Marine Le Pen lance un appel aux patriotes! Ecoutons-là

Publié le 12 Septembre 2012

Comme l'on voit peu le Front National dans les médias, j'en profite pour éditer cette vidéo de Marine Le Pen lançant un appel au peuple de France, aux patriotes.

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Commenter cet article

henri 12/09/2012 22:27


Tout à fait d'accord avec Christophe.

christophe 12/09/2012 21:40


C'est vrai il n'y a rien , aucun message réel, aucune proposition, aucune annonce, aucune directive. C'est creux !


On pouvait faire l'économie de cette vidéo pour la remplacer par celle de Tasin qui comporte un appel a adhérer à un mouvement ou un parti ou une association patriote pour que le moment venu
ceux-ci se rejoignent dans une reconquista.


Va falloir faire des annonces concrètes sous peine de décevoir ! 

LMarie-claire Muller 12/09/2012 21:27


C’est l’histoire d’un mec…



Elle a fait le tour du web, les anti-machintrucbidulechouette,  de plus en plus pathétiques, toujours la vue embrumée de leurs préjugés, se sont précipité au balcon pour hurler leur
pseudo-indignation… Quelle joie pour moi de les voir là parmi les rires se faire huer par la foule ! Alors elle doit être ici aussi, pour moi, pour vous, pour nos parents et nos enfants
 :


C’est l’histoire d’un mec…


Un électeur FN, normalement, c’est une personne âgée assez aisée, qui aimerait interdire le rock, la techno et toutes les musiques de “jeunes”, qui vit dans un village paumé à la campagne et qui
n’a jamais vu un Arabe de sa vie, une personne xénophobe pleine de préjugés qui regarde trop TF1. Ou bien c’est un pauvre gars inculte faisant partie de la frange la moins éduquée de la
population, qui ne comprend pas le monde dans lequel il vit.



J’ai la vingtaine et quelques années, je vis avec à peine 500 euros par mois, j’écoute dumétal et de l’électro en passant par du rap, j’ai passé tout mon secondaire dans une ZEP et j’ai habité dans une banlieue
encore après mon bac, j’ai été élevé dans une gauche Canal plus et chez nous le bouton 1 de la télécommande est resté à l’état neuf. J’ai toujours eu d’excellentes notes au cours de ma
scolarité, avec notamment un 20 sur 20 en histoire/géo pour mon bac blanc, et je suis des études supérieures en étant à quelques semaines d’un master avec mention Bien.


Moi, raciste ? Il y a une quinzaine d’années encore lorsque j’allais à un repas avec mes parents, et que j’entendais des convives dire qu’ils n’aimaient pas les Arabes et qu’ils votaient
Le Pen, je sortais discrètement de la pièce pour aller dehors cracher sur leur bagnole. Moi, raciste ? Mes potes au collège s’appelaient Abdelkader et Saïd et je vomissais avec eux les
“fachos”. Moi, raciste ? Au lycée j’ai signalé à la direction, qui m’emmerdait pour des broutilles, que des élèves néonazis se pointaient avec “Mein Kampf” au bahut.


Moi, je ne suis pas dans le “champ républicain” ? Je vous emmerde, la gauche. Je vous ai appartenu corps et âme assez longtemps pour avoir le droit de le dire, haut et fort. Je n’ai aucune
leçon à recevoir de vous. Entre les deux tours de 2002 j’avais 15 ans et j’ai défilé contre Jean-Marie Le Pen. Qu’est-ce qui selon vous m’a rapproché de lui un peu plus tard ? Les paroles de
“division” de Nicolas Sarkozy ? Il n’existait pas à l’époque. C’est la réalité qui m’a fait voter FN quand tout dans mon éducation, mes valeurs, mes préjugés me destinait au contraire. Ce qui
crée la “division” dans ce pays ce ne sont pas les paroles des politiques, ces dernières ne sont que le reflet des aspirations qui viennent de la base, ce qui crée la “division” c’est la
présence de plusieurs peuples distincts sur un même territoire, à force d’immigration massive sur des dizaines d’années, démarche irresponsable dans le meilleur des cas, diabolique dans le pire
des cas. Sarkozy n’a fait que récupérer la colère qui couvait, il ne l’a en rien créée.


Le mot “racailles” Nicolas Sarkozy ne l’a pas inventé, il l’a repris de la bouche de cette dame qui lui parlait à la fenêtre, parce qu’elle vit là-bas, elle. Ça vient d’en bas, c’est
clair, la gauche ? C’est un “jeune” qui vous parle, vous aimez tellement ce mot, un jeune qui constate que la “division” c’est vous qui l’avez provoquée, encouragée, en important ici des
populations qui nous étaient hostiles, par souvenir de la guerre d’Algérie, en les rendant encore plus hostiles avec le mouvement “antiraciste”, avec votre “marche des beurs”, en les appelant à
revendiquer leurs origines tout en nous contraignant à avoir honte des nôtres, en apprenant à tous que tout ce qui était “de souche” était nazi, colon, ignoble à tout point de vue, en nous
effaçant littéralement de votre “diversité”, vous avez créé ce racisme dont vous ne parlez jamais, pourtant largement majoritaire dans les faits : le racisme de ceux qui nous appellent “les
faces de craies”.


