Maxime Gorki : l'humanisme juif face à la lèpre et la syphilis de l'antisémitisme

Publié le 27 Mai 2012

L’antisémitisme est une maladie honteuse! Maxime Gorki 1869-1936

Maxime Gorki

Ce texte du brillant écrivain soviétique, n’amène pas de commentaire, parce qu’il est complet au point qu’on y retrouvera certains antisémites de notre temps : Diagnostic sévère mais réaliste : assimilation à la lèpre ou à la syphilis. Refus de Gorki d’utiliser le déshonneur pour se défendre. Les Juifs ont su emprunter le meilleur de la culture Européenne, ce qui les place au-dessus du peuple russe.

Maxime Gorki (qui n’était pas Juif) reconnaît et admet que toutes les découvertes d’origine juive ont profité à l’humanité tout entière. Mise à part la forme littéraire, héritière du XIXèm siècle, ce texte est une synthèse où, même le point de vue juif, de la croyance au bonheur terrestre n’est pas éludé. 

« je ne saurais parler de l’antisémitisme, de la haine des Juifs, comme il conviendrait d’en parler. Non pas que je manque de forces ou de paroles mais parce que je me trouve devant un obstacle infranchissable. J’aurais ou trouver des expressions assez virulentes et acérées pour les lancer à la figure de ceux qui haïssent l’homme, mais pour ce faire, je devrais descendre dans un trou sale, me rabaisser au niveau de gens que je ne respecte pas et qui provoquent en moi un dégoût organique.


Je suis tenté de croire que l’antisémitisme est indiscutable comme le sont la lèpre et la syphilis, et que le monde ne sera débarrassé de cette maladie honteuse que grâce à la culture qui nous libère lentement, il est vrai, des maux et des vices.

Bien entendu, cela ne nous dégage pas du devoir de lutter par tous les moyens contre la croissance de l’antisémitisme, de préserver dans la mesure de nos forces, les hommes contre cette contagion, car le Juif de mon temps m’est proche et je me sens coupable à son égard. Je suis un de ces Russes qui admettent l’oppression du peuple juif

. Or, c’est un bon peuple ; je sais que certains grands penseurs Européens considèrent qu’en tant que type psychique, le Juif est plus beau et se trouve à un niveau de culture plus élevé que le Russe. Je crois que cette appréciation est juste ;autant que je puisse en juger, les Juifs sont des Européens, plus que ne le sont les Russes, ne serait-ce que pour cette raison qu’ils nourrissent un profond respect à l’égard du travail et de l’homme. Je suis étonné que la fermeté spirituelle du peuple Juif, par son idéalisme viril, par sa foi inébranlable en la victoire du bien sur le mal, en la possibilité du bonheur sur terre.

Le peuple Juif, ancien et puissant, ferment de l’humanité, a toujours ennobli l’esprit de celle-ci en apportant au monde des pensées élevées et inquiètes, en éveillant chez les hommes une aspiration vers le mieux. »


Maxime Gorki et Léon Tolstoï.

Maxime Gorki. Le bouclier 1915 (Recueil d’articles d’écrivains russes ) L’Univers Israélite du 4 septembre 1936.

QUE PENSENT DE CE TEXTE NE DANS LE BERCEAU DU COMMUNISME, LES GAUCHISTES D’AUJOURD’HUI, ANTISIONISTES ET ANTISEMITES? SEULE LA MAUVAISE FOI PEUT S’OPPOSER AU TEXTE DE MAXIME GORKI…

Arnold Lagémi

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Le Nazislamisme

Commenter cet article