Militantisme: Riposte Laïque, appelle à résister à "l'islamisation de la France". Par Laurent Dandrieu

Publié le 16 Juin 2011

Riposte laïque, les croisés de la laïcité - par Valeurs Actuelles


 

Un an après l’apéro “saucisson-pinard” du 18 juin 2010, ils organisent un second rassemblement sur les Champs-Élysées.

 

Aurait-on cru qu’un jour le saucisson et le vin rouge deviendraient des signes de ralliement politiques ? Ces deux piliers de la gastronomie française ont pourtant servi de panache blanc à la manifestation publique qui a permis, en 2010, au site Internet Riposte laïque d’accéder à la gloire médiatique. Initialement prévu dans le quartier parisien de la Goutte d’Or, non loin de la rue Myrha, célèbre pour ses prières musulmanes publiques, l’apéro “saucisson-pinard” du 18 juin, interdit par la préfecture de police, s’était finalement symboliquement replié sur la place Charles-de-Gaulle. Cette année, l’expérience renouvelée se fera sous l’égide de la chanson française : le symbole est rassembleur et le message toujours aussi ferme – la défense d’un mode de vie menacé, selon Riposte laïque, par “l’islamisation de la France”.

Que ces rassemblements soient organisés de concert avec le Bloc identitaire, organisation classée à l’extrême droite, témoigne du chemin parcouru par un mouvement issu de la gauche radicale. Un itinéraire qui recoupe celui de Pierre Cassen, fondateur et rédacteur en chef de Riposte laïque (photo ci-dessous).

À l’origine, Pierre Cassen a un CV de gauche irréprochable. Né en 1953, il est baptisé mais perd rapidement la foi – en 1996, il se fera “débaptiser”. Ouvrier typographe à 17 ans, il devient un militant reconnu du syndicat du livre CGT. Côté politique, il y a un passage éclair au PCF, en 1978, puis cinq ans à la LCR.

Le déclic de son militantisme laïque, c’est le million de manifestants pour l’école privée, en 1984 : « Les évêques et le RPR côte à côte, pour moi, c’était insupportable… »

 

 

Un militant syndical déçu par la complaisance de la gauche

Puis vient l’affaire du voile islamique à Creil, en 1989 : « Ça me rend fou de voir que la gauche se trompe de combat, confond la défense de la laïcité avec du racisme. » Enfin, en 2003, au Bourget, Nicolas Sarkozy, ministre des Cultes, explique devant les musulmans de l’UOIF que les femmes seront tenues de retirer leur voile sur les photos d’identité et déclenche de copieuses huées : « À travers Sarkozy, c’est la France laïque qui est huée pendant plus de dix minutes. »

Pierre CassenPierre Cassen mène alors campagne, à la tête du journal en ligne Respublica, pour une loi contre les signes religieux à l’école. Elle sera votée par la droite en 2004, mais Pierre Cassen est déçu du peu de soutien à gauche : « J’ai découvert à quel point la gauche est, dans le meilleur des cas, d’une neutralité que je trouve criminelle face à l’offensive de l’islam, dans le pire des cas, d’une complicité insupportable. » Comment l’explique-t-il ? « Religion des pauvres, culpabilité postcoloniale, peur d’être stigmatisé comme raciste et une forme de haine de soi : énormément de militants de gauche, par honte d’être dans un pays capitaliste et développé, véhiculent une haine de nos valeurs. »

Avec l’équipe de Respublica, des divergences se font jour : « Je défendais déjà l’idée que la situation était tellement sérieuse qu’on pouvait même envisager des alliances avec des gens de droite, voire un peu plus. Et je me suis heurté à une gauche religieuse, qui ne comprenait pas que le vrai clivage n’était plus entre la droite et la gauche, mais entre républicains et communautaristes. » Autre désaccord : faut-il considérer l’islam comme une religion comme une autre et s’attaquer au seul islamisme ? Pierre Cassen ne le pense pas : « L’islam est d’abord un projet politico-religieux, avec une stratégie précise de conquête pour imposer ses règles à l’ensemble de la société. L’islam ne peut se concevoir minoritaire et travaille donc à ce que la France devienne musulmane. Pour nous, l’islam n’est pas compatible avec la République, ni avec la démocratie, ni avec la laïcité. »

En 2007, ces désaccords convainquent Pierre Cassen de fonder son propre journal en ligne, Riposte laïque (ripostelaique.com), avec une ligne directrice claire : « démonter l’offensive de l’islam ». Les accusations de racisme et d’extrémisme fleurissent, mais les abonnés passent de 3 000 à 30 000. Des livres suivent, puis l’apéro “saucisson-pinard”, suivi à l’automne 2010 des premières “assises sur l’islamisation”, en présence du député suisse Oskar Freysinger, héraut du combat contre les minarets. Les positions de Riposte laïque se rapprochent souvent de celles du FN. Ainsi Christine Tasin, coanimatrice du site et compagne de Pierre Cassen, qui se définit toujours comme une femme de gauche, dit de Marine Le Pen : « Son discours n’est pas xénophobe mais républicain et laïque. Il me semble le plus proche des valeurs que je porte. »

