Mon impossible pari au coeur d'une campagne présidentielle par Marie-Neige Sardin

Publié le 17 Avril 2012

L'ECHO de la ville du BOURGET - Le quotidien d'une libraire au coeur du 93  

Marie Neige SardinIl y a quelques mois, débutait une campagne, celle des élections présidentielles. Sans doute parce que ma nature aime relever les défis, je me suis mise en tête de rencontrer un maximum de candidats sur les dix présents, au nom de toutes les victimes, avec pour seule carte de visite, mon livre: "celle qui dit non".      Il s'est écoulé huit longues années depuis le premier braquage à mains armées et le viol, des mois, des jours de souffrances accumulés, mis bout à bout, méritant bien une minute d'attention.    
J'ai  tenté en premier lieu "Le Hollande", présent sur ma commune avec son grand rassemblement, jugé par les médias comme une réussite et par les citoyens présents comme une victoire.J'avais pris mon chemin, mon livre en poche; j'avais traversé ma ville à pied, le nez au vent, confiante de rien mais espérante de tout.     Je me suis postée à la sortie, j'ai parlementé avec la garde rapprochée, j'ai vu les mines dubitatives, les regards en dessous, entendu les messes basses; résultat des courses, deux heures plus tard, refoulée avec le vif conseil de ne pas insister sous peine de......    
Le suivant fut "Le Mélenchon", réunion à Le Blanc- Mesnil, salle comble; logique, puisque commune communiste et alors là, inutile d'insister, rien que mon nom faisait se refermer les portes de façon automatique.     Retour à pied, mon livre toujours en poche, cherchant des arguments pour me motiver à poursuivre.     

 Je tentais " Le Bayrou", "La Eva", "La Nathalie" mais là aussi, impossible d'atteindre les stars, ne fussent qu'une minute, ma face étant sans doute trop blanche pour ce faire.    
Puis vint "Le Dupont-Aignant", que je connaissais un peu plus, pour l'avoir rencontré lorsqu'il lançait son parti. Il me fit répondre qu'il n'était pas là pour résoudre les cas personnels ..... J'en fus surprise sur la forme mais point étonnée sur le fond.    
Enfin, "Le Sarko" se décida pour une venue sur la commune voisine, Drancy; un rendez-vous avec les religieux, sauf les catholiques et les associations. Je savais où se déroulait le repas, mais à la vue de la panoplie policière déployée, la Marie-Neige fit demi-tour, sentant que l'évocation de son nom et une insistance pour remettre un livre fusse t'il dédicacé, serait considéré comme un attentat contre le chef de l'état. La liberté a un prix, celui du silence, encore une fois.    
Il ne m'en restait plus qu'une "La Marine"; localement impossible là encore d'obtenir une ouverture quelconque, tant ma cause n'est autre que celle d'une pauvre folle, mytho, facho, affabulatrice; au choix, rayez la mention inutile à vos yeux ou gardez tout, voire rajoutez en, pour le cas où il y aurait des manquants.     A neuf jours du premier tour, mon pari, fait grise mine et moi avec.    
Unanimement la classe politique se braque, se dresse contre moi.  Elle fait barrage à quoi: à la vérité, à la victime, à la citoyenne, à la femme, à la mère, à la commerçante?       Malgrè les interviews, les articles de presse, les reportages, le livre, qu'ils ont tous dévoré, pensant pouvoir l'attaquer, rien ne bouge.     Tous semblent figer dans ce déni total de la vérité. Une victime qui n'a pas la gueule de l'emploi, cela se fusille.. Si elle a subi tout cela, c'est bien qu'au final elle le mérite; elle l'a bien cherché....   
Ces propos échangés au grès de leurs rencontres ou de leurs échanges, les rassurent, les confortent; ils sont comme mes agresseurs dans la toute puissance, le pouvoir, la domination, le coup de grâce.     
Sauf que votre servitrice, elle n'en a que faire, en huit ans, elle a appris qu'il lui suffit juste de patienter, de trouver le maillon manquant afin de  poursuivre la chaîne de la vie et son combat contre le mur du silence. Parce qu'il en va ainsi de la vie, ce maillon se présenta sous le plus beau des sourires, celui de Marie-Jo, coiffeuse de son état, passionnée d'orchidée à ses heures et proche de certains responsables du Front-National dans le Pas-De-Calais. 
Je lui fis part de mon échec pour passer mon livre aux dix élus et aussitôt elle m'informa d'un rassemblement avec Marine à Hénin-Beaumont. Deux heures plus tard, deux cent cinquante kilomètres plus loin, j'étais assise au premier rang d'une salle comble, scandant le prénom de son leader avec une ferveur à en faire pâlir plus d'un.

photo--2-.JPGMon livre fut remis au directeur de campagne, je sentis monter en moi des émotions et c'est les jambes en coton, le coeur battant, rouge écarlate que je me retrouvis face à Marine.    

