Marseille est-elle encore une ville de France ? Par Gérard Brazon

Publié le 18 Septembre 2013

Marseille ! Je n’avais pas mis les pieds à Marseille depuis tellement longtemps. Chaque année j’allais en Corse, île de beauté, île magique et j’en profitais avant de prendre le bateau pour aller me balader sur la Canebière, les « Champs Elysées » de Marseille.

Gérard-France  par Gérard Brazon pour Riposte-laïque

Marseille ! Qu’est-ce que tu as changé ! Certes, les transports se sont améliorés mais certainement  pas la propreté des rues y compris de cette avenue « réputée » qu’est la Canebière. Que dire aussi de ces nouveaux Marseillais qui ne ressemblent pas du tout à Fernandel et surtout pas aux protagonistes de la trilogie de Marcel Pagnol : Fanny, César et Marius ou alors Fanny est voilée. Parce que le voile est ultra présent partout y compris et surtout sur le Vieux Port. La présence maghrébine et africaine est patente, forte si ce n’est lourde dans les rues adjacentes de la Canebière. Le Vieux Port qui conclut cette avenue résonne le soir de la musique orientale si loin de nos bals musettes et des accordéons. Quant à l’accent, je l’ai si peu entendu.

Marseille ! Ton transport en commun est propre dans l’ensemble, il n’a pas l’ampleur de celui de Paris mais tu as la même jeunesse, celle que nos biens pensants appellent « défavorisée » qui squatte les rames. Elle parle fort, dérange les voyageurs. Elle a les mêmes vêtements, les mêmes attitudes d’irrespect envers autrui, le voyageur lambda, l’étranger en vacances. Elle utilise les mêmes expressions, le même vocabulaire de type « Ouad là-patate chaude« . Elle pollue l’ambiance malgré un service de « sûreté » de type « discrimination positive ». Comme quoi cela ne change pas grand-chose.

Marseille ! Ville de tous les passages, de toutes les cultures et qui a toujours su en faire une force tant que le substrat restait marseillais. Marseille ne peut plus assimiler tant elle déborde. Elle n’est plus qu’une ville de l’étrange si ce n’est de l’étranger. Une ville que je n’ai pas reconnue ou plutôt que j’ai rencontrée lors de voyage au Maroc ou en Afrique.

Certes, les communautaristes, les multiculturalistes, les bobos trouvent cela très bien ! J’en ai vu applaudir les youyous sur le Vieux Port. Pour ma part, j’ai ressenti un grand malaise car si j’aime l’étrange, l’étranger, l’échange de culture, j’aime surtout le rencontrer et échanger chez lui, dans son habitat de préférence. Lorsque vous vous sentez vous même étrange, voire étranger dans vos rues, il est déjà bien tard.

Alors Marseille est-elle encore une ville de France ?

Gérard Brazon (Puteaux-Libre)

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Islamisation française

Commenter cet article

Arthur Foxapoildur 18/09/2013 15:54


Je suis Marseillais de père en fils depuis des lustres, mais mon épouse et moi même sommes partis (oh pas loin) à 50kms depuis 20 ans cette année , et n'y sommes retournés qu'une fois pour voir
la foire aux santons.Nous avons eu peur , et n'y avons jamais plus mis les pieds.


C'est dire que vous prêchez pour un converti.

island girl 18/09/2013 11:49


Marseille c'est  comme la seine St Denis ...un cloaque ,un panier de crabes et pas du tout une ville ou l'on a envie de vivre ...à cause des bandes de rats qui dealent ,volent et squattent
dans les rues.

Francis NERI 18/09/2013 09:41


La guerre a déjà commencé.


« Le drame de la situation de conquête coloniale que nous vivons, c’est que les remèdes proposés, par erreur de diagnostic, sont
pires que le mal. Qui peut désirer une société avec encore plus de prisons, encore plus de caméras de surveillance, encore plus de délinquants en liberté, des policiers dans les hôpitaux, dans
les écoles, dans les administrations, et les citoyens obligés de se faire justice eux-mêmes ? Voilà la réalité de la société multiculturelle pluriethnique : le réensauvagement de
l’espèce dans l’hébétude hyperviolente. »


Renaud CAMUS


« Quant à espérer un bouleversement avec l'arrivée de
Marine au pouvoir, si la légalité est respectée, cela ne servirait à rien qu'elle devienne la principale force d'opposition en 2017, car en 2022, les envahisseurs pèseront définitivement sur tous
les résultats électoraux ».


Charles d’Alger


« Les politicards passés et actuels font partie du problème, ils ne peuvent donc pas faire partie de la solution.


Marine à une équipe solide bien rodée et qui connait ses sujets d'une manière approfondie. L'UMPS peut trembler sur ses bases !


Mais je me pose  la question : « Aura-t-elle du temps, aurons NOUS du
temps ? » 


Et je vous interroge également : Allons nous lui donner du temps ET un coup de main ? 


Francis NERI


http://semanticien.blogspirit.com