interventions de Claude Askolovitch, chroniqueur à Marianne, sont particulièrement odieuses.

Par Mireille Greschter pour Riposte-laïque

Cet homme n’aurait pas fait ça, il ne serait pas mort et ces 2 petits voyous qui avaient braqué un bureau de tabac minable ne seraient pas devenus des assassins.(…)

Ce que je veux dire, c’est qu’il n’a pas été abattu de sang-froid. Il a été abattu par deux petits voyous absolument minables qui avaient braqué un bar tabac minable et qui se sont vus aller en taule parce qu’une espèce de dingue avec un bébé dans sa voiture était accroché au fusil. (…) Il n’aurait pas bougé, il ne serait pas mort, on n’en parlerait pas.

Politiquement, je pense que Manuel Valls, qui a raison globalement, joue avec les lignes et les frontières en érigeant en héros, même s’il est infiniment respectable et pitoyable, un homme qui agit comme il ne faut pas agir, ne serait ce que pour se préserver soi-même et les siens.

(…)

Ce type, ce monsieur, est infiniment pitoyable parce qu’il est mort. Tu ne peux pas l’ériger en exemple. Il laisse une veuve et des orphelins et il a transformé des petits voyous merdeux en assassins, c’est un gâchis terrible.

http://www.culturalgangbang.com/2013/08/il-ny-aura-pas-de-representation.html

Parallèlement, un dossier complet est publié sur Fdesouche.

http://www.fdesouche.com/400337-marignane-13-un-sexagenaire-tue-par-balles-pour-avoir-tente-dempecher-un-braquage#more-400337

De telles citations méritent, on en conviendra, ce que les profs de lettres appellent une explication linéaire.

« Deux petits voyous » : le chef, Marwan Rezgui, 18 ans, est un délinquant multirécidiviste, et déjà plusieurs fois condamné. C’est un peu loin du voleur de poules à l’ancienne.

http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=oOzK4-Y0pIY

« Absolument minables » : minables peut-être, mais en attendant déterminés, professionnels, armés et très dangereux ; au point que le maire, M. Éric le Dissès en a réclamé l’intervention de l’armée.

« Un bureau de tabac minable » : sans doute le propos le plus odieux du journaleux Askolovitch, il donne une mesure du respect que cet oligarque de la bien-pensance journalistique peut éprouver envers les gens ordinaires, en l’occurrence ici de petits commerçants. Bien évidemment, le caractère « minable » du bureau de tabac laisse entendre que le braquage n’aurait en définitive que très peu d’importance. On rabaisse les victimes pour mieux excuser le crime.

« Se sont vu aller en taule » : quel drame pour les deux petits anges braqueurs !

« Une espèce de dingue avec un bébé dans sa voiture » : c’est vrai que les gens qui haïssent les braqueurs sont des fous. Pensez donc ! Les jeunes des cités sont tellement sympathiques ! Il ne demandaient qu’à s’amuser, il fallait les laisser faire (position sans cesse revendiquée par Askolovitch). Le coup du bébé, c’est pour accentuer la « dinguerie ».

« Était accroché au fusil » : très curieuse conception de la balistique. A croire qu’il l’aimait ce fusil ! Té, peuchère, il devait vouloir se suicider !

« Il n’aurait pas bougé, il ne serait pas mort, on n’en parlerait pas » : un peu comme Monsieur de Lapalisse qui, cinq minutes avant sa mort, était encore en vie… Mais au delà, peur-panique qu’on évoque le moindre fait divers. Dans le cerveau bien-pensant d’Askolovitch, la seule insécurité qui existe, c’est le fait… que les gens parlent d’insécurité ! Laquelle, au pays des bisounours, n’existe pas.

