Marseille : grande mosquée ou grand fiasco ?

Publié le 31 Mai 2013

Maxime Repaux est un grand optimiste. Maxime Repaux, c'est l'architecte qui doit bâtir la grande mosquée de Marseille, à Saint-Louis (15e). Les responsables du dossier lui ont annoncé qu'il poserait un bout de pierre symbolique dans quelques jours. Que le projet était sur les rails. Et que le Qatar allait mettre la main à la poche. Pourtant, la grande mosquée est aujourd'hui une coquille vide, un projet que beaucoup disent enterré. Pas d'argent. Pire. Les policiers de la brigade financière ont mis le nez dans les comptes de l'association "La mosquée de Marseille" en charge du dossier, présidée par l'imam Ghoul.

Comment en est-on arrivé là ?

Retour au printemps 2010.

À cette époque, après que le maire eut cédé un terrain dans les anciens abattoirs de St-Louis, élus et diplomates se pressent sur le site où se déroule la cérémonie de pose de la première pierre. Ce jour-là, c'est Nourredine Cheikh qui préside l'association "La mosquée de Marseille".

Manifestement, cette mosquée, qui doit être uniquement financée par des dons (on cherche 22 M€), est sur la bonne voie. L'ambassadeur d'Algérie, accompagné du recteur de la grande mosquée de Paris, laisse entendre que son pays se montrera généreux. On parle de 7 M€.

On assure qu'ensuite les autres pays musulmans paieront. Et on estime que fin 2012, le bâtiment sera livré : une grande mosquée de 2 500 m², pour 5 000 fidèles, entouré d'un amphi, d'une école coranique, d'un restaurant...

L'ambiance est alors à l'optimisme

Mais le séisme couve. Au sein de l'association, certains parlent de manque de transparence, Fatima Orsatelli notamment, conseillère régionale PS, soutenue par Michel Vauzelle. On dénonce aussi la mainmise de la mairie sur le projet. Alors, avec l'imam Ghoul, Fatima Orsatelli fait campagne auprès des membres de l'association pour qu'aux élections de juin, Nourredine Cheikh soit écarté. Ce sera le cas.

L'imam Ghoul devient président de l'association "La mosquée de Marseille" à la fin de l'été 2010.

Il s'empare donc du projet.

Mais, trois ans après, la mosquée reste un mirage. Il y a eu des recours pour une affaire de parking, qui ont retardé le projet. Mais cela n'explique pas tout.

Alors, d'où vient le blocage ?

L'Algérie a vite tiré le frein à main, la gestion de la nouvelle association "manquant de clarté" selon les propres termes du vice-consul d'Algérie recueillis en janvier dernier. Ironie de l'histoire : on reproche à l'imam Ghoul ce que lui-même reprochait à Nourredine Cheikh.

Sauf que ce dernier semblait avoir mis le projet sur les rails. Puis, l'imam Ghoul est catalogué "homme du Maroc", ce qui déplairait fortement à l'Algérie.

Une chose est sûre : au sein de l'association, c'est la débandade. Le trésorier démissionne. Un autre membre du bureau explique : "Moi je n'ai plus aucun contact. Je me suis retiré du projet. On a affaire à des incompétents".

Puis survient l'affaire des plaintes 

Si aucun gros don ne parvient à l'association (en dehors d'un chèque du président du Sénégal et un autre de la communauté comorienne), des particuliers "cassent la tirelire". Oui mais voilà. Des membres du bureau estiment "qu'il n'y a pas de transparence dans la commission de collecte." Problème de clarté encore. Des dons ont-ils été détournés ? Plainte est déposée.

La brigade financière met le nez dans les comptes et entend plusieurs acteurs du dossier. Un lourd climat de suspicion règne sur l'association. La mosquée semble s'écrouler avant même de naître. Pourtant, Maxime Repaux, qui a conçu un beau projet, se prépare à poser un prototype de façade de 3,5 m sur 5. "De la poudre aux yeux", assure-t-on dans l'entourage du maire.

Quant au Qatar, pas l'ombre d'un émir à l'horizon. De toute façon, en vertu d'une charte, il ne pourrait financer le projet qu'à hauteur de 20 %. Alors : Qatar or not Qatar ? Puis qui avec le Qatar ?

Contactés, l'imam Ghoul et Fatima Orsatelli n'ont pas jugé bon de répondre.

