Moins drôle que celui de Rachida, voici le lapsus de J.M. Ayrault. Par Bruno Bertez

Publié le 7 Novembre 2012

 Vous vous souvenez du lapsus de Rachida qui, encore toute pleine de sa rencontre avec Desseigne confondait inflation et fellation. Et bien Ayrault, qui venait certainement d’avoir un entretien avec un klepto- conseil vient de commettre un lapsus aussi révélateur, mais moins amusant. 

Rachida nous a fait rire et a un mis un peu de légèreté dans ce monde oppressant de la politique, Ayrault, lui, nous a plongé dans le noir.

 Flight DéLiRiUs

Lundi voici ce qu’il a dit :  « Nous voulons favoriser la montée en gamme de nos entreprises, Cela signifie favoriser l’innovation et LA SPECULATION » 

Comment le premier ministre a t il su que nous allions stigmatiser le cœur de son plan comme une dévaluation déguisée , favorable aux spéculateurs et défavorable aux français, alors que nous n’avions pas encore rédigé notre texte? 

Pour que les choses soient claires, le Premier Ministre s’est repris, et a corrigé, non pas SPECULATION, mais SPECIALISATION. Du coup sa phrase qui était riche de sens est devenu une platitude. 

Le lapsus est quelque chose de merveilleux, il fait entrer ce qui est caché, le non-dit dans le grand jour: Il révèle ce que l’on veut à tout prix cacher, mais qui fait boomerang tant il est vrai que, au fond de chaque sujet, il y a un désir de vrai, un désir d’échec dans le mensonge. Un lapsus c’est une sorte de rêve éveillé où la vérité du sujet sort malgré lui, dans la défaillance de son contrôle. 

Ce qui importe, dans la parole politique, ce n’est pas ce qu’ils disent mais ce qui leur échappe, ce qu’ils font ou ne font pas. D’ou l’importance d’un décodage non conventionnel qui ne se laisse pas prendre au piège des intentions apparentes….

BRUNO BERTEZ Le Mercredi 7 Novembre 2012

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Commenter cet article