Allusion à Manuel Valls : Valls aurait raison, outre un fayotage typique des gens du beau monde, soutien inconditionnel d’Askolovitch à un ministre qui ne fait rien (c’est le moins qu’on puisse dire) contre l’insécurité, se contentant d’imiter, de manière ridicule et encore moins crédible, les coups de gueule, sans effets, du Président Sarkozy. Ensuite condamnation sans appel de la légitime défense (« agir comme il ne faut pas agir »). Mais comme Marianne ne veut pas perdre trop de lecteurs, « l’espèce de dingue » au bébé est redevenu un simple individu « pitoyable », mais « respectable ». En définitive, Askolovitch dit à peu près tout et son contraire, procédé typique de la langue de bois.

« Il laisse une veuve et deux orphelins » : Oh, le méchant, quelle inconscience !

« Il a transformé des petits voyous merdeux en assassins, c’est un gâchis terrible » : là, c’est l’apothéose.

Accusé Jacques Blondel, levez-vous ! Vous êtes reconnu coupable d’influencer en mal la jeunesse de notre beau pays. Votre mauvaise influence a transformé deux jeunes un peu chahuteurs en assassins. Vous avez gâché leur vie. S’ils ne vous avaient pas tué, ils auraient pu continuer d’exercer leurs activité professionnelle en toute tranquillité. Vous entravez le droit à la délinquance ! C’est votre faute, Blondel, s’ils se baladaient avec des armes. Il faut bien qu’ils puissent se défendre contre les commerçants du quartier ! Accusé Blondel, je vous condamne à la peine de mort pour activités de résistance au crime et cruautés sur jeunes gens.

Voilà en gros ce à quoi se réduit le réquisitoire du procureur Askolovitch.

Il termine en traitant les deux caïds de petits merdeux. Il est à souhaiter qu’Askolovitch les rencontre un jour et réitère devant eux son insulte. Il comprendra ce que signifie la stratégie du chaos à laquelle il participe.

Mireille Greschter

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Point de vue

Commenter cet article

mireille 07/10/2013 17:52


On sait maintenant que le donneur de leçon askolovitch en fait préconise de se laisser dépouiller sans réagir et en disant pardon et merci. Dommage que cette conception tooute personnelle du
courage l'empêche de réagir s'il se faisait braquer. On aimerait tant qu'il se dévoue pour lui aussi permettre à des braqueurs de se transformer en assassins.

Roban 28/08/2013 18:33


"Il est à souhaiter qu’Askolovitch les rencontre un jour et réitère devant eux son insulte. Il comprendra ce que signifie la
stratégie du chaos à laquelle il participe."


C'est mon souhait le plus cher !

island girl 28/08/2013 15:06


Un "JOURNALOPE" qui devrait craindre de se promener seul, au coin d'une rue ,la nuit.

ESCLAFIT 27/08/2013 19:10


Quand pendra t-on Askolovitch et ses sbires haut et court ?

Marie-claire Muller 27/08/2013 19:01


Dans cette inversion des valeurs, ce journaleux a dû recevoir un diplôme émit par la fameuse école gauchiste dont il est issu. Voici comment on devrait se comporter nous, les colonisés!Taubi rat
approuverait!!!!!!!


Francaisdefrance's Blog


27/08/2013


Voyage en terre occupée


Classé dans : Uncategorized —
francaisdefrance @ 09:38


Publié le 27 août 2013 par Christophe dans Humour.







Dans son excellente vidéo explicative sur le rôle des
racailles, Aldo vous a très bien expliqué que les racailles des cités sont là pour maintenir un niveau africain dans ces zones et empêcher que trop d’entre eux ne viennent se
mêler et s’assimiler aux français. Ainsi au milieu de la France il y a des enclaves qui ne sont plus la France. Ce sont des territoires abandonnés. Cédés à l’envahisseur.


Si l’on fait un parallèle avec une période sombre de la France, on peut parler de zone occupée pour les cités et les villes dont parle Aldo et de zone libre pour le reste de la France.
Dans les zones occupées la République n’a plus sa place, ces territoires ne sont plus notre pays, considérons que nous les avons perdu. Cet été j’ai eu l’occasion de me rendre en
territoire occupé dans une ville de la région de Marseille connue pour son aéroport (1).