 

Jean-Jacques Fiorito


Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Islamisation française

Commenter cet article

aupied 02/06/2013 19:20


Français vous avez encore une fois sous les yeux la mentalité de ces gens là , on ne peu leurs faire confiance , il n'y a que le gouvernement actuel , qui se voilent la face , et leurs avidités
et récompenser car c'est a se demander qui DIRIGE LA FRANCE ??? 

Marie-claire Muller 02/06/2013 15:22


Des sportifs Français témoignent : le Qatar pratique l’esclavage – la FIFA alertée


juin 1st, 2013 Europe-Israel.org















Quatre sportifs Français humiliés, désabusés, retenus contre leur volonté au Qatar décrivent la face cachée du Qatar, pays esclavagiste qui se donne des airs de sainte nitouche. Il y a 3366
expatriés Français au Qatar dont 1188 mineurs. Zahir Belounis, Stéphane Morello, Jean Godeffroye et Abdeslam Ouaddou témoignent. Mais des dizaines de personnes sont dans le même cas. 


Des joueurs, des entraineurs ou des préparateurs physique sont partis au Qatar, attirés par les promesses de mille et une nuit, et pour gagner un argent facile. Du moins c’est ce qu’ils
croyaient, innocemment, par méconnaissance de la duperie élevée au rang institutionnel du petit état islamique.



Ils le regrettent amèrement et cherchent à fuir l’émirat voyou et esclavagiste.



Karim Zmerli et Lilia Ben Rejeb qui ont enquêté1, mettent en garde les Français en général mais surtout ceux d’origine maghrébine.


« En voulant gagner de l’argent, vous risquez de perdre votre dignité, votre liberté et même votre humanité, préviennent Zmerli et Ben Rejeb. Le Qatar que certains médias français vous
décrivent de manière fallacieuse comme un Eldorado, n’est pas celui que vous allez découvrir une fois là-bas. Cette propagande que le Qatar entretient grâce à l’argent et à son puissant réseau
politique et médiatique français, de gauche comme de droite, a brisé des rêves et détruit des familles. Avant de vous laisser entrainer par une utopie qui risque de tourner au cauchemar, aillez
le réflexe du Premier ministre Jean-Marc Ayrault : « Le Qatar ? Avant d’y aller, je réfléchirai » »


Ancien milieu de terrain de Noisy-le-Sec, de l’Île Rousse et de Saint-Lô, passé par la Malaisie (Melaka TMFC) et la Suisse (la Tour-Le Pâquier), Zahir Belounis est retenu au Qatar avec son épouse
et ses deux enfants. Ce joueur franco-algérien, débauché pour servir Al-Jaïsh, le club de l’armée, dont il a été le capitaine d’équipe, est privé de ses droits et de sa liberté de quitter le
territoire qatari.


Son contrat a été déchiré, et pour quitter le Qatar, retrouver la liberté et regagner la France, le directeur sportif du club Al-Jaïsh, Youssef Dasmal lui impose de renoncer à deux ans de salaire
qui lui sont dus.


« Je vais arrêter de manger, je vais faire une grève de la faim. Je veux faire ça, expliquait Belounis à CNN le 1er mai dernier. « Je vais commencer la semaine prochaine. Ils me
traitent comme un chien, mais je vais me battre. Je mourrai ici au Qatar ».



Stéphane Morello : « Je suis un otage qui ne connait même pas le prix de la rançon » !



Originaire de Saumur, 52 ans, l’entraineur sportif ne touche plus aucun salaire depuis plus de trois ans.


Comme beaucoup d’autres, Morello s’est expatrié au Qatar pour y faire fortune grâce à son savoir-faire footballistique. Contrat signé avec le comité olympique qatari, il devait encaisser 6000
dollars par mois. Cela fait plus de trois ans qu’il ne touche plus rien. En procès contre son employeur, il espère obtenir gain de cause, mais la justice est aux ordres de la famille régnante.


« Je ne peux pas exercer mon travail, je ne peux pas aller travailler ailleurs, je ne peux pas quitter le territoire, je ne peux rien faire… Cela fait cinq ans que je n’ai pas pu sortir du Qatar…
J’ai l’impression d’être un otage, et je ne connais même pas le prix de la rançon », déclare Morello dans l’indifférence totale des autorités socialistes, aveuglées par l’argent du Qatar.



Jean Godeffroy : « Une fois au Qatar, on ne peux plus quitter ce pays librement » !



Le cas de Jean Godeffroy est moins tragique mais il est tout aussi significatif. Ancien préparateur physique du PSG, il a renoncé à neuf mois de salaire pour quitter le Qatar.


