Marseille : le meurtre de l'avocate égorgée, élucidé. Mais on ne sait si c'est un "Vladimir"

Publié le 17 Décembre 2012

Par Charles Lefèvre (Proposé par Nancy Verdier)

Avocate de Marseille ... Je suis horrifiée. L’avocate qui a été égorgée à Marseille étaitpied-noir. Son nom de jeune fille est Zucconi. Elle était de Mercier-Lacombe. Elle avait été scolarisée chez les trinitaires, à Fénelon, mais pas dans ma classe car elle était plus jeune que moi, 66 ans.. C’est une amie commune avec qui elle avait été scolarisée et avec laquelle elle avait gardé des relations qui m’en a informée dès samedi matin.

Nous avons attendu d’avoir la certitude avant de divulguer l’information. Maintenant c’est sûr, c’est sur internet. Quel destin ! avoir échappé aux égorgeurs et subir le même sort cinquante ans après. C’est inimaginable. (message transmis à Charles Lefèvre d'une relation d'enfance de la victime)

 

Ce que l'on peut retenir de l'article qui suit est qu'il n'y a pas de noms ni de prénoms de l'agresseur ce qui fait que l'on ignore si c'est un Vladimir ou un Pierre, Paul ou Jacques. cela dit, on peut penser ce que l'on veut... (sourire) Ndlr Gérard Brazon)

 

Le 30 novembre dernier, Me Raymonde Talbot avait été retrouvée sans vie par son associé, le cou sauvagement tranché à l'arme blanche.

Le 30 novembre dernier, Me Raymonde Talbot avait été retrouvée sans vie par son associé, le cou sauvagement tranché à l'arme blanche. Crédits photo : ANNE-CHRISTINE POUJOULAT/AFP

 

Le tueur présumé a été mis en examen pour homicide et vol avec arme. Les deux autres suspects, son père et son frère, ont été relâchés.

La police marseillaise veut redorer son blason. Mise à mal par l'affaire de la BAC nord et une succession de règlements de compte et de meurtres, elle a fait diligence. Deux semaines seulement après le meurtre d'une avocate marseillaise dans son cabinet du centre-ville, un suspect a été déféré devant les deux juges d'instruction cosaisis de cette affaire

 

Il s'agit d'un jeune homme de 28 ans. Il avait été interpellé mercredi et placé en garde à vue avec son frère de 25 ans et son père, âgé de 56 ans, ancien client de l'avocate. Alors que ces deux derniers ont été remis en liberté jeudi soir, le tueur présumé devait être mis en examen vendredi après-midi pour «homicide volontaire en concomitance avec le crime de vol avec arme», a annoncé le procureur Jacques Dallest. Ce dernier a requis le placement en détention. Le jeune homme risque la prison à perpétuité.

Le 30 novembre dernier, Me Raymonde Talbot avait été retrouvée par son associé sans vie, le cou sauvagement tranché à l'arme blanche. L'assassinat de cette avocate de 66 ans en pleine journée dans le quartier très animé de la rue Saint-Ferréol, près du Vieux-Port, avait soulevé une vive émotion. «J'exprime le soulagement du barreau. Je représente le barreau meurtri», a commenté Me Jérôme Gavaudan, le bâtonnier de Marseille.

«Des éléments lourds et convergents»

Les enquêteurs ont été efficaces. L'exploitation des vidéos du système de surveillance installé dans la rue où se trouve le cabinet de l'avocate et dans les rues adjacentes a permis d'identifier l'auteur présumé du crime. Le père était déjà connu de la police pour une «affaire grave», et l'un des fils avait également eu affaire avec la police pour «des faits de violences» notamment. Les perquisitions effectuées à leur domicile dans la cité de la Maurelette, dans les quartiers nord de la ville, ont permis de trouver «des éléments lourds et convergents qui donnent à penser qu'on a l'auteur présumé», a expliqué Jacques Dallest.