 


Voici le récit de ce voyage avec toute l’ironie nécessaire…


 
 
J’ai donc passé deux jours hors de mon pays. J’ai rendu visite à des connaissances qui ont acheté un appartement voici 16 ans dans la fameuse cité. A l’époque, il y avait bien des
paraboles mais c’était encore un territoire français. Aujourd’hui il n’y a plus que deux familles Française dans l’immeuble mais elles sont tolérées et on les y laisse vivre.


Dès mon arrivée j’ai été surpris de voir que la libre circulation des personnes existe. Enfin, a condition de ne pas porter un uniforme. On peut dire que ces territoires sont donc dans
l’espace Schengen puisque je n’ai jamais eu besoin de montrer mes papiers ! D’ailleurs je crois savoir que de nombreux habitants de ces zones n’ont pas de papier ! Et quand ils
en ont, souvent ils se les prêtent entre eux.


Le niveau du pays semble élevé, les grosses berline allemandes sont légions dans les rues et les jeunes ne portent que des vêtements de marque. Les hommes adultes porte beaucoup de
djélabas et les femmes doivent être très belles car elle sont entièrement couvertes pour ne pas provoquer les hommes.


Les rues sont très animées, surtout la nuit. En plus j’y étais en plein pendant le ramadam, alors je ne vous dis pas ! Cela a l’avantage de pouvoir rester éveillé pour
surveiller la voiture. Néanmoins on arrive un peu à dormir entre 06h00 et 10h00 le matin si l’on ne doit pas aller bosser. Pour les autochtones cela ne pose pas trop de problème car
généralement ils n’ont pas d’emploi, mais pour les Français aller travailler sans avoir dormi est un peu pénible.


Mais, vous serez d’accord avec moi que si ces derniers ne sont pas contents, ils n’ont qu’a rentrer en France ! Pourtant, ils sont encore quelques uns à vouloir rester et ils font
chaque jour tout leur possible pour s’intégrer. Par exemple ils ne revendiquent pas à manger autre chose que du halal et s’ils veulent se rappeler le pays ils ont tout le loisir de sortir
de la zone pour trouver une tranche de jambon à l’autre bout de la ville. Ils ne réclament pas de lieu de culte et vont dans un autre secteur de la ville s’ils veulent prier dans une
église. Ils font en sorte que leur femme soit couverte convenablement pour sortir et leur apprennent à ne plus être des putains.


Les Français sont très respectueux des lois locales. Ils sont tout a fait conscient que c’est à eux de s’assimiler au pays et non pas le contraire. Bien sur personne n’est à l’abri d’une
petite infraction. Nous ne sommes pas infaillibles ! Mais la justice locale est appliquée avec fermeté et elle est très dissuasive. Pour exemple, voilà ce qui est arrivé à
Martin (2) :


Il a ses voisins de palier qui lavent à grandes eaux leur appartement et qui la pousse ensuite avec une raclette sur le palier où elle reste jusqu’à évaporation. Martin a eu
l’insolence de s’en plaindre ouvertement à eux. Grosse erreur ! Le lendemain la justice locale l’a punit et il a retrouvé sa voiture avec les quatre pneus crevés. La justice
fonctionne bien là bas. On n’attend pas deux ans pour être jugé comme en France !


Il a commis une autre faute en bafouant les coutumes locales. Alors qu’il en avait marre de recevoir toutes sortes d’objets et de balayures balancés sur son balcon par la famille au
dessus de lui il est allé sonner chez eux pour leur dire. Là encore il a commis une erreur. La moukère était seule dans l’appartement et lorsque son maris est rentré il s’est
rendu furieux chez Martin pour lui dire qu’il lui est interdit d’adresser la parole à sa femme. Il a été très clair et très ferme. Depuis Martin a compris, il se fait tout
petit. Il ne va plus sur son balcon, il marche dans l’eau crasseuse de ses voisins et il finit même par s’habituer aux ordures qui jonche le sol des bâtiments et des rues. Il a appris a
ne dormir que quelques heures, a fermer sa gueule, et il commence à bien s’intégrer. Après 16 ans il était temps !


