MŒURS : De l'obscurité contrainte à la dictature de la transparence. A propos du mariage gay. Par Charles Debbasch

Publié le 12 Janvier 2013

Disons le haut et clair, je n’approuve pas le bruit de tambour fait actuellement autour du mariage gay, de le la procréation médialement assistée pour les homosexuels et sur la quasi-obligation faite aux individus de déclarer leurs préférences sexuelles.

 

Cette émergence de la vie intime dans la sphère publique me parait dangereuse. Une société libérale repose sur une distinction claire entre les actes contrôlés par l’autorité publique et ceux dépendant exclusivement de la volonté des individus. La garantie du respect de la vie privée se situe  au cœur d’uns société libérale. Laisser l’Etat pénétrer dans ce mur infranchissable, c’est détruire la liberté de détermination de l’être humain, c’est instituer une dictature de la transparence.

 

Je n’ignore pas pour autant que   la loi a toujours cherché à régir les comportements sexuels et notamment à interdire ou à sanctionner pénalement l’homosexualité et qu’il était nécessaire d’établir juridiquement la neutralité législative à l’égard des comportements sexuels.

 

Mais on demande aujourd’hui au législateur d’aller plus loin et de déterminer, dans le détail la frontière de la nouvelle permissivité ouvrant  un délicat et passionné débat national.

 

Nous avons perdu la vocation des grands légistes qui savaient formuler en une phrase ce que les scribouillards d’aujourd’hui peinent à exprimer dans un texte touffu. 
 

 

Alors, contentons nous d’exprimer dans un texte constitutionnel le principe suivant : 
«  La République s’interdit toute discrimination entre les individus fondée sur les préférences sexuelles. Dans ce cadre, elle garantit à tous et à toutes des droits égaux dans l’application des dispositions législatives et réglementaires. » Le juge dans sa sagesse établira alors toutes les conséquences de ce principe fondamental.

 



Charles Debbasch

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Point de vue

Commenter cet article

L'EN SAIGNANT 13/01/2013 17:06


Un examen de conscience s'impose en ce Dimanche 13 Janvier 2013, à la lueur de cette grandiose manifestation contre le "Mariage pour Tous". Je pense n'avoir été assez circonspect. En fait je
reconnais et avoue que mon terme de "vicieux" est discutable, ce pourquoi je suis prêt à faire amende honorable car, peut-être aurais-je du plutôt, parler de "malades", eu égard à ce qui apparaît
"normal" dans un monde qui n'existe et ne peut exister et survivre que par l'union d'un mâle et d'une femelle .? Aussi, que la loi en arrive à vouloir se manifester et marier deux gouines pour
simplement officialiser qu'elles font "mimi" ça laisse pantois quant à l'impératif besoin qu'ainsi nos braves socialistes découvrent ..!.  Mais, dans la lancée, qu'ils en arrivent jusqu'à
officialiser par le mariage les "FOUILLES MERDE", non seulement ça, ça m'écoeure profondément mais ça me révolte encore plus quant à l'amalgame fait avec la situation "normale" d'une majorité de
français qui peut le prendre pour une INSULTE de votre part, Messieurs HOLLANDE et AYRAULT .!

Banro 13/01/2013 00:02


"« La République s’interdit toute discrimination entre les individus fondée sur les préférences sexuelles. Dans ce
cadre, elle garantit à tous et à toutes des droits égaux dans l’application des dispositions législatives et réglementaires. » Le juge dans sa sagesse établira alors toutes les conséquences de ce principe fondamental." Ca veut dire quoi exactement ? Que les
dispositions législatives n'autorisent que le mariage entre des hétéros ou le mariage pour tous ?

L'EN SAIGNANT 12/01/2013 17:49


La mise sur le tapis législatif en vue de leur légalisation, de faits  relevant d'une déviance sexuelle est lamentable et le pouvoir l'est encore plus qui excite tout le monde pour une
minorité agissante de "vicieux".! Le PACS ne leur suffisant pas ils utilisent les moyens connus de la PROVOCATION pour qu'on en parle et que le pouvoir s'en empare comme paravent d'enfumage du
reste, fort bien venu dans le contexte politique actuel..!.


Si l'on attache l'importance qui sied, à caractériser toute chose, action être etc... par un terme pertinent, qui peut honnêtement soutenir que celui de MARIAGE dont la charge et le contenu
historiques sont plus que lourds, puisse s'appliquer à des pratiques autres que celle unissant deux êtres pouvant ainsi, dans un cadre social, perpétuer leur espèce .?  N'importe qui de
bonne foi admettra que la loi contractuelle puisse permettre l'union de deux êtres de même sexe pour régler leurs problèmes de biens communs ou non et, pourquoi pas calquée sur les contrats de
mariage mais, appeler cela MARIAGE est un  non sens car, ce dont il est question ne peut naturellement aboutir à la même finalité par les voies "naturelles". Il faut appeler un chat un chat
et .... Là, on est en pleine confusion d'esprit et de genre..!. Il s'agit d'une nouvelle version du film < SODOME et COMMORHE > tourné par "Flamby  and c°" ...! On s'illustre comme on
peut mais, on en acquiert la célébrité que l'on mérite .!

segond 12/01/2013 12:30


Depuis des  années,on nous bourre le crane avec le "BIO"


Si on applique ,BIO qui veut dire vie et LOGOS qui veut dire étude,,on apprends que la biologie est tout a fait le contraire des accouplements Homos.Alors suffit ces histoires et s'ils veulent
continuer a s'enfiler entre eux ,c'est leur problème ,mais qu'ils ne viennent pas nous faire croire que nous sommes pas normaux.