Marine Le Pen réveille la République assoupie.

Publié le 7 Janvier 2011

              La République sait-elle encore où elle habite ? De peur de fâcher l'islamisme chatouilleux, la voilà qui ergote sur la laïcité. Alors qu'elle aurait dû résister depuis longtemps aux nouveaux empiétements religieux sur l'espace public, elle a laissé ce combat à Marine Le Pen, qui n'en demandait pas tant. Au prétexte que la prétendante à la présidence du FN a lourdement comparé à l'Occupation des appropriations de "pans de territoire" par des démonstrations de piété, la bien-pensance s'empresse d'excuser ces fidèles. Ce faisant, sont niées les atteintes au pacte social que portent ces mises en scène qui violent la neutralité républicaine.

             "Je m'inquiète de voir ce sujet (les prières dans les rues) être au cœur du débat politique", dit Ségolène Royal. La gauche croit entendre un néoprolétariat dans la voix de l'islam revendicatif. Du coup, les "progressistes" parlent comme des dévots, quand ils voient dans ces manifestations cultuelles la preuve d'une insuffisance de mosquées, sans s'interroger sur leur visibilité recherchée. Daniel Vaillant, maire (PS) du XVIIIe à Paris, lieu de tels rituels, n'a pas demandé leur interdiction "parce que c'était le risque d'échauffourées".

La politique du trouillomètre, qui n'épargne pas la droite, est consternante.

Ivan Rioufol

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Commenter cet article

Francis CLAUDE 07/01/2011 13:58



de toutes façons le jour ou cela va peter ce sera la guerre civile a coup sur les bobos de gauche s'alliront ils avec les islamistes racailles qui pullulent et polluent chez nous?



Gérard Brazon 09/01/2011 14:25



L'avenir n'est pas écrit. Espérons que nous réglerons cela de façon pacifique.