Mélenchon est-il Antisémite ou pas quand tous ceux qu’il admire le sont ? Par Michel Ciardi

Publié le 9 Mars 2012

Par Michel Ciardi

Mikis Theodorakis est un antisémite convaincu et assumé et il est également un soutien de Monsieur Mélenchon du Front de Gauche, et ce dernier n’est pas sans ignorer la haine antisémite de Théodorakis. Car le coming out du célèbre compositeur a fait l’objet d’une vive polémique, dans le monde. En effet, le 4 novembre 2003, lors d’une conférence de presse pour promouvoir l’un de ses livres, Míkis Theodorakis a accusé les Juifs d’être « à la racine du Mal ».

Le 3 février 2011, dans un entretien donné à la chaîne de télévision grecque HIGH, Míkis Theodorakis a déclaré : « Oui, je suis antisémite et antisioniste. J’aime le peuple juif et j’ai vécu avec lui, mais les Américains juifs se cachent derrière tout, les attentats en Irak, les attaques économiques en Europe, en Amérique, en Asie, les Juifs américains sont derrière Bush, Clinton et derrière les banques. (…) les Juifs américains sont derrière la crise économique mondiale qui a aussi touché la Grèce 

Dans un texte intitulé Antisémitisme et Sionisme publié sur son site, Míkis Theodorakis écrit qu’il considère ceux qui l’accusent d’antisémite comme de « répugnants vers de terre » avant de regretter « le rôle du lobby juif américain dans l’élaboration de la politique impérialiste des États-Unis ». « Mes adversaires se livrent à des actions qui me salissent en tant que personne et en tant que compositeur. Surtout en tant que compositeur puisque les sionistes contrôlent 99 % de la vie musicale mondiale (…) le lobby juif américain, tant pour son rôle leader dans les crimes de la machine de guerre américaine en Irak que pour ses plans visant à éliminer les États-nations, avec le but ultime d’établir la prédominance mondiale des colosses de la Banque financière entièrement contrôlés par lui. »

 

Míkis Theodorakis a également mis en doute la responsabilité d’Oussama Ben Laden dans les attentats du 11 septembre 2001, il estime ainsi que Ben Laden « a très bien pu travailler pour les services secrets américains » (lorsque les attaques ont eu lieu). « Je ne pense pas que ce sont ces nus-pieds d’Afghanistan [qui ont fait le 11-septembre]. C’est une blague. Même la technologie japonaise ne peut pas faire ça. Pas même la technologie allemande. (…) Le Mossad a la technologie. Mais même, ils ne sont pas une superpuissance. Les Américains contrôlent tout ».

Le site du Front de Gauche reproduit une interview de Théodorakis dans lequel il désigne les causes de la crise grecque ; la seule crise est celle du capitalisme international, qui doit faire face à la mafia internationale des géants du capital financier – de l'argent virtuel. Le capital financier a semble-t-il pris le contrôle des leaders européens d'aujourd'hui, lesquels ne se rendent pas compte qu'ils sont en train de se passer la corde au cou. Aujourd'hui les leaders européens menacent et agissent en prédateurs. Demain, ils [toute l'Europe] en seront les victimes, tout comme nous.

Cela nous rappelle le bon vieux temps des « cosmopolites », des « sans-patrie », décidément nous comprenons mieux ce que Monsieur Mélenchon entend par « internationalisme », c’est comme ses amis, Théodorakis, Chavez, Moralès, Castro, d’abord éliminer les juifs, mais internationalement, l’antisémitisme sans frontière.

 

Le 9 février 2011, le compositeur grec s’est encore plus déshonoré en se lançant dans des attaques antisémites sans précédent. En fin de semaine dernière, lors d’une émission télévisée dans son pays, il a fièrement déclaré “être non seulement antisioniste, mais également antisémite”, et a ajouté “que tout ce qui se passe dans le monde provenait du Sionisme”.

Selon cet “intellectuel”, “ce sont les Juifs américains qui ont poussé George W. Bush à envahir l’Irak, et ce sont eux qui se trouvent derrière les banques qui sont responsables de la grande crise qui a frappé les États-Unis, puis l’Europe et la Grèce en particulier”. Antisémitisme on ne peut plus classique.

Mikis Theodorakis  est aussi depuis les années 1960 l’une des figures de proue de la gauche grecque, ce qui l’a sans doute fourvoyé et plongé dans un antisémitisme produit aujourd’hui par la gauche mondiale sous couvert d’antisionisme.

