Mobilisation générale au ministère de l'Intérieur

Publié le 12 Octobre 2012

Dans un entretien à paraître ce jeudi 11 octobre 2012 dans le magazine Paris Match, Manuel Valls annonce l’expulsion d’éléments islamistes radicaux et appelle les Français à se mobiliser et à alerter la police lorsqu’ils sont témoins de dérives vers un “islam sectaire”.

« Nous sommes face à un processus de radicalisation »

 












Paris Match. Peut-on parler de jurisprudence Merah à propos de l’arrestation, le week-end dernier, par les services antiterroristes, de 12 islamistes radicaux ? Autrement dit, le parcours de l’apprenti-djihadiste toulousain vous a-t-il convaincu d’agir plus rapidement sur le démantèlement des réseaux islamistes, quitte à ne pas attendre d’avoir remonté toute la filière ?

 

Manuel Valls. Les enseignements du parcours de Merah nous obligent à une très grande vigilance. Il est évidemment très important de remonter une filière pour démanteler le maximum de réseaux ou de cellules. Pour ce qui est des interpellations de samedi, une action rapide, sous la conduite du Parquet, s’imposait, car il y avait un risque. Je veux saluer l’action remarquable des policiers. C’est la volonté du président de la République de tout faire pour assurer la sécurité des Français. Il n’est pas question de prendre le moindre risque concernant un éventuel passage à l’acte de certains individus.

 

PM : Quelles leçons, en matière de surveillance d’individus dangereux, avez-vous tirées de l’affaire Merah ?

 

MV : L’adaptation et la souplesse doivent être les mots clés de nos services pour répondre à l’émergence d’une nouvelle génération de djihadistes. Les dérives liées à la délinquance, à la violence, au séjour en prison où peut se produire une rencontre avec l’islamisme radical, nous obligent à cette réponse adaptée. Il convient également de s’attaquer à la radicalisation sur Internet. La menace ne provient plus seulement de l’extérieur, elle vient désormais aussi de l’intérieur, car il s’agit de jeunes Français.

 

PM : Vous parlez d’une réponse adaptée à cette nouvelle forme de terrorisme islamiste qui mélange délinquance et radicalisme islamiste. Concrètement, cela va se traduire comment ?

 

MV : Désormais, la menace est plus diffuse, elle vient notamment de nos quartiers. Elle peut mêler petite délinquance, crime, antisémitisme virulent et terrorisme. Nous sommes face à un processus de radicalisation. Le travail de surveillance est donc considérable. Et c’est un fait que l’affaire Merah a ­révélé des failles.

 

[...]

 

PM : Vous avez annoncé de nouvelles dispositions à la loi antiterroriste, qui seront discutées au Parlement. Comme la pénalisation du passage par des camps d’entraînement ou des écoles coraniques à l’étranger. Le passage par l’étranger est-il l’élément déterminant pour évaluer la dangerosité des potentiels terroristes des cités ?

 

MV : Oui, incontestablement, des ­séjours en Tunisie ou en Égypte ont conforté les parcours des interpellés de samedi. Il semblerait bien que certains d’entre eux avaient le projet d’aller combattre en Syrie. Nous devons donc améliorer la capacité du suivi de ces itinéraires. Nous procéderons par ailleurs à des expulsions d’éléments radicaux.

 

[...]

 PM : La prévention du terrorisme passe aussi, avez-vous dit, par la mobilisation des Français. Qu’entendez-vous par “mobilisation” ? Des dénonciations ?

 

MV : Je suis frappé d’entendre depuis quelques jours, dans les médias, nombre de témoignages de personnes qui parlent de proches, tombés dans cet islam sectaire. Donc, oui, j’en appelle à la responsabilité des parents et des citoyens. Il y a quelques semaines, à Toulon, une sœur a essayé de protéger son jeune frère pour l’empêcher de passer à l’acte. Elle a alors alerté la police qui a pu l’interpeller et, sans doute, éviter le pire.

 

PM : L’appel à la dénonciation, cela peut aussi amener à certaines dérives…

 

MV : C’est évident, mais le témoignage sous le contrôle de la loi ou du juge peut être précieux.

 

Propos recueillis par  Delphine Byrka et Elisabeth Chavelet.

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Islamisation française

Commenter cet article

Aaron 17/10/2012 17:22


Il ose parler d'expulsions!!! Mais nous ne sommes pas le 1er Avril Monsieur le Vals-eur de la République...

Claude Germain v 12/10/2012 23:56


"ILS" sont comme leurs anciens ,vous savez les representants de la Comedie-Française en 39/45 qui lechaient les bottes de leurs comanditaires a croix gammées
,pour leurs jouer les "Classiques en comités restreints ....... je ne sais ou Valls a fait ses classes de comediens ,mais tres fort le bougre .Vous remarquerez toujours son regard de teigneux
,1m75 ,les yeux vifs et toujours les levres pincées et le regard explosif . Et puis apres avoir bien defilé entouré de casquettés et de gallonés ,il rentre au bercail bien tranquille et bilan :
RIEN .... parce que quand on est dhimmisé ,il ne faut pas toucher aux copains .... c'est vrai que le lendemain ou le surlendemain ,beaucoups de travail en perspective soit : une mosquée a
inaugurer par çi par là ...

lombard 12/10/2012 16:11


bonjour


ah si les electeurs musulmans déçus pouvaient se tirer!!!.....pour le frf1 ,a mon avis il faut commencer a se preparer car les mois  avenir vont s'annoncer assez chaud pour ne pas dire
tendus, vu a quelle vitesse ce gouvernement en pleine deliquesence par a la dérive en nous entrainant...

mika 12/10/2012 12:20


AIE-AIE-AIE, on va encore crier à L’amalgame !


Ce gouvernement est en perpétuelle improvisation.


Je pense à nos pauvres compatriotes musulmans. Dans l’espoir de voir leur situation s’améliorer, ils ont voté à 98% pour un Hollande qui ne
sera pas, malheureusement pour eux, le muezzin les invitant au grand soir mais celui annonçant « la grande désillusion.»


Et il ne leur suffira pas que Manuel Vals se défende d’être Sarkozy s’il participe de la stigmatisation de l’islam en se focalisant sur les
islamistes.


De même qu’ils ne se contenteront ni que Vallaud ou Benguigui soient sur la photo du gouvernement,


ni que d’autres favorisés bien lotis se hissent à l’écran médiatique,


ni des louanges de Madame Filipetti, Ministre au portefeuille vide, qui déclare tout leur devoir sachant qu’elle ne peut rien
offrir,


ni de celles de Mme Taubira qui veut éviter la geôle à la minorité la moins recommandable d’entre eux tandis que la majorité méritante n’a
quoi que ce soit à y gagner.


Et surtout que Mr Hollande n’ait pas la faiblesse de penser  qu’en changeant de Ministre, fut-ce le 1er de son
gouvernement, les mouches changeront d’âne.


 

jp 12/10/2012 11:24


cette classe ou chiasse!!!

Yves IMBERT 12/10/2012 08:56


je veux bien me mobiliser et voir si je ne suis pas trop rouillé avec un FRF1 mais  dans le cadre de l'article 35 de la DDD L'h et du citoyen de 1793 pour foutre dehors cette classe
gouvernante de lopettes qui à fait la preuve de sa traitrise islamo-marxiste  et de son incompétence

GERMAIN 12/10/2012 08:23


Quel changement de ton !


ce volte-face me domme l'impression que nous avons échappé (pour combien de temps ?) à quelque chose de terrible.