Médias fripouilles (Figaro en l'occurrence) Par Philippe Randa

Publié le 3 Août 2012

Source

On aime ou on n’aime pas le comédien Christian Clavier, le problème n’est pas là. Sa carrière témoigne d’un large engouement du public pour sa personne et on ne joue pas autant les premiers rôles dans autant de succès du cinéma français en trompant éternellement le public. On ne peut qu’énerver les critiques professionnels, ce qui est toujours une bonne chose.

 

De même, on apprécie ou non son amitié rendue public pour l’ancien président Nicolas Sarkozy, le problème n’est toujours pas là. La démocratie parlementaire est tout de même le régime politique où l’on a le droit de se tromper. C’est même le premier de ces Droits-de-l’Homme dont on nous rabat les oreilles à longueur de leçons citoyennes.

Le problème, en ce mois d’août, est le titre lapidaire du Figaro (et de quelques autres médias dont leparisien.fr et Rtl.fr pour ne citer qu’eux parmi les importants) concernant la vie strictement privée du comédien : « … au tribunal pour des factures impayées. »

Connaissance prise de l’affaire, il s’agit d’un simple contentieux pour un catamaran que l’intéressé loue régulièrement et dont il n’approuve par certaines réparations effectuées, selon ses dires, sans son accord… et d’un montant important, puisque le seul solde restant à acquitter se monte tout de même à 43 539,14 euros.

D’où litige entre lui et le propriétaire, assignés l’un et l’autre par le chantier naval de La Ciotat qui a effectué les travaux.

Si l’on fait abstraction qu’il s’agit d’un catamaran à l’évidence hors de portée des bourses françaises moyennes, nous avons donc affaire à un contentieux de la vie courante que tout locataire a été amené, est amené ou sera très probablement amené à connaître pour une chaudière, un toit, un sinistre, un voisinage indélicat…

Verra-t-on alors le litige entre particulier, propriétaire et société de services étalé sur la place publique ? On en doute ! À moins que ne soit bientôt généralisé cette courtoise pratique existant dans certains pays où des sociétés de recouvrement viennent harceler les présumés mauvais payeurs chez eux en ameutant leur voisinage pour « leur faire la honte » et obtenir ainsi les paiements réclamés, souvent majorés de façon importante… On se doute que nombre de leurs victimes – mauvais payeurs réels ou non – préfèrent payer pour éviter le scandale s’ils tiennent plus que tout à leur réputation.

Quelle que soit la bonne foi de Christian Clavier ou celle du propriétaire du catamaran, un organe de presse comme Le Figaro n’hésite donc pas, en jetant sur la place publique une telle affaire, à mettre en doute l’honnêteté du comédien qui évidemment, attire toute l’attention du lecteur et lui seul !

Il fut une époque où cette presse-là était cantonnée à certains hebdomadaires qualifiés alors de « presse à scandales » et pour laquelle les honorables journalistes du Figaro n’avaient que le plus profond mépris… même si certains y avait collaborés, sous pseudonyme et parce qu’il « faut bien vivre », n’est-ce pas ?

Aujourd’hui, presse d’informations générales et presse à scandales se confondent… sans se préoccuper le moins du monde des éventuelles conséquences. Non sur Christian Clavier et ses proches qui ne feront sans doute pas appels à une kyrielle de psys-machins choses pour surmonter l’épreuve, préférant les plaisirs du fameux catamarans auquel ils n’ont pas renoncé(1) – et ça leur coûtera toujours moins chers que les psys – mais sur nombre de leurs concitoyens qui, n’étant interpellés que par le titre de l’article, se diront que si une vedette du showbizz se permet d’être malhonnête, pourquoi ne le seraient-ils pas eux aussi ?… le risque en moins que leurs grivèleries soient portés à la connaissance du grand public ?

Grâce à ces médias auto-proclamés héraults de la liberté de l’information, mais désormais plus portés sur la fange des tribunaux que sur les informations d’intérêt général, les Jacquouilles les fripouilles(2) ne vont sans doute pas manquer de proliférer, bien réelles celles-là… et ce ne sera hélas ! pas du cinéma.

 

Notes

(1) Finalement, l’affaire a vu les parties transiger, et « en raison d’une clause de confidentialité, le contenu précis de l’accord ne peut être révélé. »

(2) « Jacquouille la fripouille » est le rôle qu’incarnait Christian Clavier dans Les Visiteurs 1 et 2, aux côtés de Jean Reno.

 

© Philippe Randa est écrivain, chroniqueur politique et éditeur (www.francephi.com). Ses chroniques sont libres de reproduction à la seule condition que soit indiquée leurs origines, c’est-à-dire le site www.francephi.com, « Espace Philippe Randa ».

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Point de vue

Commenter cet article

island girl 04/08/2012 14:37


Les journalope du figaro iront pointer au chomage ...les journaux ça salit les mains et l'esprit !