Vous aimez cet article ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les
nouveaux articles de Dreuz, une fois par jour en fin d’après-midi.


« Un vendredi, on m’a téléphoné pour m’annoncer que ce lundi, je dois débarrasser le plancher » ! Il a abandonné ses droits et ses salaires en échange de l’indispensable permis de sortie du
territoire que l’employeur esclavagiste délivre… ou pas… selon son bon vouloir.


Godeffroy met en garde les autres sportifs afin qu’ils ne tombent pas, eux aussi, dans le piège doré.



Abdeslam Ouaddou : « C’est de l’esclavagisme pur et simple » !



Footballeur professionnel d’origine marocaine, ancien de l’équipe de Nancy, il a été recruté par le « Qatar Sports Club », deuxième club du propriétaire du PSG.



Un ordre du prince n’est pas sujet à discussion



Mais au bout d’un an, il est contraint de renoncer à son contrat, encore valable un an, contre son « droit » de ne pas rester emprisonné au Qatar. Son employeur ne le paye plus depuis
juillet 2012, et dans Le Monde du 22 avril 2013, il déclare : « En 2010, je m’engage pour deux saisons avec le club qatari de Lekhwiya qui appartient au cheikh al-Thani, également propriétaire du
PSG. A la fin de la première saison, nous remportons le titre de champion. Je rentre en France pour les vacances et, à mon retour, tout se complique. Les dirigeants m’informent que je dois
quitter le club, sans la moindre explication. J’ai d’abord cru à une blague. Mais je me suis vite aperçu que celui qui me parlait ne rigolait pas du tout. J’ai essayé de comprendre, de discuter.
Mais rien à faire : « C’est un ordre du prince. Et les ordres du prince ne sont pas sujets à discussion. »


Il se plaint à la Fifa, et finit par obtenir son permis de sortie. En échange, il doit renoncer à sa plainte, à ses droits, et à tous ses salaires – comme un vulgaire esclave.


« Le jour où vous êtes moins performant, on peut tout simplement cesser de vous payer, ou vous dire de quitter le pays. On ne va pas se voiler la face, c’est de l’esclavagisme pur et simple »,
explique Abdeslam Ouaddou.


« Ce qui me dérange, c’est le contraste entre ce qui se passe là-bas –parce que j’y ai vécu pendant deux

Claude Germain V 01/06/2013 17:40


Feraient mieux avec le peu de fric qu'ils ont , ils achetent des vieux bateaux , rendent leurs papiers français et par centaines de milliers rentrent au pays en chantant : " je vais revoir mon
babeloued , c'est le pays qui m'a donné le jour " ......................................................pas belle la vie ???

aupied 01/06/2013 14:56


Qu'ils aillent dans leurs pays d'origine ils pourrons prier tranquilles , et nous, nous n'aurons pas leurs mosquée pour pourrir le paysage Marseillais , et si ils ne sont pas contentants ont ne
les retiens pas  tchao , car avec leurs culs en l'air 5 fois par jours comment   voulez vous qu'ils TRAVAILLENT , gaudin prenez votre retraite 

LA GAULOISE 01/06/2013 09:24


   TANT MIEUX !

lombard 01/06/2013 09:09


bonjour


GENIAL!! implosion autoproclammée....à surveiller tout de meme,ne baissons pas la garde!

DURADUPIF 31/05/2013 23:04


Nos descendants les détruiront. En attendant elles devraientt être sous l'autorité complète de la Puissance Publique. Autorisation de construire, contrôle des concessionaires, contrôle financier
permanent, rapport d'activité obligatoire, interdiction de pratiquer de l'education scolaire, prêche en Français, interdiction de financement étranger etc...

Walker 31/05/2013 20:55


Tant mieux si ça tombe à l' eau ! Est-ce que nous construisons des églises chez eux ?

A une époque on parlait de la faire à l' entrée du port. Les voyageurs des bateaux auraient pu voir Marsalger capitale de la culture en arrivant à "bon' port !

Le paire Gaudin va t-il, une fois de plus, retourné sa veste ?

Epicure 31/05/2013 20:38


Comme la vlille de Marseille souffrait d'un manque cruel de magouilles et abus de biens sociaux et détournements divers et va riés, elle a fait appel d'urgence aux milieux
islamiques-progressistes pour la gauche et Qatai pour la droite...Avec le succès que l'on voit: un autre procès en perspective....