McDonald’s : une furieuse envie de vomir. Par Robin de la Roche

Publié le 14 Décembre 2013

On savait déjà que McDonald’s, c’était la malbouffe. On avait tous vu « Super Size Me ». On savait moins, en revanche, que McDonald’s, en France, c’était aussi le mal-vivre et l’apologie du déracinement familial, culturel et religieux.

Par Robin de la Roche

Mais doit-on s’en étonner ?

Dans la revue gratuite que le géant américain distribue dans ses centres en France (on ne va quand même pas dire « restaurants », faut pas pousser), un dossier est consacré ce mois-ci à Noël !

On se prend à rêver… Noël… McDo doit certainement vouloir marketer les familles, le burger dégusté au coin du feu de cheminée, avec grand-papa qui s’amuse de voir le fromage fondu dégouliner, patati, patata.

Rêvez, rêvez… mais le réveil est dur, très dur même. Que lit-on, en fait, dans la revue en question ?

Dans un « mémo de Noël » est établie une liste de ce sur quoi on peut « faire l’impasse ». Attention, accrochez-vous. À Noël, McDonald’s vous propose donc de « faire l’impasse » sur :

- Le calendrier de l’Avent
- La crèche
- Les cadeaux pour les parents, frères, sœurs, cousins, oncles, tantes
- La dinde aux marrons
- la bûche en dessert
et…
- la messe de minuit !

Le papier si bien inspiré par les valeurs inversées chères à Vincent Peillon, François Hollande ou Christiane Taubira est signé Dominique Valotto, pigiste qu’on découvre en détails sur son « site-cv » :http://www.dominiquevalotto.com/

Madame Valotto, de Paris XXe… a deux enfants.

On leur souhaite bien du bonheur, dans le monde idéal que leur concocte leur mère.

Et l’on attend avec impatience ses dossiers « Kippour sans voir ta mère » et « Sur quoi faire l’impasse pour l’Aïd ! ».

Madame Valotto, vous avez trouvé en McDonald’s le client idéal à vos convictions.

Une alliance parfaite pour nous faire vomir.

golden_mcdonalds_restaurant_logos_logo_arches_desktop_2560x1700_hd-wallpaper-49882

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Point de vue

Commenter cet article

marie-plume 19/12/2013 14:15


Je suis diablement! heureuse de n'avoir jamais fréquenté ce lieu de "malbouffe"!? Le temps m'a donné raison! Quant à cette nana! pauvre femme! Elle n'ira certainement jamais "au Paradis" comme le
chantait ... Polnareff! Et c'est tant mieux! Est-ce l'amour? de l'argent qui rend les gens aussi nuisibles, et répugnants?