Se cachant auparavant derrière “la critique d’Israël” ou son “opposition au Sionisme”, Theodorakis a fait tomber le masque en allant jusqu’à dire “que les Juifs sont la racine du mal dans le monde”. Refrain que nous avons connu à une certaine époque, mais qui de façon inquiétante revient  à la mode. Et dans une émission télévisée de février 2011, il a mis les choses au clair une fois pour toutes : “Je suis antisémite”. Dans la foulée, il s’attaquait à l’ancien Secrétaire d’État US Henry Kissinger, qu’il accuse “d’avoir donné l’ordre de détruire la culture grecque” !!!

Il dénonce également la politique de celui qui était en 2011 premier ministre grec, George Papandreou, parce qu’il avait noué de bonnes relations avec Israël et Binyamin Netanyahou, Mikis Theodorakis  dans cette même émission éructait sur le fait que “Binyamin Netanyahou est persona non grata en Grèce à cause de ses crimes commis au Liban et à Gaza”. Enfin, l’“artiste” a crié “au danger” parce que la Grèce accueillait en mars 2011 une réunion des dirigeants juifs américains avant qu’ils ne se rendent en Israël.

 

Mélenchon, qui reprochait à Jean Marie Le Pen de citer Brasillach, devrait tourner 7 fois sa langue dans sa bouche. On aimerait aussi que nos médias si friands de vérité demandent des explications à Mélenchon, comme ils se seraient empressés de le faire si cet appel avait figuré sur le site de Marine Le Pen.  Rappelons aussi à nos pseudos professionnels de l’information que le plus grand représentant du négationnisme dans le monde est un ancien membre du bureau politique du parti communiste français : Roger Garaudy.

Mais les amitiés douteuses et les avanies de Monsieur Mélenchon ne s’arrêtent pas là, ainsi une de ses porte-parole, Clémentine Autain, une vraie travailleuse, fille d’actrice et petite fille de sénateur, se présente comme ayant baigné dans la politique depuis sa plus tendre enfance. Pourtant, depuis une quinzaine d’années qu’on la connaît, elle n’a jamais rien dit d’inoubliable… a moins de considérer que se dire féministe, défendre le mariage et l’adoption homosexuelle, le droit de vote des étrangers, la régularisation de tous les clandestins, et les droits de toutes les minorités ne constituent une originalité.  Malgré tout, au café de Flore, on pense qu’elle incarne la relève politique dont la gauche a tant besoin. La voilà donc promue porte-parole de Jean-Luc Mélenchon. Sans vouloir interférer sur les choix des "camarades", je trouve -  quand on veut parler au peuple -  aussi stupide, de la part de Mélenchon, de prendre Autain comme porte-parole que pour Sarkozy de prendre son sosie de droite, Kosciusko-Morizet dans la même fonction. Quand Clémentine Autain parle du peuple, je pense à ces petites bourgeoises qui ne sont que les enfants de leur lecture, et qui parlent d’une classe ouvrière qu’elles n’ont jamais rencontrée.

Mais au fait, Mélenchon est-il au courant que sa porte-parole, qui reproche au Front national, quand il parle du halal, de “diviser les Français”, et “d’attiser le racisme”, a signé, en 2005, l’appel, ouvertement raciste “Les Indigènes de la République”, qui reproche à la France d’être toujours un état colonialiste opprimant les nouveaux colonisés des banlieues ? (3) Est-il au courant que, quand on signait un tel texte, on cautionnait une séparation du peuple de France, non pas entre exploités et exploiteurs, ce qui demeure un langage de gauche, mais entre enfants de colonisés et enfants de colonisateurs, les seconds devant rendre des comptes aux premiers ? Est-il au courant que la logique, racialiste, d’un tel texte ne pouvait qu’encourager à la violence les uns contre les autres, et à la haine de la France  

Citons Jean-François Kahn, qui sous son alias François  Darras qui écrivait en décembre 2005 dans “Marianne” à propos de ces “indigènes de la république” ça nous pendait au nez. C’était quasiment programmé. L’émergence et l’affirmation, grâce au soutien médiatique que l’on sait, d’une gauche réac, anti-républicaine, cléricale, anti-laïque, communautariste et ethniciste ne pouvait qu’enfanter ce “monstre” qu’est la pétition intitulée “nous sommes les indigènes de la République”, lancée sur le site islamiste “oumma.com”, appuyé par des personnalités d’extrême gauche, ou même de gauche, la fraction antisioniste des verts, des partisans de Dieudonné, Tarik Ramadan, des intellectuels pros islamistes (mais aussi d’authentiques antiracistes ou anticolonialistes démocrates) et publiés, sans distanciation critique, dans les colonnes du Monde. (La gauche a déjà enfanté d'autres monstres au 20 iéme siècle au nom de l'égalité absolue, la justice sociale, le racisme, l'antisémitisme et j'en passe. Ndlr Gérard Brazon)

Texte angoissant, tant il rompt radicalement avec tout l’héritage progressiste, humaniste, universaliste de la tradition républicaine. Le ton est donné d’emblée puisque les signataires s’autoproclament “militants engagés dans les luttes contre l’oppression et les discriminations produites par la République postcoloniale».

