Mémoire histoire et identité de Francis Néri

Publié le 15 Janvier 2011

 

« Les républicains que nous sommes assistent depuis des années au déchirement du tissu social, à la contestation de nos valeurs, issues des Lumières, à la remise en cause des fondements de la République française, la liberté, l’égalité, la fraternité et la laïcité ».

Résistance Républicaine

 

            C’est par ces paroles fortes et identitaires, auxquelles je m’associe, que Christine TASIN, Présidente de Résistance Républicaine introduit son invitation à rejoindre cette association. Certains d’entre vous m’ont fait part de leur hésitation, disant ne pas se retrouver dans cette définition limitée des « valeurs ».  

 Je les comprends ! En effet, l'histoire est un instrument d'identification Nationale et une association comme Résistance Républicaine ne peut l'ignorer, au risque de se priver du soutien de ceux qui estiment que l'histoire des valeurs de la France ne commence pas aux lumières et à la révolution Française.

Mémoire et identité, c’est un peu la même chose et, un peuple que oublie son Histoire est un peuple perdu. « Ceux qui ne frissonnent pas  à l’évocation du baptême de Clovis et de la fête de la fédération de 1790 ne comprendront jamais l’histoire de la France » a dit Marc Bloch et j’adhère à ce concept.

De plus en plus tournée vers la seule lecture culpabilisante du passé et cet éternel esprit de repentance, plus que jamais, notre nation a besoin d'identification dans la totalité de son histoire  pour intensifier son union et consolider une culture qui, comme toutes les autres, est basée sur des valeurs d’autant plus respectées qu’elles seront portées avec fierté, courage et honnêteté par ceux qui en sont dépositaires.

 La France a, au moins, un double héritage : le premier, catholique et royal; le second, révolutionnaire et laïque.

 

Je ne suis ni vraiment catholique, ni royaliste, mais ces valeurs, comme celles d'origine gréco-romaine, puis judéo-chrétiennes et enfin des lumières, ont laissé des traces indélébiles dans la structuration de mon identité. C’est cette alliance des contraires qui font que je suis adhérent de Résistance Républicaine et défenseur farouche de la liberté individuelle, de la laïcité et de l’égalité devant la loi.

Il me semble que l'Etat laïc doit s'assurer, avec toute la fermeté nécessaire, que les musulmans, comme les autres citoyens, observent les lois.

Mais ce n'est pas suffisant: Ils doivent souscrire aux valeurs universelles sur lesquelles nos lois sont fondées : liberté, égalité, fraternité, laïcité. De plus, ils doivent s’imprégner de nos pratiques, nos codes sociaux.

Or l'islam enseigne une loi fondée sur des valeurs divergentes, la charia,  ainsi que des codes et des pratiques qui nous sont hostiles. La charia exclut absolument la liberté de conscience et la neutralité de l'Etat envers les religions, et les musulmans s’enferment dans leur communautarisme en transgressant volontairement nos formes de socialisation, nos codes et nos lois afin d’y substituer les leurs.

Si nous voulons que nos valeurs et nos lois soient pérennes, nous ne devons pas accepter que se développe un système antagoniste de nature à les remplacer.

Un système dont la soumission à la religion fait l’affaire de ceux qui veulent uniformiser le monde et enfermer l’Homme dans une culture consumériste et hédoniste. Ceux là même qui favorisent une immigration musulmane qui n’enrichit pas la culture occidentale, mais qui l’appauvrit et veut la supplanter.

 

Des masses que l’on veut serviles, taillables et corvéables à merci, vendues depuis les années 70 pour quelques barils de pétrole par des apprentis sorciers de la politique qui voulaient nous persuader que la mondialisation marchande serait le garant de la paix collective.

Des élites futiles et versatiles qui nous mènent à la ruine et dont il faudra se débarrasser au plus vite, si l’on veut retrouver une place centrale exigée par les nouvelles conditions de la géopolitique mondiale.   

 

Les peuples découragés par l’incapacité de leurs élites à les maintenir à la hauteur de leur destin décideront bientôt de porter au pouvoir les hommes de la Reconquista et, l’espoir retrouvé, lutteront de toutes leurs forces contre ceux qui n’ont de cesse d’abattre la puissance de la France et de l’Europe.

Citoyens et camarades, la lutte  a commencée, elle ne s’arrêtera plus et, tous ensemble au-delà de nos différences, nous vaincrons.

 

Francis NERI

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Commenter cet article

Gérard de Blotzheim 19/01/2011 17:45




Dans la seconde moitié du XIXe
siècle, sous la IIIe République, la laïcité est devenue une conception de
l'organisation de la société visant à la neutralité réciproque des pouvoirs spirituels et religieux par rapport aux pouvoirs
politiques, civils, administratifs. Le but est de lutter l'influence des clergés et des mouvements ou partis religieux sur les affaires publiques. La laïcité est aussi une éthique basée sur la liberté de conscience visant à l'épanouissement de l'homme en tant
qu'individu et citoyen. Juste un peu d'histoire...



roy 16/01/2011 21:20



Bien dit Jean et de même à island girl



Duchnock 16/01/2011 20:33



Tout à fait M. Neri. Dans cet alliance des contraires qui fait, plus qu'ailleurs, un ciment patriotique indéfinisable où ne peut s'agglutiner facilement mêmes nos amis Européens voisins,
mais encore moins ceux qui hors septentrion n'ont jamais, ouma oblige ou autres, pû percevoir l'once d'une alliance de l'enrichissement des contraires. Merci pour cette espoir de victoire avec et
au-delà de ceux qui pensent être différents dans le clivage temporel ordinaire.



island girl 15/01/2011 17:54



lES MUSULMANS S'ENFERMENT DANS LE COMMUNAUTARISME il leur reste donc une seule issue :PARTIR ou S'ATTENDRE AU PIRE..



Jean Valette ou "Johanny" 15/01/2011 17:02



Exactement !....  N'oublions pas non plus que la laïcité est issue du christianisme qu'on le veuille ou non.