 Un moment intense, riche en échange, un regard franc, des phrases parlant d'héroïsme là où je ne vois que devoir. Elle m'enveloppa de ses bras immenses, comme elle l'aurait fait pour sa mère, pour me serrer contre elle. Moi qui ne supporte plus aucun contact, moi qui ne me considère plus comme appartenant à l'espèce humaine, j' ai retenu mes larmes, car elle m'a fait exister dans les yeux des témoins de la scène, révélant ainsi ma fragilité et non ma force.      

photo--4-.JPG
 

photo--5-.JPGUn moment fort dans ma vie de citoyenne, mais aussi la preuve vivante qu'il suffit d'une amie sincère, vraie, croyant en vous, pour vous tendre la main et rétablir une chaîne de l'espoir que vous pensiez brisée. 

Merci Marie-Jo! 

Marie Neige Sardin    

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Commenter cet article

23bixente23 20/04/2012 05:39


témoignage très émouvant... ça faisait un moment que je voulais commander son livre, mais je remettais toujours à plus tard, en ayant d'autres à acheter, puis après pas de sous, etc.


mais là, bien que je sois gravement dans la merde, je l'ai commandé direct, sur amazon comme toujours.


 


concernant ce témoignage (pas le livre, donc), je crois que tout est dit: d'un côté les CCB (pour Connards de Candidats Bobos), qui prétendent avoir le monopole du coeur et qui traitent MLP de
fasciste et autres calomnies, qui font presque jetter dehors Marie-Neige comme une clodo avinée.


d'un autre côté, Marine (pour une fois, je prends la peine d'écrire "Marine" et non "MLP" comme je fais toujours) qui l'écoute et qui la prend même dans ses bras...


 


je n'ai aucun mal à imaginer la réaction des dits CCB et de leurs soutiens/électeurs à la lecture de cet article, et éventuellement des commentaires: ils continueraient comme ils le font depuis
des années à se mettre du côté des CEF (pour Connards d'Enfants de Putain) qui depuis des années tourmentent cette pauvre Marie-Neige. ils continueraient, non pas peut-être à carrément rire
d'elle, mais à la prendre pour une connasse de mythomane fasciste et raciste, ayant bien cherché et mérité ce qui lui est arrivé...


en fait, leur réaction témoigne de ce qu'est réellement leur action politique: dégueulasse, tout simplement, et ce objectivement, mais surtout du point de vue des inombrables victimes, qui elles
ne vont pas brûler des voitures et agresser des gens à la moindre contrariété... suivez mon regard.


 


pour finir, un mot sur les dits CEP (pour Connards d'Enfants de Putain, encore une fois, et encore une fois sans auto-censure): leurs méfaits avec cette pauvre femme témoigne de ce qu'est en
réalité leur religion mortifère. car si pour vous, on peut douter de leur religion, ou de leur origine, ou de je ne sais quel point fondamental tel que ceux-ci, pour moi ça ne fait aucun doute
(je n'ai pas encore lu son livre, mais je m'attend à ce que je vais y lire...). voilà le vrai visage de l'islam, voilà un exemple d'agression sur une personne qu'ils considèrent comme étant une
dhimmi ! voilà une bonne raison (une de plus, chaque jour nous amenant son lot de "bonnes raisons") de foutre cette engeance dehors à coup de pied au cul, sans un rond d'indemnité, avec la seule
alternative qu'ils avaient laissé aux Français nés en Algérie: la valise ou le cercueil. il FAUT le faire, massivement et rapidement, c'est une question de vie ou de mort....

raymond 17/04/2012 19:36


courageuse et pugnace MarieNeige ,je suis heureux pour vous d'avoir pu vous faire entendre par Marine qui ,je crois aime la France sincerement du fond de son coeur est aussiune personne franche
et droite.J'espere pour le bien de notre pays qu'elle sera notre presidente