Marine Le Pen à RTL - préface de Gérard Brazon

Publié le 22 Août 2013

Je trouvais Marine Le Pen bien silencieuse ces derniers temps mais il est vrai que la parole médiatique est toute entièrement donnée, y compris pour ne rien dire, aux ténors de l'UMP et du PS. Jusqu'à saturation le plus souvent devant les incohérences, les reculades, les attitudes et les postures/impostures. Lire, écouter, entendre et comprendre une autre parole fait du bien d'autant plus lorsque celle-ci relève du bon sens et remet les pendules à l'heure.

 

Le bon sens, celui du peuple, celui du terroir, celui du labeur, celui qui sait, a toujours su que demain on ne rasera pas gratis. Celui qui n'a plus envie qu'on lui dise que le bout du tunnel est là. Depuis Raymond Barre, la distance qui nous sépare du bout du tunnel est restée gigantesque.

 

Aujourd'hui, les socialistes nous affirment que la France sera le phare du monde en 2025. Pitoyable. Grâce à eux et aux supplétifs de la droite molle,(UMP, UDI) la maison France n'existera plus en 2025 si personne ne relève notre drapeau, notre économie, notre pays et remettant en place les meubles patriotiques.

 

Les bateleurs et autres vendeurs de soupe nous ont ruinés avec l'Europe entres autres. Pire, ils vendent de l'eau tiède pour de la soupe aux Français et réservent les légumes aux "déshérités" comme ils disent, à savoir au flux permanent d'immigrés qui sont décrétés arbitrairement "richesse de la France". Une richesse que les français savent ruineuse.

 

Marseille: c'est la faute à Sarko, la délinquance, c'est la faute à la misère.

Tant pis si le Cantal est la région la plus pauvre et la moins délinquante de France. Il faut croire que la misère n'a pas les mêmes effets selon la culture des "pauvres".

Qu'importe n'est-ce pas du moment que l'on a la rime, le Sarko comme Rousseau et la misère comme Voltaire ! Vieille antienne d'un parti qui se dit moderne et a gardé ses vieux réflexes gauchistes. Sauf que les "pauvres", les Français dans la peine, dans la misère, dans l'inquiétude, dans la galère ont déjà compris que pour la Socia-lie, ils ne sont pas (plus?) le vrai centre d'intérêt. La gauche n'a plus que les yeux de Chimène pour l'immigré devenu le nouveau prolétaire.

 

 

Gérard Brazon

******

 

INVITÉE RTL - La présidente du Front national est revenue sur la polémique qui oppose Manuel Valls à certains membres de la gauche sur la politique en matière d'immigration.

Manuel Valls aurait souhaité rouvrir le dossier du regroupement familial, provoquant les critiques de son propre camp, malgré son démenti. Il n'a en tout cas pas convaincu Marine Le Pen, qui dénonce l'écart entre son discours et son action. "Il devrait partir s'il est sincère, s'il est à ce point en désaccord avec le gouvernement auquel il participe", estime-t-elle.

"On nous repasse toujours le même film, c'était la même chose avec Nicolas Sarkozy", balaye la présidente du Front national au micro de RTL. "On met un ministre de l'Intérieur qui fait de grandes déclarations de fermeté, qui montre ses muscles et qui en réalité soit rétro-pédale (...) soit limite son action à des propos plutôt qu'à des actes."

"Parler, parler, parler, les Français n'en peuvent plus", poursuit-elle. Et Marine Le Pen de tacler l'action de Manuel Valls place Beauvau. "Depuis qu'il est arrivé au ministère de l'Intérieur, il n'a rien fait d'autre que d'augmenter l'immigration", affirme-t-elle. "Le seul budget qui a été sanctuarisé c'est celui de l'intégration et de l'immigration."

Marine Le Pen dénonce les "conséquences de l'immigration"

La présidente du Front national embraye ensuite sur les "conséquences en matière d'aggravation de l'insécurité", et prend en exemple Marseille, qui a récemment connu son 13e règlement de comptes depuis janvier.

"Monsieur Valls à Marseille venait nous expliquer il y a quelques semaines que ça allait beaucoup mieux, qu'il enregistrait des résultats", explique-t-elle. "Ça finit par devenir un véritable gag. Le problème c'est que ça ne fait pas rire les Français :ce sont eux qui vivent les conséquences de l'immigration."

C'est la dictature des délinquantsMarine Le Pen

Marine Le Pen illustre son propos en évoquant l'exemple de villes françaises, "de plus en plus nombreuses", affirme-t-elle, où les habitants vivraient "une sorte de couvre-feu". "C'est la dictature des délinquants", dénonce-t-elle. "Il y a des endroits où l'on ne peut pas aller, il y a des heures où l'on sait qu'on ne peut pas aller dans tel ou tel quartier." Selon elle, la délinquance se propage dans le pays "à une vitesse spectaculaire".

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Point de vue

Commenter cet article

Epicure 23/08/2013 14:18


J'ai environ 3 années d'espérance de vie...Je serai alors probablement déjà dans le Néant Bien Heureux...Je vous laisse faire, j'ai toute confiance !

Pivoine 23/08/2013 11:45


Comment ça, vous ne serez pas spectateur, Epicure ?

Epicure 22/08/2013 15:51


Quand l'immigration socialiste aura créé un nouveau puissant Prolétariat  d'électeurs, capable de constituer une Minorité-Majoritaire détentrice du pouvoir, comme en Allemagne nazie ou en
Egypte des Frères Musulmans,  le Suffrage Universel, la plus énauhrme blague de la "Modernité" s'effondrera définitivement comme en Egypte déjà avec la destitution de Morsi (petit Hitler
heureusement sans succès) et aboutira à la guerre civile sanglante et la fin du Système.


Je suis content de savoir que je ne serai pas spectateur de ces évènements prévisibles. Mais Notez le dans vos  agendas...

Pivoine 22/08/2013 14:49


Le numéro de la vallseuse ne convainc personne, à tel point que même les J.T. disent qu'il fait du sarkozysme !

mika 22/08/2013 11:12


MLP à RTL : Video (audio) de l'interview



http://www.rtl.fr/video/emission/l-invite-de-rtl