Montebourg, le mensonge et l'exemple d'un faux cul socialiste. Par Bernard DE PASQUALE

Publié le 9 Avril 2014

Dodelinements...du chef ??? 

Arnaud Montebourg : "Mon grand père était un arabe, pas un pied noir, un arabe"

D’ailleurs moi-même j’ai quelques origines (…) algériennes. C’est un peu mon deuxième pays. Pourquoi ? Parce que mon grand père (…) était algérien. Un arabe, pas un pied noir, un arabe… Il faut dire les choses. (…) Il a porté en 39-45 porté l’uniforme français et combattu pour la France, et puis après, pendant la guerre d’Algérie, il était du coté du FLN. (…) C’est-à-dire, il a finalement été l’un de ceux qui (…) s’est battu pour la décolonisation. Et bien cette décolonisation aujourd’hui elle n’est pas soldée ; c’est-à-dire qu’aujourd’hui vous avez des français qui n’acceptent pas la vision qu’on donne de cette histoire là. Il serait temps, je crois, de la mettre dans le patrimoine politique, culturel et même psychologique commun. Ça fait parti un peu des leçons que j’ai tirées de ma propre histoire personnelle, qui est l’histoire d’une rencontre entre un algérien égaré dans le Morvan et une famille de bouchers-charcutiers du coté de mon père. Dans notre famille on se surnomme les arabo-morvandiaux. C’est en tout cas mon histoire et j’en suis très fier parce que c’est une richesse, une force. Et il y a des millions de français comme ça. La France n’est pas une nation ethnique, c’est une nation contractuelle.

 

Par Bernard DE PASQUALE

J’ai rappelé à la mémoire sélective de nombreux Socialistes (et de Français), au sujet de la part historique prise par les Socialistes dans les conquêtes coloniales, ainsi que dans la lutte contre le FLN, au cours de la Guerre d’Algérie, lutte dans laquelle se sont illustrés Mitterrand, alors Ministre de l’Intérieur, ou Guy Mollet, alors Premier Ministre, sans parler de Robert Lacoste alors Gouverneur Général de l’Algérie, et j’en passe….


Mais il est "de bon ton" , aujourd’hui, à Gauche, d’afficher des opinions qui fleurent bon le "politiquement correct", et de glorifier ceux des Français qui, par égarement ou par fanatisme idéologique, ont choisi, pendant une période tragique de notre Histoire, de trahir leur pays et de combattre dans les rangs de ceux qui combattaient la France.

 

La "glorification" de communistes qui ont pris les armes contre nos soldats, ou qui se sont "illustrés"dans des attentats aveugles et meurtriers contre des civils est devenue courante dans certaines municipalités de Gauche où des places et des rues ont été consacrées à leur nom.
 

Comme si tout cela pouvait faire oublier qu’avant de "changer de camp" les parangons de l’escroquerie intellectuelle étaient les héritiers de ceux qui, socialistes, ont été, aux côtés de Jules Ferry et de bien d’autres, à l’origine d’une politique d’expansion coloniale sur toute la planète, et ce, au nom de la "mission sacrée" de la France et de son devoir de participer à "l’émancipation des peuples".

 

Comme si cela pouvait faire oublier que l’expansion coloniale de la France s’est réalisée malgré l’opposition de la Droite française, qui, à l’époque, considérait que nos forces militaires devaient avant tout, être consacrée à la défense de nos frontières.

 

L’escroquerie intellectuelle des Socialistes a permis d’instaurer une sorte de confusion qui, dans l’opinion, attribue à la Droite française une politique coloniale qu’elle a sans cesse combattue, avant de devoir l’assumer. La Droite s’est ainsi laissé "refiler" la "patate chaude"qui ne cesse, depuis, de lui brûler les doigts….
 

Je pourrais citer ici, des pages entières des livres scolaires d’Histoire que je possède dans ma bibliothèque, consacrées à la glorieuse épopée de nos "conquêtes", que nous enseignaient dans notre jeunesse les "Hussards de la République", socialistes pour la plupart, pages dans lesquelles défile la galerie des Ministres socialistes qui, au XIXème siècle étaient à la manoeuvre….

 

Ainsi,on peut encore vérifier dans le "Manuel d’Histoire de France" de Mallet et Isaac, que Charles Maurras, que l’affaire Patrick Besson a remis dans l’actualité, était hostile à cette expansion coloniale impulsée par les gouvernements républicains dirigés par des Socialistes, qui détournait  ses forces de la "Revanche contre l’Allemagne" et les dispersait . De plus, il était hostile à la politique jacobine et républicaine d’assimilation qui visait à imposer la culture française à des peuples ayant leur propre culture. Comme Lyautey, il pensait qu’il fallait faire aimer la France et non imposer la culture française au nom d’un universalisme abstrait et d’un pseudo-humanisme….
 

