Marine Le Pen : anticiper "l'inévitable" fin de l'€uro

Publié le 22 Août 2012

J'ai rajouté sur le titre le prénom de Marine car c'est incorrect de parler de "Le Pen" sans préciser si c'est le père ou la fille. Certes, on peut penser que j'abuse un peu, mais je sais bien que la volonté est de jouer sur la confusion des genres et surtout de continuer à "diaboliser" le Front National. Marine Le Pen n'est pas Jean Marie Le Pen! Les discours, les propos, les mises à plats, les explications, les propositions et les ouvertures aux autres lors des dernières élections et leurs résultats l'ont prouvés ! Intox et manipulations?

Gérard Brazon

***

Figaro-Flash

Marine Le Pen2La présidente du Front national, Marine Le Pen, a appelé aujourd'hui, dans un communiqué, à anticiper "courageusement l'inévitable dislocation de la zone euro" et à "ouvrir le chantier du passage à la monnaie nationale". "Pour éviter le totalitarisme financier et bancaire qui s'installe subrepticement en Europe par l'action de la troïka (UE, BCE, FMI), pour relancer une croissance aujourd'hui au point mort et arracher notre pays au désastre social, un dirigeant politique réaliste, qui a une vision stratégique à long terme, doit se préparer à l'éventualité évidente d'une dislocation de la zone euro", écrit la présidente du parti d'extrême droite.

Marine Le Pen prend exemple sur la Finlande, où le ministre des Affaires étrangères, Erkki Tuomioja, a récemment affirmé qu'il fallait se "préparer ouvertement à la possibilité d'un éclatement de la zone euro", avant d'être contredit par son collègue des Affaires européennes. Selon Marine Le Pen, "le débat est vif" aussi en Allemagne. La présidente du FN s'appuie par ailleurs sur l'économiste américain Nouriel Roubini, qui a parié plusieurs fois sur un éclatement de la zone euro. "Par principe de précaution, il est maintenant urgent d'admettre l'inévitable échec de l'euro monnaie unique et d'ouvrir le chantier du passage à la monnaie nationale pour recouvrer une politique monétaire et budgétaire souveraine, bénéfique pour notre économie, nos emplois nationaux et notre commerce extérieur", explique la présidente du FN.

"Le nouveau Traité européen doit bien évidemment faire l'objet d'un référendum et je demande l'ouverture d'un débat incontournable sur l'avenir de l'euro", conclut-elle.

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Repost 0
Commenter cet article

LMarie-claire Muller 22/08/2012 18:06


Les technocrates qui nous ont imposé cette monnaie n'avoueront jamais avoir mis les peuples européens sur la paille,ils continueront à nous "tranquiliser" afin que nous ne réagissions pas!AUCUN
DES EUROPEISTES NE VEULENT  LE BONHEUR NI LA SECURITE DES PEUPLES MAIS BIEN LEUR PERTE!!!!!Le pays que nous habitons est devenu un satellite de l'uerss et ils n'ont pas l'intention de lâcher
le morceau!ils tiennent la laisse ,ils ont le pouvoir que nous leur laissons, et ce n'est pas normal 1 et ses sbires qui s'y opposeront; pour eux c'est la manne!Marine a raison depuis des
années,  c'est pour cette raison qu'on la diabolise.Nous allons suivre le chemin de la Gréce ,de l'Espagne etc!!!et sans anticipation ça va faire trés mal.