Autre évolution : composé, comme le note Pierre Cassen, de « laïques historiques, qui se sont plutôt construits dans la lutte contre la religion catholique », Riposte laïque épargne aujourd’hui le catholicisme. « Face à la menace islamiste, il faut rassembler toutes les personnes qui tiennent à notre modèle civilisationnel ; si on veut pouvoir continuer à s’engueuler plus tard, il va bien falloir aujourd’hui faire des alliances contre notre adversaire commun. » Ce qui n’empêche pas de fréquentes irritations à l’égard de l’Église : « Alors que les chrétiens partout dans le monde en prennent plein la gueule, alors qu’en France ils commencent à en prendre plein la gueule dans les endroits où ils sont minoritaires, le moins qu’on puisse dire est que, de la part d’une grande partie de la hiérarchie catholique, il y a non-assistance à personne en danger », s’énerve le très posé Pierre Cassen.

Myriam Picard, sa plus récente recrue, témoigne de cette mutation. Loin des origines laïcardes des fondateurs, Myriam Picard est une catholique de choc. Riposte laïque l’avait interviewée après que Myriam, son mari et leur bébé avaient manqué se faire lyncher, dans leur appartement du centre de Perpignan, par une bande de “racailles”, en avril 2010. Quelques mois plus tard, cette élégante mère de famille de 26 ans au caractère bien trempé propose un article à Riposte laïque et intègre son comité de rédaction. Cette militante du “droit à la vie” y côtoie Anne Zelenski, présidente de la Ligue du droit des femmes et signataire du manifeste des “343 salopes” en faveur de la légalisation de l’avortement… « Nous apprécions le débat d’idées vigoureux, euphémise Myriam Picard. Mais les massacres de chrétiens en Orient leur ont fait prendre conscience que ce n’est pas le christianisme l’oppresseur, explique-t-elle, et beaucoup se sont rendu compte qu’un certain nombre de choses qui sont menacées par l’islam et qui leur tenaient à coeur étaient d’héritage chrétien. La laïcité et la liberté de conscience procèdent pour une part du catholicisme et de cette notion de “forum intérieur” dont parle Luc Ferry, qui vient du christianisme. On a des objectifs communs, énormément de respect, malgré des sensibilités très différentes. Et on a tous en commun le même amour de la France et du roman national. »

Encore une évolution qui n’allait pas de soi : Pierre Cassen, notamment, a longtemps tenu le drapeau pour un truc de “vieux con” et la nation pour une lubie d’extrême droite… « J’ai commencé vraiment à aimer la France à partir des années 2000, par prise de conscience de ce qu’on était en train de perdre. Aujourd’hui, je suis amoureux fou de la France. Et je ne veux pas qu’elle disparaisse.  Laurent Dandrieu

Photo © SIPA

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Islamisation française

Commenter cet article

isabelle 17/06/2011 07:55



Je me suis retrouvée dans le cheminement décrit et partage complètement la dernière citation.



Marie-Claire Muller 16/06/2011 19:33



Le même amour de notre Pays n'est pas partagé par tout le monde!certains se croyant tolérant en (flirtant avec le diable) excusent leur attitude collaboratrice et infâme parce qu'ils sont "
tolérants"et ceci dans toutes les régions surtout de gauche  Mon ancienne ville Mulhouse est défigurée et invivable depuis plusieurs années(du temps de bockel!)maintenant le drapeau du hamas
flotte sur la ville et voici les dernières nouvelles!!


L'adjointe au maire de Mulhouse chez les islamistes...


Toute la classe politique était encore cette année présente au meeting de l'association AMAL qui
pilote le projet de Grande mosquée de Mulhouse, soutenu par la ville (235 000 euros!) et  par Youssef Al-Qaradawi le célèbre Cheikh psychopathe légitimant toutes sortes de crimes
(voir notre
dossier).


Alors que le maire Jean Rottner a eu l'intelligence de ne pas
copiner avec Tariq Ramadan, les élus d'origine arabe ont volé à sa rencontre, solidarité arabo-musulmane oblige...


Lu sur L'Alsace.fr  (extrait):


"Majorité municipale. — L’adjointe au maire Fatima Jenn a répondu à l’invitation d’Amal « à titre
personnel et en tant que présidente du Centre culturel de monde arabe ». Idem pour l’autre élu de la majorité municipale Hakim Mazoul, « présent à titre personnel et au
nom de l’association des Deux Rives » (...)« Tariq Ramadan est un islamologue reconnu, un intellectuel et un universitaire, commente Fatima Jenn. Il est régulièrement consulté sur des questions
de l’islam, y compris par l’Assemblée nationale… Au moment où il avait eu ses fameux propos sur le ‘moratoire’concernant la lapidation des femmes, j’étais allée le voir et j’en avais débattu avec
lui, il m’avait expliqué sa position et écouté la mienne. Je ne perçois pas Tariq Ramadan comme un homme dangereux et je pense que si on ne partage pas le point de vue de quelqu’un, c’est bien de
venir en débattre avec lui. À travers mon engagement politique et mon association, j’essaie de lutter contre les préjugés.


Gosse
crotte!!!!