Il a aussi compris qu’il est inutile de compter sur la police française qui n’a que faire de ses problèmes d’intégration. D’ailleurs tout a fait normalement, la police française ne vient
plus dans les zones occupées. Elle n’y est plus compétente territorialement. Ce n’est plus la République ! Les policiers ne sont pas fous, ils ne veulent pas faire la une du 20h00
pour avoir contrôlé une bâchée intégral !


 


Personnellement je n’ai pas trop aimé mon séjour et je suis revenu en zone libre avec plaisir. Oh mon dieu ! Comme je ne voudrai pas que la France libre ressemble à ces zones
occupées !


De tout façon, je pense que si les quelques ressortissants de ces zones qui résident chez nous se montraient trop revendicatifs les français mettraient vite le holà. Et je penses que les
« Vladimirs » comprendrons aisément l’attitude des Français puisque, eux aussi, pratiquent comme cela dans leur territoire avec leurs immigrés venus de la France libre… Faisons
confiance au bon sens de la race humaine… Oups ! Merde j’ai prononcé le mot race ! J’espère que la Stasi de Valls et Taubira se montrera indulgente à mon encontre et ne fera pas
de moi un autre prisonnier politique…


 


Vive la France libre !





(1) A l’époque je ne savais pas que je dormais à deux rues du lieu où un retraité de 61 ans sera assassiné 1 mois plus tard…


(2) J’ai changé le prénom afin de ne pas réduire à néant 16 ans d’intégration…




marie-plume 27/08/2013 18:03


Triste et minable petit journaleux qui se croit le phénix de l'intelligentsia, il n'existe que dans la démesure et l'insulte, revendiquant -toujours- son estime, et plus que cela, pour
les personnes qui, elles, insultent et agressent en toute impunité la France qui leur offre le gîte et le couvert et toutes les aides sociales dont elles savent revendiquer, à outrance!,
"les droits". Misère!  Comment un directeur de publication, une radio assez côtée, peuvent utiliser les services de pareil energumène sans lui donner un blâme, comment le
CSA a accepté, sans broncher!,  des propos aussi odieux dans le fond, et dans la forme? C'est cela la liberté d'expression (française) dont on nous rebat les oreilles? J'avoue que je la
trouve à dimension variable, et que dans le cas présent je suis outrée de pareille outrecuidance d'un petit journaleux  sans talent et la bave aux lèvres pour insulter une personne décédée
qui n'est plus là, hélas!  pour rétorquer à ce sinistre bonhomme qui a une carte de presse!,-c'est le comble-  qu'il en est indigne et qu'il mérite le mépris le plus purulent d'une
grande partie de l'opinion publique!  Pauvre Presse, on comprend mieux pourquoi elle perd des lecteurs, des auditeurs et des admirateurs!    

LA GAULOISE 27/08/2013 16:19


UN JOUR VIENDRA OU TOUT SERA A NOUVEAU DANS L ORDRE DES CHOSES . LES HEROS SERONT VRAIMENT DES HEROS SALUES ET RESPECTES ET OU LES ORDURES FINIRONT LEUR VIES INUTILES  : EN PRISON ET HONNIS
DE TOUS . DEBOUT LES GAULOIS SOYEZ FIERS ET COMBATIFS !

mika 27/08/2013 14:06


Voici l'enregistrement audio de l'émission (Askolovitch intervient à 5mn40)


http://www.rtl.fr/emission/on-refait-le-monde/ecouter/on-refait-le-monde-du-23-aout-2013-7763995031