Montpellier. l'espace occupé par les prières. Rien ne change malgré les paroles.

Publié le 15 Février 2011

            Ou pensez-vous être sur cette vidéo? A Montpellier! Au polygone, un centre commercial sur trois étages. Tout simplement! Un jour ce sera à la Défense, sur l'esplanade, face à la Grande Arcge ou au Quatre temps! Quand est-ce que cela cessera?

           Vous pourrez constater que la langue utilisée n'est pas la française. C'est aussi une occupation de l'espace publique sans que personne n'intervienne pour que cesse ce trouble à l'ordre publique. Il y a les discours, les coups de mentons et puis il y a les actes.

            Montpellier, l'une de nos plus belles villes de France. Une ville socialiste comme beaucoup d'autres ou l'islam a pris la mesure du vide de nos politiques trop apeurés par un électorat qui "pourrait" être réfractaire. Où on vend les valeurs à commencer par la laïcité sous prétexte du "vivre ensemble". Sauf que l'islam ne souhaite pas vivre avec nous mais contre nous voire sur nous. En despote!

Gérard Brazon

 

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Commenter cet article

island girl 16/02/2011 20:02



Que les hommes sont betes(car je ne vois que des hommes!)


Que j'aime ma petite ile ou il y a une église à tous les coins de rues,il y a une petite mosquée (coté hollandais),mais pas  du coté français,je préfère subir un ouragan de temps en temps
que de voir ces barbus fanatiques ..



aude pilorgé 15/02/2011 08:57



l'audition de ces sons flanquerait la colique à un constipé récalcitrant ! en entendant ça jean-sébastien bach doit se retourner dans sa tombe et beethoven se féliciter d'être sourd !


toutes ces simagrées ne signifient qu'une chose : montrer que l'espace leur appartient ; pour moi qui suis catholique, il m'est demandé de "prier sans cesse" moyennant quoi j'ai toujours un
chapelet dans ma poche et -je m'en excuse auprès de ceux que ça choque - je prie moi aussi dans la rue ; seulement jusqu'ici, personne ne s'en est rendu compte parmi les gens qui me croisent...