 Côté UMP, la collaboration est tout aussi décomplexée :


Arlette Grosskost. — « J’accepte toujours les invitations quand on me fait l’honneur de m’inviter,
indique la députée mulhousienne. J’ai déjà entendu Tariq Ramadan en audition à l’Assemblée en tant qu’élue nationale, lors d’un débat consacré à la laïcité et la liberté de conscience. Nous ne
partageons pas le même avis. J’ai moi-même participé à la rédaction et au vote de lois et je ne permettrais pas qu’on déroge aux règles de la République, une République exigeante dans ses droits
et ses devoirs […] J’ai trouvé un petit peu cavalier de la part du maire le fait de dire, à travers la presse, ‘on n’y va pas’… Je ne vois pas pourquoi on stigmatiserait ainsi une
communauté. C’est un honneur de partager un repas avec toute la symbolique que cela représente. »


Arlette Grosskot ne partage pas l'avis de Tariq Ramadan...mais est honorée d'être à sa table ! De plus
elle était  également venue l'année passée alors que l'invité vedette était le célèbre prédicateur salafiste Safwate Higazi, très
proche de Qaradawi, qui s'est illustré dans un passé récent par ses appels à tuer les Juifs...


Le centriste Bernard Stoessel (ex-UDF) est aussi entré dans a voie de la
collaboration : « J’ai été jusqu’à il y a peu de temps encore adjoint chargé des cultes et j’ai eu à ce titre des contacts réguliers avec Amal, indique le conseiller municipal et président du
Pays. J e suis venu à cette 2 e Rencontre parce qu’on m’a invité et pour manifester mon soutien à la réalisation du projet en cours (NDLR, la construction de la grande mosquée). J’ai
été surpris, pour ne pas dire choqué, par les propos du maire qui m’ont paru être une ingérence par rapport à une association et à l’organisation d’une manifestation. "


Observatoire de l'islamisation-juin 2011



rosalie 16/06/2011 19:12



Article très intéressant, merci à l'auteur et merci à P.Cassen pour son honnêteté intellectuelle. Son cheminement montre son ouverture d'esprit. J'ai éprouvé le même sentiment en lisant le livre
de André Gérin; "Les ghettos de la République". Celui de se sentir fière d'appartenir à la même nation que ces gens là, qui, à un certain moment de leur parcours, ont pensé que certaines valeurs
de notre république n'étaient pas conformes à l'idée qu'ils s'en faisaient et qui pourtant en sont revenus lorsqu'ils ont senti le danger. Merci à eux , merci à tous ceux qui défendent notre pays
et ses valeurs républicaines, merci à ceux qui défendent la laïcité tout en ayant la foi catholique.



Nancy VERDIER 16/06/2011 17:20



Article très intéressant qui remet bien les idées en place et qui montre le processus de Pierre Cassen, Riposte Laïque et ses amis. Nous sommes nombreux à avoir fait ce cheminement venant
d'autres horizons, cheminement intérieur d'abord et à présent au Grand Jour.
2012 sera une année charnière et je ne peux que souhaiter une prise de conscience encore plus forte et un report dans nos votes de mai prochain. Et après ??? Quand je pense à tout ce qui se trame
au niveau mondial, "on va en prendre plein la gueule", Où et Quand ?? Qui va passer entre les gouttes ??? Si on ne parle que de la France, quand on voit que l'ami Guéant est influencée par sa
"petite amie syrienne", que les politiciens de droite comme de gauche sont tous devenus des Dhimmis, le COUP de BALAI est sans doute une REVOLTE voire une REVOLUTION.....Mais on a vu les
révoltes se transformer en "chasses à l'homme" en Côte d'Ivoire, Lybie, Egypte, Tunisie........et pour quels résultats ?? Il faut donc dans un 1er temps, remettre les choses
d'aplomb en mai 2012 pour que la France renaisse avec ses symboles et que nous puissions expliquer Haut et Fort ce que nous voulons.  Heureusement qu'il y a INTERNET, sinon,
nous n'existerions pas..!!! . HONTE à ces 2 députés Radicaux de Gauche Fabrice
MOULIN  du 12ème ardt et Gilles ALAYRAC  du 15ème ardt
pour avoir demandé l'interdiction de notre Manifestation Républicaine  aux Champs Elysées le 18 Juin.



Robert le Miro 16/06/2011 15:27



Depuis des lustres, nous avons pour sale habitude de nier les problèmes jusqu'à ce qu'ils nous pètent au nez !


Dernier exemple : les années 30 où il était de bon ton de rigoler d'Hitler avant de s'endormir du sommeil du Juste !


 


Evidemment, c'est comme la chirurgie : plus on attend, plus l'opération est importante et plus on en enlève !


Tout ça pour dire qu'il en ira de même avec les nouveaux envahisseurs et le retour de bâton sera à la hauteur de décennies de frustration.


Enfin...... ils pourront toujours tourner leurs culs vers La Mecque en invoquant la trahison d'Allah !



Gérard Brazon 16/06/2011 16:30



S'ils ne réussissent pas cette fois-ci!  Car où sont les Rois de France, les troupes royales, la détermination, l'amour de la France?