Moi, raciste ? Je vous emmerde, tellement profondément, vous ne pouvez même pas l’imaginer. Votre “multiculturalisme” je l’ai pris en pleine gueule. Vous m’avez fait croire qu’ils étaient
français, ceux-là même qui m’insultaient de “sale Français” quand c’était pas “sale Blanc”. Plus jeune je recevais des stylos blancos au visage, et les insultes qui allaient avec. Je ne
comprenais même pas ce que ça voulait dire. Je continuais à me prendre la tête avec des potes qui connaissaient le terrain encore mieux que moi et qui me disaient “Ils nous emmerdent les
Arabes”, je leur répondais “Attendez on les a colonisés quand-même ! C’est normal !”. Je me souviens de cette petite blonde aux yeux bleus, en 4ème, qui vivait dans la cité entourant notre
collège. Je l’aimais bien et elle aussi, mais un jour elle m’avait avoué, les larmes aux yeux, qu’elle ne pourrait pas sortir avec moi, que ça serait trop mal vu ici d’être avec un Blanc. Trop
risqué pour elle.


Plus tard j’ai vécu dans un de ces quartiers, dans une autre ville. Je n’avais pas encore de voiture ni de permis, trop cher pour moi, alors je devais rentrer chez moi en bus le soir, sur cette
ligne hautement fréquentée par les racailles. Une nuit je rentrais avec ma petite amie et un pote, nous nous sommes faits encercler dans ce bus, ils étaient une bonne quinzaine, ils ont
commencé à toucher les cheveux de ma copine en rigolant, elle bouillonnait autant que moi, mais que faire, ils étaient trop nombreux, comme toujours. Elle s’est retournée et a bougé leurs mains
violemment, “hey mais tiens ta femme toi” m’a dit un des gars, le ton est monté d’un cran et ils se rapprochaient, le chauffeur voyait mais n’a rien fait, on a réussi à descendre à l’arrêt
suivant, sous les insultes, forcément. Quand les portes se refermaient j’ai dit “Vous étonnez pas après qu’on vote Sarkozy !”, avant que mon pote n’ajoute “Ou pire.”, et je me souviens lui
avoir dit “Oh arrête, faut pas exagérer non plus…”. “Faut pas exagérer”, putain, même après ça je ne voulais pas “exagérer”.


Ma copine ne disait rien mais pleurait de colère. Quelques mois après, cette fois je n’étais pas avec elle, elle s’était fait arracher son Ipod à un arrêt de bus. Et deux ou trois jours plus
tard, alors qu’on était en ville, on a croisé le voleur avec des potes à lui, une dizaine, ils sont passés devant nous et ma copine m’a dit “C’est lui” en le fixant d’un regard noir malgré ses
yeux bleus. Et lui a dit à ses potes “Wesh les cousins c’est elle !” en pointant du doigt ma copine, et en riant. Ils sont passés devant nous en prenant soin de bien ralentir pour nous montrer
comme ils étaient fiers de leur impunité, de notre impuissance. Encore une fois, que faire, à un contre dix, et avec sa copine. Elle était déjà allée voir les flics avant, qui avaient “noté” sa
plainte, bien sûr. Elle a encore pleuré des larmes de rage, en disant entre deux sanglots “Mais bon Dieu c’est pas possible que ça existe ça, pourquoi ça existe”, alors que je la prenais dans
mes bras.


Je vous emmerde, la gauche. Grâce à vous j’ai dû passer ma jeunesse à accepter les agressions au faciès, à admettre les humiliations quotidiennes, à subir des situations qui font penser à
certains récits de braves gens pendan

S. Dekerle 12/09/2012 19:03


J'aimerais être aussi optmiste qu'elle mais comment l'être alors que le FN n'ä obtenu que 18 % des voix aux présidentielles?


J'ai bien peur que dans 5 ans s'en soit terminé de la France, je suis personnellement très inquiet.


 


 


 


 


 


 

Yves IMBERT 12/09/2012 16:38


Belle dame sympa, c'est bien mais concrètement on fait quoi ? au delà des y-a qu'a faut qu'on, quelles solutions sérieuses sont proposées par le FN pour:


- Stopper l'immigration arabo-musulmane et faire repartir le trop plein (95 milliards par an  plus pourrissement de la vie des FDS)


-Mettre un terme à la nuisance des associations anti-Français de souche et assimilés


- Obliger les magistrats à juger selon le droit et non leur idéologie islamo-marxiste