Mais qui relit Charles Maurras, "écrivain maudit" aujourd’hui ???  L’inculture et l’ignorance qui caractérisent la plupart de nos "commentateurs" médiatisés, permettent, avec aplomb, de tout dire et de tout écrire, et d’entretenir ainsi,plus ou moins sciemment, toutes les confusions et les ambigüités…

Mais mon propos est tout autre aujourd’hui.

 

A l’heure où ce turbulent Ministre socialiste émerge au premier plan du nouveau Gouvernement de la France, je voudrais dénoncer un demi-mensonge entretenu par ce Ministre sur ses origines.

 

Car pour "compléter" ce qu’il prétend dans l’entretien diffusé sur le site que j’ai cité en introduction, un correctif doit être apporté à sa relation de ce que fut son Grand-Père et ses relations avec la France.

 

Car, pour Lionel Vives-Diaz Arnaud Montebourg ment, par omission (?), sur son Grand-Père.

 

"Arnaud Montebourg est le fils de Michel Montebourg, né en 1933 dans la région d’Autun, fonctionnaire des impôts, et de Leïla Ould Cadi, universitaire, née à Oran en 1939, professeur d’espagnol et essayiste issue, par son père, Khermiche Ould Cadi, d’une famille de walis d’Algérie 3 et d’une mère normande 4. Son aïeul Ahmed Ould Cadi, agha de Frendah (Oran), qui combattit aux côtés de l’armée française lors de la conquête de l’Algérie, fut fait chevalier de la légion d’Honneur en 1842, officier en 1852, commandeur en 1860 puis grand officier dans cet ordre en 1867. 
 

Il aurait donc dû préciser, dans cet entretien, pour être clair, que son aïeul n’était pas un simple fellah mais était Ahmed Ould Cadi, l’Agha de Frendah, un puissant et très riche seigneur rallié à la France …(1).

 

Il aurait pu préciser que si son aïeul s’est rangé aux côtés de la France, c’était pour défendre les populations placées sous son autorité, contre d’incessantes et meurtrières razzias. Car c’était aussi cela l’Algérie, avant la "pacification" française: des luttes incessantes entre tribus rivales, et des "rezzous"meurtriers, des enlèvements de femmes et d’enfants, des pillages destructeurs.
 

Et pour être honnête jusqu’au bout, Montebourg aurait pu préciser que pour remercier les médecins français d’avoir éradiqué une épidémie  ravageuse chez ses "sujets", son aïeul a offert à la France plusieurs milliers d’hectares sur lesquels a été construite la ville de Lourmel.(2)

 

Car, n’en déplaise à ceux qui tentent de réécrire l’Histoire, si la colonisation de l’Algérie a fait couler, hélas , beaucoup de sang, par contre la pacification de ce beau pays n’a pu se réaliser que grâce au ralliement à la France de nombreux notables algériens dont l’ancêtre de Montebourg faisait partie, ce dont il ne devrait pas rougir de honte.

 

De même que les plus de cent ans de vie commune et de destin partagé entre la France et l’Algérie n’auraient jamais été possibles sans les liens qui, au fil du temps, s’étaient tissés entre Algériens et Pieds-Noirs, unis par un même amour de ce pays.

 

"Mentebourg" peut aujourd’hui s’offusquer qu’on puisse le prendre pour un Pied-Noir, mais ne peut renier le fait que sa famille, au moment de la "conquête", s’est rangée puis a combattu aux côtés de la France.

 

Si, dans cette interview accordé à "oumma.com", il déclare fièrement que son grand-père était du côté du FLN et a combattu pour la décolonisation, il ne peut donc nier, sans mentir, que son aïeul, l’Agha de Frenda, a été un acteur majeur de la colonisation !

 

Monsieur "Mentebourg", le Pied-Noir que je suis ( et fier de l’être ), et qui connaît son Histoire sur le bout des doigts ne pouvait vous laisser leurrer les lecteurs qui ignorent (presque) tout de notre Histoire commune, sur les demi-vérités qui entourent les origines dont vous vous flattez   !

 

 

(1).- Consultez sur ce sujet: "  Le livre d’or de l’Algérie : histoire politique, militaire, administrative, événements et faits principaux, biographie des hommes ayant marqué dans l’armée, les sciences, les lettres, etc., de 1830 à 1889 / par Narcisse Faucon,…, préf. de M. le colonel Trumelet"

 

(2).- http://www.lourmel-algeriefrancaise.com/historique1.ws

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Histoire de France

Commenter cet article

mika 09/04/2014 15:38


MLP face au très médiocre Mr MONTEBOURG...(17mn destructrices)


 


https://www.youtube.com/watch?v=yFsSg6zNiog