Clémentine Autain a certes retiré son nom, plusieurs mois après, sous le prétexte de la signature de Tariq Ramadan. Argument grotesque, il suffisait de lire les noms des premiers signataires pour constater qu’on y retrouvait l’alliance de tous ceux qui avaient combattu la loi contre les signes religieux à l’école, des proches de Tariq Ramadan à la mouvance communiste, derrière Roger Martelli, à certains Verts, pseudo antiracistes et trotskistes de la LCR. C’est uniquement par opportunisme, sans jamais remettre en cause le fond de cet appel raciste, qu’elle retirera sa signature. Fabius et Aubry avaient agi de même, suite à une pétition impulsée par Le Nouvel Obs, invoquant le même prétexte. Clémentine Autain, et tous les signataires de l’Appel des Indigènes, ne pouvait pas ignorer ce qu’il y avait derrière cet appel. Quelques mois plus tard, Houria Bouteldja, soutenu par le Parti de Gauche de Mélenchon, dans la revue de Christine Delphy, publiera un nouveau texte appelant ouvertement à la violence contre les blancs… sans aucune réaction des organisations antiracistes. Sur un plateau de télévision, elle utilisera le mot ‘sous-chien’ qu’à notre connaissance ni Clémentine Autain, ni Jean-Luc Mélenchon n’ont condamné. Et pour cause : Parti de Gauche 31 soutenait, devant le tribunal de Toulouse, la présidente des Indigènes de la République !

Le parti de Gauche de Mélenchon se joint à un Appel unitaire en soutien à Houria Bouteldja, et il dénonce ce procès qui persécute une malheureuse jeune fille pour des raisons inavouables. En effet, Mademoiselle Houria Bouteldja a utilisé le terme de ‘souchien’ en référence aux partisans de l’expression ‘français de souche’, " néologisme que l’extrême droite xénophobe s’est empressée d’orthographier ‘sous-chiens’ afin de prêter une pensée raciste anti-blancs à la porte-parole du PIR. L’agrif et ses soutiens — Riposte laïque, Résistance républicaine et le Bloc identitaire — cherchent à obtenir par ce procès la première condamnation d’une militante politique pour ‘racisme antiblanc’.

Initialement prévu pour le 12 octobre 2011, le procès a été repoussé au mercredi 14 décembre à 14 heures, au TGI de Toulouse. La justice française, qui a jugé recevable la plainte de l’Agrif, se rendra-t-elle complice des combats de l’extrême droite contre la liberté d’expression ?

La ‘lepénisation des esprits’ avance. L’extrême droite cible pour cela les organisations progressistes. L’Agrif fut déjà à la manoeuvre pour tenter de faire interdire la pièce ‘Golgotha Picnic’ au théâtre Garonne, en novembre dernier à Toulouse. Les diverses actions des catholiques intégristes ont heureusement suscité une large mobilisation unitaire des forces progressistes sur notre ville.

Nous ne pouvons pas laisser l’extrême droite occuper l’espace politique et tenter d’entraver la liberté d’expression voire d’y mettre fin, ni développer la haine xénophobe en criminalisant la parole politique. Au-delà de nos divergences d’analyse, nous, signataires de cet appel, appelons l’ensemble des citoyen(ne)s, syndicats, associations et parti progressistes à se mobiliser pour la défense de la liberté d’expression, condition nécessaire de l’existence même de nos combats. "

Ah les braves gens qui défendent cette malheureuse employée de l’Institut du monde arabe qui a le malheur de dire tout haut ce que les immigrés et les Français d’origines musulmanes pensent tout bas, les Français de souche sont des sous-chiens.

Heureusement dans sa grande mansuétude le tribunal l’a relaxée, en effet si l’on ne peut plus cracher sur les Français où va la France ? 

Les journalistes oseront-ils poser la question suivante à Monsieur Mélenchon,  êtes vous antisémite ou pas, êtes vous partisan du parti des indigènes de la république, soutenez vous les propos de Mademoiselle Houria Bouteldja?

Michel Ciardi

Président de l'Union des Français Juif.

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Commenter cet article

Claude Germain V 09/03/2012 09:12


Melenchon ne serait'il pas lui dabord compléxé sur ses origines puisqu'il adore l'Islam ,ce qu'il clame partout haut et fort .Dans ce cas là ,ses origines on s'en fout ,mais si pas heureux ici
,il est libre de repartir au soleil de Tanger . Belles plages poubelles et belles zones poubelles .......dommage ............mais aussi belles zones pas poubelles ce qui lui conviendrait surement
car il peut payer lui ,pas nous hélas ..........