Monsieur Bertrand Delanoé souhaite l'abrogation de fêtes chrétiennes.

Publié le 9 Juin 2011

Monsieur Bertrand Delanoé qui nous affirmait il y a encore peu sa fierté d'être Tunisien au moment de la Révolution Tunisienne qui nous vaut depuis quelque temps quelques milliers de Tunisiens si heureux de cette révolution sur les côte européenne. Voici l'essentiel du propos de ce Tunisien devenu Maire de Paris.

"J’aurai trouvé normal qu’on supprime deux fêtes chrétiennes pour leur substituer une fête juive et une fête musulmane" (…) "Nous sommes une société qui a évolué, dans laquelle l’identité culturelle juive et musulmane sont des identités importantes de l’identité française".


Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Islamisation française

Commenter cet article

francis CLAUDE 09/06/2011 23:19



ce qui me choque c'est que ce Delanoé ce déclare homosexuel....alors comment peut il etre l'ami des musulmans eux qui pendent ....les homosexuels?



Marie-Claire Muller 09/06/2011 15:42



Delanoé est vraiment un des pires vendus qui existe non seulement ça mais il jongle avec l'argent du contribuable,il est généreux avec l'argent des autres!Ce bonhomme trompe le peuple et personne
ne lui demande des comptes!!EFFARANT!!!



Mosquée ! Qui veut sa mosquée ! - par Jean-Patrick Grumberg



Carte
des mosquées d'ile de France ©Drzz.fr


 


Un de mes contacts vient d'apprendre, de la bouche d'un représentant du
culte musulman, qu'à Paris, le Maire Delanoé "assure" les trois quarts du financement de la construction des mosquées. 





L'Association musulmane qui signe le contrat avec la Mairie doit ensuite rembourser la partie dite
"cultuelle", car la partie dite "culturelle" est prise en charge, intégralement, par la Mairie.





 

Question : ceux qui payent, à savoir les parisiens,
sont-ils informés de ces dépenses ? De leur montant ? La Mairie communique t-elle régulièrement et règlementairement ces informations aux citoyens de Paris ?









Question : les citoyens parisiens financent les mosquées,
mais ont-ils donné leur accord, puisque, dans la pratique, les musulmans convertis, les femmes, les homosexuels, les juifs et les charcutiers n'y sont pas les bienvenus ? Ont-ils voulu dépenser
leur argent non pas pour la communauté, mais juste pour une minorité, ce qui encourage un repli identitaire qui devient de plus en plus "visible" ? A moins que les parisiens vivent dans une
enclave où un petit groupe de personnes est autorisée à dépenser leur argent sans leur demander, ni leur permission, ni leur avis, comme s'il s'agissait de rénover des canalisations
?








Question : Par quel mécanisme, et sous le contrôle
de quel organisme indépendant de l'Association musulmane et du généreux donateur de l'argent des autres, les intérêts des citoyens parisiens sont-ils protégés, afin de vérifier comment la part
cultuelle et la part culturelle sont calculés ? Si, par exemple, le contrôle n'est pas assuré de façon indépendante, qui garantit que la construction de l'immeuble, avec ses fondations, son
terrain, sa structure, ne sont pas classés dans la part culturelle, et que seule la salle de prière est classée dans la part cultuelle, sans autre forme de répartition des charges ? Qui contrôle
qu'aucun espace culturel, payé par les parisiens, n'est JAMAIS utilisé à des fins cultuelles ?








Question : Depuis 1905, les Chrétiens, les Protestants et les
Juifs bénéficient-ils des mêmes faveurs ?








Reproduction autorisé avec la mention suivante et le lien vers cet article
:


© Jean-Patrick Grumberg pour Drzz.fr



Johanny 09/06/2011 12:18



Que cet emmanché aille vivre dans son pays et y organiser sa gay-pride!... j'aimerais voir la tête des communistes ou des cégétistes anticléricaux si on supprimait toutes les fêtes dites
chrétiennes pour les obliger à aller au boulot ces jours là !



riziere j.p 09/06/2011 11:35



Ce monsieur semble oublier nos traditions judéo chrétienne et s'il se sent tunisien il n'a qu'à aller en tunisie et qu'il ne nous fasse pas chier ici. Excusez du terme mais tout ces gens nous
"gonflent"