Des bijoux, un sac à main et des papiers d'identité, carte professionnelle d'avocate, passeport, relevé d'identité bancaire, ont été retrouvés au domicile des trois hommes. Mais surtout, de l'ADN de la victime a été retrouvé sur un pantalon de survêtement du suspect. Les policiers ont en outre retrouvé dans le tiroir d'un meuble de la chambre du jeune homme un couteau portant des traces d'ADN de la victime et du tueur présumé. Enfin, ce couteau est ébréché et le morceau de lame manquant correspond à un morceau de métal retrouvé lors de l'autopsie dans l'oreille de la victime.

Malgré ces éléments probants, le suspect nie les faits. Il indique avoir retrouvé le sac et les bijoux dans une poubelle! Le jeune homme fait preuve de problèmes psychologiques, mais il ne serait pas sous traitement. Sa présence au cabinet de l'avocate reste un mystère. Son nom de famille était bien sur l'agenda de la victime mais on ne sait pas s'il s'agit du père ou du fils.

ParAliette de Broqua

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Le Nazislamisme

Commenter cet article

yves IMBERT 18/12/2012 09:21


Les noms sont parus il s'agit d'une famille d'origine magrhébine comme on pouvait s'y attendre au regard du mode opératoire, un tueur Corse utilise un revover cal 44 ou un pistolet cal 38 ou 45,
un arabe utilise un couteau


D'ailleurs je m'étonne que la règlementation française sur les armes, la plus confiscatoire de liberté du monde, n'interdise pas la détention des armes blanches


Et pendant ce temps  on entends  les journaleux islamo-marxistes disserter sur la vente d'armes aux USA comme si la règlementation française empêchait la présence des kalach dans les
banlieux et les actions des Merah


Journaleux vous êtes  comme les magistrats, des minables

Banro 17/12/2012 22:23


Puisque l'on ne dit leur nom, il s'agit forcément de "Vladimir"


"Le jeune homme risque la prison à perpétuité" 


Do you plaisante ! Demandez un peu à la gardienne des sots, elle en a trouvé un ...

DURADUPIF 17/12/2012 14:34


Encore un vladimir. Ah mais non il n'est pas arabe, il n'est pas musulman, il est fou tout simplement. Sacré vladimirs va, tous des innocents !  Bonne nuit les Petits.

henri 17/12/2012 11:25


Il faudrait foutre ces trois merdes contre un mur et lui foutre un pet !


Pas de témoins , pas de papier ...


 


 

philo 17/12/2012 09:50


Aucun doute qu'il s'appelle "Wladimir". D'ailleurs "C'EST PAS MOI ! EST UNE SPECIFICITE DES WLADIMIR", tous lâches, surtout lorsqu'on les prends les doigts dans le pot de confiture. Oui,
TOBI RAT doit être hrureuse 95% des crimes sont commis par ça en France. Il était prévisible d'apprendre qui avait tué; en effet l'égorgement est en soi une signature. De toute
façon c'était une femme, donc moins qu'un mouton ou un chameau.


La douce France est belle, mais très malheureuse, trop de wladimir la tuerons ! 

LA GAULOISE 17/12/2012 09:37


Ils s'appellent Wladimir?

Claude Germain V 17/12/2012 08:59


Tauoooooooobbiiiirrraaaaaaa a du boire le champagne suite a cette magnifique nouvelle ...... il est "barge"  Ouf !!!!......... il est sauvé ..........

Pouf 17/12/2012 08:50


Ma femme, enseignante retraitée, sourit en pensant aux innombrables "ce n'est pas moi, M'dame !" et moi, je me souviens encore du jeune voleur qui tenait mon autoradio à la main et qui disait :
"ce n'est pas moi, M'sieur ! "...Alors pour un crime, il aurait même été pris en flagrant délit, qu'il dirait que ce n'est pas lui....mais qu'il ne s'inquiète pas, il a des problèmes
psychologiques...cela va faire un bon argument pour ne pas surcharger la prison !